Hubbard occupe actuellement la 16e place au classement de qualification olympique, mais au moins six athlètes devant elle ne prendront pas part aux Jeux. Quatre Chinoises et deux Coréennes la précèdent au classement, or les nations ne peuvent envoyer qu'un athlète par catégorie. La Nord-Coréenne Kim Kuk Hyang ne participera pas car son pays ne se rendra pas au Japon et la Russe Tatiana Kashirina est suspendue. Feagaiga Stowers, des Samoa, se retrouve ainsi dans le top-8, ce qui signifie que Hubbard décrochera le ticket accordé à la meilleure concurrente d'Océanie hors top-8. Les qualifiées seront officialisées le 5 juillet. Devenue Laurel Hubbard à l'âge de 34 ans, la Néo-Zélandaise a décroché la médaille d'argent aux Mondiaux 2017. L'an passé, elle a gagné la Coupe du monde à Rome. Le site Francs Jeux indique que selon les directives du CIO sur la question des transgenres, publiées en novembre 2015, les athlètes ayant changé de sexe, passant du statut d'homme à celui de femme, peuvent concourir dans les épreuves féminines à la condition que leur taux de testostérone soit maintenu en dessous de 10 nanomoles par litre, et cela pendant une période d'au moins 12 mois. L'IWF suit cette règle et Hubbard répond à ces critères. (Belga)

Hubbard occupe actuellement la 16e place au classement de qualification olympique, mais au moins six athlètes devant elle ne prendront pas part aux Jeux. Quatre Chinoises et deux Coréennes la précèdent au classement, or les nations ne peuvent envoyer qu'un athlète par catégorie. La Nord-Coréenne Kim Kuk Hyang ne participera pas car son pays ne se rendra pas au Japon et la Russe Tatiana Kashirina est suspendue. Feagaiga Stowers, des Samoa, se retrouve ainsi dans le top-8, ce qui signifie que Hubbard décrochera le ticket accordé à la meilleure concurrente d'Océanie hors top-8. Les qualifiées seront officialisées le 5 juillet. Devenue Laurel Hubbard à l'âge de 34 ans, la Néo-Zélandaise a décroché la médaille d'argent aux Mondiaux 2017. L'an passé, elle a gagné la Coupe du monde à Rome. Le site Francs Jeux indique que selon les directives du CIO sur la question des transgenres, publiées en novembre 2015, les athlètes ayant changé de sexe, passant du statut d'homme à celui de femme, peuvent concourir dans les épreuves féminines à la condition que leur taux de testostérone soit maintenu en dessous de 10 nanomoles par litre, et cela pendant une période d'au moins 12 mois. L'IWF suit cette règle et Hubbard répond à ces critères. (Belga)