La rédac' de Sport/Foot Mag n'a accordé des notes qu'aux joueurs qui étaient vraiment nouveaux cet été. Les joueurs U18, comme Antonio Nusa au Club Bruges, n'ont pas été évalués car jugés trop jeunes pour l'être.
...

Notre mercato entrant n'a pas été très important en volume, au vu de la situation sanitaire et, on ne va pas se le cacher, des difficultés financières qui en découlent. Dans l'autre sens, on est parvenus à faire rentrer des sommes d'argent importantes avec les ventes de Zinho Vanheusden et Michel-Ange Balikwisha, et ce sera encore le cas cet hiver avec le départ d' Hugo Siquet. Pour renforcer notre groupe, on est essentiellement restés fidèles à notre philosophie de mercato interne, en intégrant de nouveaux jeunes de notre centre de formation au noyau professionnel, comme Ameen Al-Dakhil ou Nathan Ngoy qu'on a déjà pu voir à l'oeuvre. Concernant les nouvelles têtes, notre investissement majeur de l'été sur Aron Dønnum commence progressivement à porter ses fruits. Il s'acclimate de mieux en mieux à notre pays et à notre championnat. Il a montré de belles choses, et on espère en voir encore plus dans les semaines à venir. En plus de lui, on a conclu des prêts qui ne comportent presque aucun risque financier. Daouda Peeters est malheureusement tombé malade, et on songe avant tout à sa santé en ce moment. Hamza Rafia a un potentiel intéressant, mais il peine encore à le montrer sur la durée. Niels Nkounkou est actuellement titulaire, il souffle le chaud et le froid en fonction des rencontres, mais comme tout jeune joueur qui arrive dans un nouvel environnement, il a besoin de temps. C'est pour ça, notamment, que je considère qu'il est encore un peu tôt pour porter un jugement sur la réussite des mouvements de l'été. Prenez en club en situation financière délicate, où la priorité est de réduire la masse salariale. Ajoutez-y une enveloppe forcément peu fournie pour les emplettes estivales, et saupoudrez d'une mésentente de notoriété publique entre le coach et le directeur sportif. Ça y est, vous avez tous les ingrédients d'un mercato délicat. Bienvenue à Sclessin, où même les étés calmes sont agités. Pour satisfaire les envies de différence individuelle de MbayeLeye et compenser le départ tumultueux de Michel-AngeBalikwisha, le directeur sportif BenjaminNicaise (licencié depuis lors) claque tout son pactole pour le gaucher Dønnum, qui survole le championnat norvégien. Les débuts sont proches du désastre, mais le Scandinave se met à alimenter la feuille de stats quand il reçoit la confiance de LukaElsner. Pas assez pour enchaîner les prestations qui restent dans les mémoires, mais suffisant pour éloigner le spectre des précieux millions jetés par les fenêtres. Le reste du mercato liégeois s'écrit en prêts. Des milieux de terrain d'abord, pourtant présents en abondance dans le noyau rouche, avec les arrivées depuis le Piémont de Rafia et Peeters. Les débuts encourageants des deux jeunes Bianconeri s'évaporent rapidement, et leurs séjours certes peu onéreux tournent exclusivement à la déception. Si le bilan est plus nuancé pour Nkounkou, le Français ne s'invite pas pour autant au rayon des coups réussis.. Nous analysons les transferts à la fin de la saison. Chez nous, les transferts ne sont jamais isolés, mais font partie d'une composition de base qui consiste en un mélange de court et moyen termes avec pour objectif ultime la performance collective. La valeur de notre noyau a doublé depuis 2016, avec le développement de nombreux jeunes talents dans le processus. Notre stratégie se décline en trois phases. La première consiste à stabiliser le groupe avec le maintien de cadres du niveau de Clinton Mata, Hans Vanaken, Brandon Mechele, Ruud Vormer ou Mats Rits. La