"Je me présente, mon nom est Laszlo Bölöni", a débuté le Roumain avec son humour typique. "Non, je vais essayer d'être sérieux aujourd'hui. Je suis heureux de rejoindre Gand qui est un grand club en Belgique. Et la Belgique est ma deuxième patrie. Le club est ambitieux et je le suis également. Nous pouvons passer des étapes ensemble." L'entraîneur roumain se trouvait au Qatar ces derniers jours où il négociait avec un autre club avant d'opter finalement pour Gand. ""Au Qatar, j'ai fait tout ce que j'ai pu dans le passé", a-t-il précisé avec un clin d'oeil. À Gand, il retrouvera son ancien T2 à l'Antwerp, Wim De Decker. "Wim a toujours été très précieux pour moi. L'appeler assistant serait trop réducteur. Je l'appelle mon partenaire. Nous avons traversé beaucoup de choses ensemble ces dernières années." Le Roumain, qui doit passer un test au coronavirus, pourrait déjà être sur le banc samedi (20h45) lors de la réception de l'Antwerp, son ancien club ces trois dernières saisons. "Ce sera spécial", a-t-il reconnu. "Mais ce ne sera pas un cadeau. J'ai déjà reçu des messages des joueurs de l'Antwerp, même après mon départ. Je tiens à les remercier pour cela. Je n'oublierai pas. Mais nous sommes des pros. Nos responsabilités changent. Nous ferons tout notre possible samedi pour gagner." À l'Antwerp, Bölöni se basait avant tout sur une organisation défensive. Mais il n'a pas joué comme cela avec tous ses clubs. "J'aime aussi le football offensif. Mais le plus important est de travailler dur. Si c'est possible, je développerai un football offensif même si ce terme a de nombreuses définitions. Jeudi, le Roumain a donné son premier entraînement avec son nouveau groupe. Il ne voulait pas faire de déclarations sur son groupe. "Il y a beaucoup de profils intéressants", a-t-il expliqué. "Mais j'ai besoin de plus de temps pour faire des déclarations à leur sujet, environ dix jours. Bien sûr, un club comme Gand veut toujours améliorer son groupe. C'est ce que veulent tous les clubs. Mais je dois encore voir dans quelle direction je veux pousser ce groupe. Nous allons examiner cela en interne." (Belga)

"Je me présente, mon nom est Laszlo Bölöni", a débuté le Roumain avec son humour typique. "Non, je vais essayer d'être sérieux aujourd'hui. Je suis heureux de rejoindre Gand qui est un grand club en Belgique. Et la Belgique est ma deuxième patrie. Le club est ambitieux et je le suis également. Nous pouvons passer des étapes ensemble." L'entraîneur roumain se trouvait au Qatar ces derniers jours où il négociait avec un autre club avant d'opter finalement pour Gand. ""Au Qatar, j'ai fait tout ce que j'ai pu dans le passé", a-t-il précisé avec un clin d'oeil. À Gand, il retrouvera son ancien T2 à l'Antwerp, Wim De Decker. "Wim a toujours été très précieux pour moi. L'appeler assistant serait trop réducteur. Je l'appelle mon partenaire. Nous avons traversé beaucoup de choses ensemble ces dernières années." Le Roumain, qui doit passer un test au coronavirus, pourrait déjà être sur le banc samedi (20h45) lors de la réception de l'Antwerp, son ancien club ces trois dernières saisons. "Ce sera spécial", a-t-il reconnu. "Mais ce ne sera pas un cadeau. J'ai déjà reçu des messages des joueurs de l'Antwerp, même après mon départ. Je tiens à les remercier pour cela. Je n'oublierai pas. Mais nous sommes des pros. Nos responsabilités changent. Nous ferons tout notre possible samedi pour gagner." À l'Antwerp, Bölöni se basait avant tout sur une organisation défensive. Mais il n'a pas joué comme cela avec tous ses clubs. "J'aime aussi le football offensif. Mais le plus important est de travailler dur. Si c'est possible, je développerai un football offensif même si ce terme a de nombreuses définitions. Jeudi, le Roumain a donné son premier entraînement avec son nouveau groupe. Il ne voulait pas faire de déclarations sur son groupe. "Il y a beaucoup de profils intéressants", a-t-il expliqué. "Mais j'ai besoin de plus de temps pour faire des déclarations à leur sujet, environ dix jours. Bien sûr, un club comme Gand veut toujours améliorer son groupe. C'est ce que veulent tous les clubs. Mais je dois encore voir dans quelle direction je veux pousser ce groupe. Nous allons examiner cela en interne." (Belga)