Les chances de retrouver un pilote belge sur le podium à l'arrivée des 24 Heures du Mans ce dimanche à 14h30 sont réelles dans la catégorie GTE-Pro. Vainqueur de l'épreuve en 2018, Laurens Vanthoor (Porsche) aura de nouveau une belle carte à jouer aux côtés du Français Kévin Estre et du Danois Michael Christensen, actuels deuxième du championnat du monde d'endurance (WEC). S'il ne participe pas au WEC, le Belge est un habitué dans ce genre de courses puisqu'il roule en GTLM dans le championnat américain IMSA. Une compétition qui reprend une réglementation semblable au GTE-Pro en WEC et au Mans. Il s'agira de sa quatrième participation. 13e de la catégorie l'an passé, Maxime Martin (Aston Martin) sera le deuxième Belge dans la course au podium en GTE-Pro. Quatrième du Championnat du Monde d'Endurance, il sort d'un podium à Spa-Francorchamps. Le Bruxellois visera donc un résultat similaire ce week-end avec ses équipiers britanniques Alexander Lynn et Harry Tincknell. Porsche et Aston Martin devront toutefois se méfier de la vélocité des Ferrari. À noter que pour la première fois depuis 2000, Corvette ne sera pas au départ. Un troisième représentant noir-jaune-rouge sera au volant d'une GT dans la Sarthe. Habitué du GT World Challenge, Adrien De Leener participera à ses premières 24 Heures du Mans avec une Porsche qu'il partagera avec l'Américain Dominique Bastien et l'Autrichien Thomas Preining. Le trio sera candidat à un bon résultat en GTE-Am. Enfin, Christophe d'Ansembourg va découvrir le double tour d'horloge sarthois sur une Ligier-Gibson LMP2. Grand habitué des courses de F1 et de prototypes historiques, l'Ucclois de 57 ans prendra part à la classique mancelle accompagné par les Français Erik Maris et Adrien Tambay, le fils de l'ex-pilote F1 Patrick Tambay et aussi ancien pilote Audi en DTM. Contrairement à l'année passée, il n'y a pas de Belge engagé dans la classe LMP1, la catégorie reine du championnat. Pour la troisième année consécutive, Toyota est le grand favori et pourrait décrocher une troisième victoire de rang. Coronavirus oblige, les 24 Heures du Mans se dérouleront pour la première fois de l'histoire sans public. Le programme a aussi été modifié : les premiers essais auront lieu ce jeudi à partir de 10h avant la séance qualificative à 17h15 (45 minutes) et les essais de nuit à 20h. Le lendemain, place à une dernière séance d'essais à 10h et à l'Hyperpole à 11h30. Quant au départ de la course, il sera donné samedi sur le coup de 14h30 au lieu de 15h00 traditionnellement. (Belga)

Les chances de retrouver un pilote belge sur le podium à l'arrivée des 24 Heures du Mans ce dimanche à 14h30 sont réelles dans la catégorie GTE-Pro. Vainqueur de l'épreuve en 2018, Laurens Vanthoor (Porsche) aura de nouveau une belle carte à jouer aux côtés du Français Kévin Estre et du Danois Michael Christensen, actuels deuxième du championnat du monde d'endurance (WEC). S'il ne participe pas au WEC, le Belge est un habitué dans ce genre de courses puisqu'il roule en GTLM dans le championnat américain IMSA. Une compétition qui reprend une réglementation semblable au GTE-Pro en WEC et au Mans. Il s'agira de sa quatrième participation. 13e de la catégorie l'an passé, Maxime Martin (Aston Martin) sera le deuxième Belge dans la course au podium en GTE-Pro. Quatrième du Championnat du Monde d'Endurance, il sort d'un podium à Spa-Francorchamps. Le Bruxellois visera donc un résultat similaire ce week-end avec ses équipiers britanniques Alexander Lynn et Harry Tincknell. Porsche et Aston Martin devront toutefois se méfier de la vélocité des Ferrari. À noter que pour la première fois depuis 2000, Corvette ne sera pas au départ. Un troisième représentant noir-jaune-rouge sera au volant d'une GT dans la Sarthe. Habitué du GT World Challenge, Adrien De Leener participera à ses premières 24 Heures du Mans avec une Porsche qu'il partagera avec l'Américain Dominique Bastien et l'Autrichien Thomas Preining. Le trio sera candidat à un bon résultat en GTE-Am. Enfin, Christophe d'Ansembourg va découvrir le double tour d'horloge sarthois sur une Ligier-Gibson LMP2. Grand habitué des courses de F1 et de prototypes historiques, l'Ucclois de 57 ans prendra part à la classique mancelle accompagné par les Français Erik Maris et Adrien Tambay, le fils de l'ex-pilote F1 Patrick Tambay et aussi ancien pilote Audi en DTM. Contrairement à l'année passée, il n'y a pas de Belge engagé dans la classe LMP1, la catégorie reine du championnat. Pour la troisième année consécutive, Toyota est le grand favori et pourrait décrocher une troisième victoire de rang. Coronavirus oblige, les 24 Heures du Mans se dérouleront pour la première fois de l'histoire sans public. Le programme a aussi été modifié : les premiers essais auront lieu ce jeudi à partir de 10h avant la séance qualificative à 17h15 (45 minutes) et les essais de nuit à 20h. Le lendemain, place à une dernière séance d'essais à 10h et à l'Hyperpole à 11h30. Quant au départ de la course, il sera donné samedi sur le coup de 14h30 au lieu de 15h00 traditionnellement. (Belga)