La cérémonie s'est déroulée en comité restreint avec la présence de Philippe Close (PS), le bourgmestre de Bruxelles, Benoît Hellings (Ecolo), l'échevin des Sports, du Chef de corps de la Police de Bruxelles-Capitale Ixelles Michel Goovaerts et des ambassadeurs d'Italie et du Royaume-Uni. "Il est important de ne pas oublier les victimes. Ce tragique événement a permis d'éradiquer l'hooliganisme dans les stades. Il a également permis la rénovation du stade Roi Baudouin qui a accueilli en toute sécurité des matches de l'Euro 2000", a déclaré Philippe Close. "J'avais 7 ans lors de l'événement et je n'ai découvert les images d'horreur que quelques années plus tard. Ce match devait être une fête pour Bruxelles. Malheureusement, les victimes ont découvert ce que le sport pouvait offrir de pire", a ajouté Benoît Hellings. Michel Goovaerts, le Chef de corps de la Police de Bruxelles-Capitale Ixelles, a également eu une pensée pour les forces de police présentes lors de la tragédie. "Je pense évidemment aux victimes mais aussi aux services de police et de secours qui ont vécu le drame de près. Ce drame a ouvert la porte de la remise en question et une amélioration de la sécurité dans les stades." "Le sport est une école de vie et la violence des supporters n'a rien à voir avec le sport. Les hooligans utilisent le sport pour manifester leur violence. Avec 32 victimes, la communauté italienne a été fortement touchée et il s'agit d'un des moments les plus douloureux pour les Italiens en Belgique", a souligné Elena Basile, l'ambassadrice de l'Italie en Belgique. "Je me souviens du choc au moment de l'événement. Ce match devait être une fête", a ajouté son homologue britannique Martin Shearman. Après les discours, les invités ont déposé des fleurs devant la stèle où sont inscrits les noms des 39 victimes du drame avant de respecter une minute de silence. (Belga)

La cérémonie s'est déroulée en comité restreint avec la présence de Philippe Close (PS), le bourgmestre de Bruxelles, Benoît Hellings (Ecolo), l'échevin des Sports, du Chef de corps de la Police de Bruxelles-Capitale Ixelles Michel Goovaerts et des ambassadeurs d'Italie et du Royaume-Uni. "Il est important de ne pas oublier les victimes. Ce tragique événement a permis d'éradiquer l'hooliganisme dans les stades. Il a également permis la rénovation du stade Roi Baudouin qui a accueilli en toute sécurité des matches de l'Euro 2000", a déclaré Philippe Close. "J'avais 7 ans lors de l'événement et je n'ai découvert les images d'horreur que quelques années plus tard. Ce match devait être une fête pour Bruxelles. Malheureusement, les victimes ont découvert ce que le sport pouvait offrir de pire", a ajouté Benoît Hellings. Michel Goovaerts, le Chef de corps de la Police de Bruxelles-Capitale Ixelles, a également eu une pensée pour les forces de police présentes lors de la tragédie. "Je pense évidemment aux victimes mais aussi aux services de police et de secours qui ont vécu le drame de près. Ce drame a ouvert la porte de la remise en question et une amélioration de la sécurité dans les stades." "Le sport est une école de vie et la violence des supporters n'a rien à voir avec le sport. Les hooligans utilisent le sport pour manifester leur violence. Avec 32 victimes, la communauté italienne a été fortement touchée et il s'agit d'un des moments les plus douloureux pour les Italiens en Belgique", a souligné Elena Basile, l'ambassadrice de l'Italie en Belgique. "Je me souviens du choc au moment de l'événement. Ce match devait être une fête", a ajouté son homologue britannique Martin Shearman. Après les discours, les invités ont déposé des fleurs devant la stèle où sont inscrits les noms des 39 victimes du drame avant de respecter une minute de silence. (Belga)