deuxième à aller recruter des joueurs aux talents ciblés comme Arnaut Danjuma, Krepin Diatta et Noa Lang. Et la troisième à favoriser l'éclosion de la Next Gen avec des Charles De Ketelaere, Noah Mbamba, Ignace Van der Brempt et Senne Lammens. Si l'on devait juger le mercato brugeois à l'aune du nom du remplaçant du seul titulaire à avoir quitté le navire, on serait tenté d'accorder au board local une cote d'excellence. Parce que JackHendry a rapidement fait oublier OdilonKossounou. Derrière le transfert en dernière minute de l'Écossais, difficile pourtant de trouver d'autres réels motifs de satisfaction. Arrivés sans pression immédiate de résultats, mais avec l'espoir de les voir retrouver leur niveau d'antan, JoséIzquierdo et Wesley végètent le plus souvent en tribunes. S'ils ont eu bien davantage d'occasions de se mettre en valeur, les Français FaitoutMaouassa et StanleyNsoki n'ont pas encore convaincu grand-monde. L'apport offensif du premier semble bien trop limité pour un club du standing de Bruges, quand le second brille autant par ses qualités en possession que par ses errances sans ballon. Ennuyeux pour un défenseur central. Le cas de KamalSowah est le plus difficile à trancher. Le Ghanéen n'a certainement pas perdu toutes ses qualités en troquant son appartement de Louvain contre son domicile brugeois, mais l'ancienne pépite d'OHL n'a encore jamais semblé à son aise dans le rôle imaginé pour lui par PhilippeClement. Sowah ne convainc pas en piston et a été trop rarement vu dans sa position préférentielle en soutien direct d'un vrai numéro 9. Quant aux jeunes TiboPersyn, OwenOtasowie, AntonioNusaet RubenProvidence, il est bien trop tôt pour juger de leur apport à moyen terme. Notre bilan à la mi-parcours du championnat régulier se traduit dans les résultats. À l'aube de la saison, nos deux principaux objectifs étaient de passer l'hiver en Europe, alors que nous avons dû disputer le deuxième tour préliminaire fin juillet, contre les Norvégiens de Valerengen, et de nous qualifier pour les play-offs 1 en Belgique. Le premier objectif est atteint puisque nous sommes en tête de notre poule en Conference League et que nous disputerons les huitièmes de finale en mars. Nous sommes encore juste au-delà du top 4 en championnat, mais nous avons amorcé notre remontée, après des débuts difficiles. Le rapport entre les investissements réalisés et le rendement obtenu est très bon. Notre transfert le plus cher, l'international kényan Joseph Okumu, est brillant. C'est notre meilleur achat. La pandémie nous a imposé des freins financiers. Elle nous a coûté vingt millions d'euros. Nous devons donc réfléchir avant de dépenser le moindre euro, n'ayant ni investisseur ni actionnaires. Le président et moi-même prônons un management prudent. Stratégiquement, un bon défenseur central constituait notre priorité absolue. Nous l'avons trouvé en Suède, en Okumu. Ensuite, nos finances nous ont freiné dans la quête d'un attaquant mais nous avons faist de notre mieux pour répondre aux demandes de l'entraîneur. La cellule de scouting a permis d'enrôler AndreasHanche-Olsen et YonasMalede puis, cet été, JosephOkumu (24 ans), un défenseur très mobile, qui joue des deux pieds et fait impression. Le Kényan est sous contrat jusqu'en 2025. Comme GiorgiChakvetadze plafonne quelque peu, Okumu pourrait être le prochain Gantois à être revendu avec bénéfice. HeinVanhaezebrouck, qui ne voulait pas de l'attaquant français ThomasHenry, jugeant qu'il était surtout efficace en contre , a obtenu le médian défensif JuliendeSart, libre, le créatif AndrewHjulsager et GianniBruno, qui tire rapidement au but. Le premier cité impressionne surtout par son énorme abattage et ses passes transversales. Après un bon début, Hjulsager