Vendredi après-midi, nous avons reçu copie d'une lettre ouverte adressée au président, au conseil d'administration et au CEO de la Pro League. Une large majorité des clubs professionnels leur demandait une décision rapide quant à la compétition actuelle. Ils ont exposé une série d'arguments : un déroulement faussé du championnat, la situation privée délicate des étrangers et la réalité économique de notre football : jouer dans des stades vides ou payer des footballeurs jusque fin juin sans percevoir de rentrées est peu attrayant.

Ce jeudi, le conseil administration se réunit à nouveau. Va-t-il encore postposer sa décision comme la semaine passée, après des échanges verbaux houleux, surtout après l'intervention de Marc Coucke, qui demandait qu'on prolonge, le cas échéant, la saison au-delà du 30 juin afin de disputer les play-offs, quitte à se passer de public ? Ou va-t-il prendre une décision ? La majorité veut entamer la préparation le 1er juillet, en prévision d'un championnat qui débuterait mi-août. À condition de pouvoir jouer devant un public.

Si le conseil d'administration n'a pas encore pris de décision, c'est à cause de plusieurs incertitudes. Les autorités ont prolongé les mesures de confinement de deux semaines, mais n'interdisent pas les manifestations de masse à long terme, contrairement à d'autres pays. La semaine passée, la position de la FIFA et de l'UEFA n'étaient pas encore claires. Le conseil ne veut pas prendre le moindre risque tant qu'elles ne précisent pas la date-butoir des compétitions. La pression est énorme, de même que les risques financiers.

Le conseil d'administration peut-il décider d'interrompre le championnat après 29 journées (l'annuler est une alternative que personne n'envisage), et sur base du classement actuel, proclamer champion le Club Bruges et distribuer les billets européens et les places descendantes ? Oui et non. L'assemblée générale des clubs pros doit approuver sa décision. Il faut pour cela une majorité de 80%. Ensuite, la décision doit être validée en juin par l'assemblée générale de l'URBSFA.

Quid de la saison prochaine ? La majorité penche pour un championnat 2020/21 à 18, sans play-offs. Dans ce cas de figure, le dernier, Waasland-Beveren, ne descendrait pas, tandis qu'OHL et le Beerschot seraient promus.

Est-ce possible ? Oui, aux mêmes conditions que l'arrêt du championnat. C'est OHL, soutenu par le Beerschot, Lokeren et Roulers, qui a pris l'initiative de la lettre ouverte. Waasland-Beveren y a immédiatement été favorable. Les deux premiers visent la montée en D1A, les deux derniers éviteraient la descente en Amateurs, pour autant qu'ils obtiennent leur licence, puisqu'ils ne pourraient pas disputer de barrage.

Virton, qui lutte toujours pour obtenir sa licence, et Westerlo, premier et deuxième du classement de D1B, resteraient les mains vides. Selon un juriste, ils ont tout autant droit à un billet en D1A que le Beerschot (cinquième) et OHL (troisième). C'est plus difficile aux yeux d'un autre. Virton se tourne déjà vers la CBAS pour obtenir sa licence - son stade, trop petit, pose problème. Westerlo attend de voir à quoi ressemblera la D1B une fois les problèmes de licences réglés et étudiera alors les options juridiques.

Vendredi après-midi, nous avons reçu copie d'une lettre ouverte adressée au président, au conseil d'administration et au CEO de la Pro League. Une large majorité des clubs professionnels leur demandait une décision rapide quant à la compétition actuelle. Ils ont exposé une série d'arguments : un déroulement faussé du championnat, la situation privée délicate des étrangers et la réalité économique de notre football : jouer dans des stades vides ou payer des footballeurs jusque fin juin sans percevoir de rentrées est peu attrayant. Ce jeudi, le conseil administration se réunit à nouveau. Va-t-il encore postposer sa décision comme la semaine passée, après des échanges verbaux houleux, surtout après l'intervention de Marc Coucke, qui demandait qu'on prolonge, le cas échéant, la saison au-delà du 30 juin afin de disputer les play-offs, quitte à se passer de public ? Ou va-t-il prendre une décision ? La majorité veut entamer la préparation le 1er juillet, en prévision d'un championnat qui débuterait mi-août. À condition de pouvoir jouer devant un public. Si le conseil d'administration n'a pas encore pris de décision, c'est à cause de plusieurs incertitudes. Les autorités ont prolongé les mesures de confinement de deux semaines, mais n'interdisent pas les manifestations de masse à long terme, contrairement à d'autres pays. La semaine passée, la position de la FIFA et de l'UEFA n'étaient pas encore claires. Le conseil ne veut pas prendre le moindre risque tant qu'elles ne précisent pas la date-butoir des compétitions. La pression est énorme, de même que les risques financiers. Le conseil d'administration peut-il décider d'interrompre le championnat après 29 journées (l'annuler est une alternative que personne n'envisage), et sur base du classement actuel, proclamer champion le Club Bruges et distribuer les billets européens et les places descendantes ? Oui et non. L'assemblée générale des clubs pros doit approuver sa décision. Il faut pour cela une majorité de 80%. Ensuite, la décision doit être validée en juin par l'assemblée générale de l'URBSFA. Quid de la saison prochaine ? La majorité penche pour un championnat 2020/21 à 18, sans play-offs. Dans ce cas de figure, le dernier, Waasland-Beveren, ne descendrait pas, tandis qu'OHL et le Beerschot seraient promus. Est-ce possible ? Oui, aux mêmes conditions que l'arrêt du championnat. C'est OHL, soutenu par le Beerschot, Lokeren et Roulers, qui a pris l'initiative de la lettre ouverte. Waasland-Beveren y a immédiatement été favorable. Les deux premiers visent la montée en D1A, les deux derniers éviteraient la descente en Amateurs, pour autant qu'ils obtiennent leur licence, puisqu'ils ne pourraient pas disputer de barrage. Virton, qui lutte toujours pour obtenir sa licence, et Westerlo, premier et deuxième du classement de D1B, resteraient les mains vides. Selon un juriste, ils ont tout autant droit à un billet en D1A que le Beerschot (cinquième) et OHL (troisième). C'est plus difficile aux yeux d'un autre. Virton se tourne déjà vers la CBAS pour obtenir sa licence - son stade, trop petit, pose problème. Westerlo attend de voir à quoi ressemblera la D1B une fois les problèmes de licences réglés et étudiera alors les options juridiques.