L'Euro se dispute cette année aux Pays-Bas, à Rosmalen, où le GP de Brabant avait été organisé l'an passé. "Le parcours est à 90% identique", a indiqué son concepteur Richard Groenendaal. "Les différences sont une portion de sable supplémentaire, une partie en pente et une passerelle sur l'eau." Sur le parcours, on retrouve trois ponts, deux secteurs de sable, une pente et des poutres. "C'est un parcours moderne avec beaucoup de vitesse. Tu passes à grande vitesse d'un obstacle à un autre", a indiqué Groenendaal. "Le parcours convient à Mathieu van der Poel, avec cette combinaison de vitesse et de technique. Mais Wout van Aert doit aussi s'y retrouver." L'an passé, en l'absence de van Aert, van der Poel avait été sacré champion d'Europe. Cette fois, le triple champion du monde est bien de la partie. Sa troisième place au Koppenberg jeudi lui donne confiance. A l'inverse, van der Poel a connu un jour sans jeudi. Il n'en reste pas moins le principal favori. "Nous devons bien collaborer en tant qu'équipe belge", estime Toon Aerts. "Nous devons présenter un bloc solide et ramener à la maison ce maillot distinctif." Le parcours à Rosmalen est comparé à celui de Ruddervoorde, avec peu de portions où un coureur peut abandonner sa force et pas de dénivelé. Ce qui n'avantage pas Aerts. Mais ce dernier pourrait renvoyer l'ascenseur à van Aert, lequel avait parfaitement joué le jeu d'équipe à Pontchâteau en 2016. (Belga)

L'Euro se dispute cette année aux Pays-Bas, à Rosmalen, où le GP de Brabant avait été organisé l'an passé. "Le parcours est à 90% identique", a indiqué son concepteur Richard Groenendaal. "Les différences sont une portion de sable supplémentaire, une partie en pente et une passerelle sur l'eau." Sur le parcours, on retrouve trois ponts, deux secteurs de sable, une pente et des poutres. "C'est un parcours moderne avec beaucoup de vitesse. Tu passes à grande vitesse d'un obstacle à un autre", a indiqué Groenendaal. "Le parcours convient à Mathieu van der Poel, avec cette combinaison de vitesse et de technique. Mais Wout van Aert doit aussi s'y retrouver." L'an passé, en l'absence de van Aert, van der Poel avait été sacré champion d'Europe. Cette fois, le triple champion du monde est bien de la partie. Sa troisième place au Koppenberg jeudi lui donne confiance. A l'inverse, van der Poel a connu un jour sans jeudi. Il n'en reste pas moins le principal favori. "Nous devons bien collaborer en tant qu'équipe belge", estime Toon Aerts. "Nous devons présenter un bloc solide et ramener à la maison ce maillot distinctif." Le parcours à Rosmalen est comparé à celui de Ruddervoorde, avec peu de portions où un coureur peut abandonner sa force et pas de dénivelé. Ce qui n'avantage pas Aerts. Mais ce dernier pourrait renvoyer l'ascenseur à van Aert, lequel avait parfaitement joué le jeu d'équipe à Pontchâteau en 2016. (Belga)