Le mercato rouche est décidément aussi intense que le pressing imposé par Yannick Ferrera. Alors que l'équipe semblait construite pour une fin de saison aboutie, Sambou Yatabaré a pris la route de l'Allemagne après avoir chatouillé une dernière fois les chevilles adverses face à Gand. En quête d'un milieu de terrain mêlant gabarit et activité, Ferrera a immédiatement pensé à Victorien Angban, impressionnant sous ses ordres du côté du Stayen en début de saison. Et c'est Daniel Van Buyten qui s'est chargé du dossier.

La RTBF annonçait la semaine dernière que Big Dan avait contacté Michael Emenalo, directeur sportif de Chelsea. Ce qui est sûr, c'est que dans la foulée, l'ancien Diable Rouge a appelé Philippe Bormans, le manager de Saint-Trond, pour lui annoncer qu'Angban finirait la saison à Sclessin, après un accord trouvé entre les Rouches et Chelsea. La transaction aurait inclus le départ de Julien de Sart, sur une voie de garage à Sclessin, dans le Limbourg où il aurait pu retrouver son frère Alexis.

Les Trudonnaires ont immédiatement contacté Chelsea pour leur expliquer que si les prêts se terminaient ainsi sans leur accord, Cristian Cuevas et Joao Rodriguez (également prêtés par les Blues) pouvaient quitter le Stayen. Paulo Ferreira, responsable des prêts à Stamford Bridge, a simplement répondu qu'il n'était pas question que Victorien Angban quitte le Stayen.

L'Ivoirien restera donc à Saint-Trond, où il terminera la saison. Côté canari, on préfère d'ailleurs éviter d'entendre les mots " Standard " et " transfert " dans la même phrase depuis les délicats dossiers des départs de Yannick Ferrera et d'Edmilson Junior vers les bords de Meuse. Le fantôme de Roland Duchâtelet devrait donc planer un peu moins sur Sclessin, après avoir été sorti du placard par une déclaration d'Hein Vanhaezebrouck. Mais une question reste en suspens : y a-t-il eu une mauvaise communication entre Emenalo et Paulo Ferreira à Chelsea, ou bien Van Buyten a-t-il tenté de bluffer Saint-Trond en évoquant un accord londonien qui n'existait pas ?

Par Guillaume Gautier

Le mercato rouche est décidément aussi intense que le pressing imposé par Yannick Ferrera. Alors que l'équipe semblait construite pour une fin de saison aboutie, Sambou Yatabaré a pris la route de l'Allemagne après avoir chatouillé une dernière fois les chevilles adverses face à Gand. En quête d'un milieu de terrain mêlant gabarit et activité, Ferrera a immédiatement pensé à Victorien Angban, impressionnant sous ses ordres du côté du Stayen en début de saison. Et c'est Daniel Van Buyten qui s'est chargé du dossier.La RTBF annonçait la semaine dernière que Big Dan avait contacté Michael Emenalo, directeur sportif de Chelsea. Ce qui est sûr, c'est que dans la foulée, l'ancien Diable Rouge a appelé Philippe Bormans, le manager de Saint-Trond, pour lui annoncer qu'Angban finirait la saison à Sclessin, après un accord trouvé entre les Rouches et Chelsea. La transaction aurait inclus le départ de Julien de Sart, sur une voie de garage à Sclessin, dans le Limbourg où il aurait pu retrouver son frère Alexis.Les Trudonnaires ont immédiatement contacté Chelsea pour leur expliquer que si les prêts se terminaient ainsi sans leur accord, Cristian Cuevas et Joao Rodriguez (également prêtés par les Blues) pouvaient quitter le Stayen. Paulo Ferreira, responsable des prêts à Stamford Bridge, a simplement répondu qu'il n'était pas question que Victorien Angban quitte le Stayen.L'Ivoirien restera donc à Saint-Trond, où il terminera la saison. Côté canari, on préfère d'ailleurs éviter d'entendre les mots " Standard " et " transfert " dans la même phrase depuis les délicats dossiers des départs de Yannick Ferrera et d'Edmilson Junior vers les bords de Meuse. Le fantôme de Roland Duchâtelet devrait donc planer un peu moins sur Sclessin, après avoir été sorti du placard par une déclaration d'Hein Vanhaezebrouck. Mais une question reste en suspens : y a-t-il eu une mauvaise communication entre Emenalo et Paulo Ferreira à Chelsea, ou bien Van Buyten a-t-il tenté de bluffer Saint-Trond en évoquant un accord londonien qui n'existait pas ?Par Guillaume Gautier