Philipsen s'est imposé dans un sprint en montée. "C'était un sprint chaotique", a-t-il raconté. "En chemin, c'était relativement calme, avec cette échappée matinale qui était sous contrôle. Cela signifiait bien sûr qu'une série de coureurs arrivaient frais à Knokke-Heist et pouvaient prendre part au sprint. C'était difficile de se placer en bonne position et surtout d'y rester. À la fin, je n'étais plus très frais." Le coronavirus est de nouveau un sujet de discussion au sein du peloton, après des abandons tant au Tour de Belgique qu'au Tour de Suisse. "Il y aura de nouveau de plus en plus de prises de conscience dans le peloton. Il serait dommage que quelqu'un doive abandonner à l'approche du championnat de Belgique et certainement à l'approche du Tour de France. Nous continuons à suivre cela de près. C'est quelque chose d'invisible. Il ne faut pas trop y penser, mais nous devons en tenir compte." (Belga)

Philipsen s'est imposé dans un sprint en montée. "C'était un sprint chaotique", a-t-il raconté. "En chemin, c'était relativement calme, avec cette échappée matinale qui était sous contrôle. Cela signifiait bien sûr qu'une série de coureurs arrivaient frais à Knokke-Heist et pouvaient prendre part au sprint. C'était difficile de se placer en bonne position et surtout d'y rester. À la fin, je n'étais plus très frais." Le coronavirus est de nouveau un sujet de discussion au sein du peloton, après des abandons tant au Tour de Belgique qu'au Tour de Suisse. "Il y aura de nouveau de plus en plus de prises de conscience dans le peloton. Il serait dommage que quelqu'un doive abandonner à l'approche du championnat de Belgique et certainement à l'approche du Tour de France. Nous continuons à suivre cela de près. C'est quelque chose d'invisible. Il ne faut pas trop y penser, mais nous devons en tenir compte." (Belga)