En tant que partie civile, le Beerschot peut dès lors suivre de près l'affaire et juger de l'éventualité des dommages et des conséquences pour les clubs de D1A et de D1B. Auparavant, la Fédération belge de football (URBSFA) et la Pro League s'étaient déjà constitués parties civiles.

"Le Beerschot respectera évidemment le secret entourant l'enquête, mais communiquera en temps voulu", a fait savoir le club anversois sur son site internet.