Thomas De Gendt, comme souvent, a été très actif en début d'étape. Parti en compagnie de Dunbar, le coureur de l'équipe Lotto Soudal a été rejoint par 23 coureurs alors que le peloton s'est rapidement relevé derrière. Le groupe de tête, avec également Jenthe Biermans (Katusha) et Jan Bakelants (Sunweb), a vu son avance grimper jusqu'à 15 minutes à 80 kilomètres de l'arrivée. Dans la montée de Montoso (1re cat.), première réelle difficulté de ce Giro, six hommes se sont détachés en tête. Deux coureurs sont ensuite revenus dans la descente, formant un groupe de huit unités. C'est donc les Italiens Gianluca Brambilla (Trek-Segafredo), Caruso, Eros Capecchi (Deceuninck-Quick Step), Dario Cataldo (Astana), Benedetti et Matteo Montaguti (Androni Giocattoli - Sidermec), le Slovène Jan Polanc (Emirates) ainsi que Dunbar qui se sont présentés groupés dans le final. L'ultime bosse a permis à Brambilla et Capecchi de creuser un écart significatif, rejoints ensuite par trois coureurs dans les derniers hectomètres. Plus véloce, Cesare Benedetti s'est imposé au sprint. Sixième du jour, Polanc, 27 ans et deux succès sur les routes du Giro, a endossé pour la première fois le maillot rose. Premier Belge, De Gendt a pris la 8e place. Dans le groupe des favoris, le Colombien Miguel Angel Lopez (3e du Giro 2018) puis l'Espagnol Mikel Landa sont passés à l'attaque dans la montée. Ils ont pris une trentaine de secondes à leurs rivaux directs au classement. L'Italien Vincenzo Nibali est apparu très à l'aise, tout comme le Polonais Rafal Majka. En revanche, le Slovène Primoz Roglic s'est retrouvé vite esseulé. Deux sprinteurs n'ont pas pris le départ de cette douzième étape jeudi à Cuneo. Vainqueur à Pesaro et Novi Ligure, l'Australien Caleb Ewan (Lotto Soudal) a quitté le Giro, à l'instar du champion d'Italie Elia Viviani (Deceuninck-Quick Step). Le sprinteur de la formation belge, trois fois deuxième cette année, n'a pas connu la même réussite qu'en 2018 lorsqu'il avait levé les bras à quatre reprises. Vendredi, la 13e étape de ce 102e Tour d'Italie verra le peloton quitter Pinerolo pour rejoindre Ceresole Reale sur la distance de 196 kilomètres. L'arrivée sera jugée au Lago Serru après une ascension de 27,5 kilomètres à 5,4% de moyenne. (Belga)