et Bruno se sont blessés et leur rétablissement prend plus de temps qu'escompté. ChristopherOperi, libre de transfert, a réalisé une bonne préparation, mais ne concurrence pas suffisamment NúrioFortuna à gauche. L'Espagnol JaviGalán, qui figurait sur la liste de Gand, a finalement quitté le SD Huesca pour le Celta Vigo. Compte tenu de l'incertitude entourant la condition de l'avant-centre LaurentDepoitre, La Gantoise a envisagé d'acquérir LudovicAjorque (27 ans, RC Strasbourg) fin août, mais il coûtait trop cher (entre huit et dix millions). Le club s'est donc rabattu sur un trio ( VakounBayo, DarkoLemajic et PeléMboyo, contesté par les supporters) mais aucun d'entre-eux ne parvient à rivaliser avec le duo TarikTissoudali- Laurent Depoitre.La saison passée, nous avions un des noyaux les plus âgés de JPL et nous devions donc le rajeunir. Okyere, Konstatopoulos, Krekovic, Seriki et Soumaré sont tous nés en 2000 ou plus tard. De fait, nous avons partiellement suivi une logique économique, en pensant à une revente ultérieure. C'est désormais la réalité pour tous les clubs belges. Leurs prestations ont été irrégulières jusqu'à présent, notamment à cause des blessures de quelques valeurs sûres en début de saison, qui ont privé les plus jeunes de guides. En plus, les résultats ont été décevants, ce qui a compliqué leur intégration. Caicedo, Vaca et Shankland, qui ont apporté un plus, sont arrivés tard. Durant les négociations, un club n'est pas toujours maître du timing, même si, après-coup, nous devons admettre avoir commis une erreur de jugement en engageant aussi tard des "certitudes". Il ne s'agit cependant pas d'achats panique. En ce qui concerne le compartiment offensif, nous pensons toujours avoir en Shankland un attaquant capable de marquer. Il a fait ses preuves en Écosse. À son arrivée, Torrente, notre nouvel entraîneur, a procédé à une analyse du noyau et a conclu qu'il disposait de suffisamment de qualités pour viser une place sûre au classement, comme nous l'avons toujours pensé. Nous ne voulons pas effectuer de transferts sous le coup de panique. Nous n'engagerons quelqu'un que si une bonne occasion se présente. United World nous permet de gérer nos transferts de manière durable, comme nous le souhaitons. Il y a une vision globale, mais chaque club reste autonome. Le Beerschot a été très actif sur le marché estival. Il a effectué des investissements à risque car à l'exception de DeSmet, les nouveaux joueurs n'avaient pas d'expérience en Belgique, voire pas d'expérience du tout. L'entraîneur, PeterMaes, n'a pas eu de chance: les deux principaux talents ajoutés à son noyau, Vaca et Caicedo, n'ont été disponibles qu'après son limogeage, en septembre. Caicedo a apporté un réel plus ces derniers mois. Ce médian polyvalent a de l'abattage, de la technique et de l'agressivité. Malheureusement pour le Beerschot, il est seulement prêté par Brighton. Le jeune défenseur grec Konstantopoulos a coûté 700.000 euros mais n'a pas convaincu. Il a même complètement disparu depuis l'intronisation du nouveau coach JavierTorrente. Idem pour Okyere, qui avait pourtant révélé un certain potentiel pendant la préparation. Lemos, prêté par Fenerbahçe, est un renfort expérimenté pour la défense mais jusqu'à présent, il a surtout été blessé. Seriki, loué également, a déjà été renvoyé à Sheffield United. Le compartiment offensif est la principale déception. Soumaré est trop irréfléchi et l'ancien international junior croate Krekovic n'a été couché sur la feuille de match qu'à quatre reprises. Ils n'ont quasi rien apporté. Seul Shankland, plus expérimenté, s'est déjà montré, mais essentiellement par son côté travailleur. On peut attendre davantage d'un transfert à 1,2 million d'euros.