Outre les messages de soutien, le Canadien a reçu en effet de nombreuses menaces sur lesquelles il s'est exprimé pour la première fois dans un communiqué sur Twitter. Latifi était parti à la faute à quelques tours de la fin du dernier Grand Prix de la saison, alors que Lewis Hamilton s'en allait, sauf surprise, conquérir une nouvelle couronne mondiale. La sortie de la safety car qui s'en est suivie a finalement permis à Max Verstappen de revenir sur le Britannique et de le dépasser dans un dernier tour fou, chipant ainsi les lauriers à celui-ci. "Je ne suis pas surpris d'avoir reçu ce genre de messages. Mais ce qui m'a choqué, c'est le ton extrême de la haine et des injures, et même de menaces de mort que j'ai reçues", a expliqué Latifi. "Les gens ont leur opinion, pas de problème", a-t-il poursuivi. "Mais beaucoup des commentaires que j'ai reçus la semaine ont franchi la limite." Et le pilote canadien de conclure philosophiquement: "Le sport est compétitif par nature, mais il devrait rassembler plutôt que diviser." Un message qui a reçu le soutien de plusieurs écuries de Formule 1, dont Mercedes, l'écurie de Lewis Hamilton: "Reste fort Nicholas Latifi. Nous sommes avec toi dans la lutte contre la haine et l'abus sur les réseaux sociaux". (Belga)

Outre les messages de soutien, le Canadien a reçu en effet de nombreuses menaces sur lesquelles il s'est exprimé pour la première fois dans un communiqué sur Twitter. Latifi était parti à la faute à quelques tours de la fin du dernier Grand Prix de la saison, alors que Lewis Hamilton s'en allait, sauf surprise, conquérir une nouvelle couronne mondiale. La sortie de la safety car qui s'en est suivie a finalement permis à Max Verstappen de revenir sur le Britannique et de le dépasser dans un dernier tour fou, chipant ainsi les lauriers à celui-ci. "Je ne suis pas surpris d'avoir reçu ce genre de messages. Mais ce qui m'a choqué, c'est le ton extrême de la haine et des injures, et même de menaces de mort que j'ai reçues", a expliqué Latifi. "Les gens ont leur opinion, pas de problème", a-t-il poursuivi. "Mais beaucoup des commentaires que j'ai reçus la semaine ont franchi la limite." Et le pilote canadien de conclure philosophiquement: "Le sport est compétitif par nature, mais il devrait rassembler plutôt que diviser." Un message qui a reçu le soutien de plusieurs écuries de Formule 1, dont Mercedes, l'écurie de Lewis Hamilton: "Reste fort Nicholas Latifi. Nous sommes avec toi dans la lutte contre la haine et l'abus sur les réseaux sociaux". (Belga)