Il ne s'agit à ce stade que d'une note d'intention. "Le football professionnel belge est conscient de la nécessité de devenir plus transparent et d'adopter des règles qui mettent en ?uvre la bonne gouvernance", a affirmé Croonen. "Nous voulons organiser le monde du football de manière transparente et durable. L'objectif est de mettre en place un plan global d'action afin qu'une compétition équitable puisse être organisée, que la formation des jeunes au sein de nos clubs soit encouragée et que dans le même temps le football belge reste compétitif." Pour atteindre cet objectif, la Pro League a encore une fois fait appel à l'avis d'experts. L'avocat fiscaliste Michel Maus, le ministre d'état Johan Vande Lanotte et l'ancien joueur de basket Thomas Van den Spiegel (Flanders Classics) devaient en principe présenter leurs premières propositions ce mardi mais le trio n'a pas bouclé son rapport à temps. Les dernières recommandations doivent être ajoutées et devraient être dévoilées en février. En attendant, la Pro League va relever elle-même le défi. Croonen affirme, par exemple, que les clubs professionnels pourraient s'inscrire préventivement dans la législation sur le blanchiment d'argent. "De la sorte, nous aurons un rôle actif dans la lutte contre la fraude, avec par exemple l'obligation de déclaration. Le fait que nous assumons nous-mêmes cette responsabilité peut avoir un impact important sur la manière dont le club est organisé." Croonen évoque également la surveillance fiscale horizontale: de manière classique, le contrôle fiscal n'a lieu qu'après la déclaration fiscale, mais dans le cas du contrôle horizontal, l'administration fiscale travaille directement avec le comptable d'une entreprise. "C'est le maximum de la transparence. Si c'est possible pour les clubs de football, nous voulons y travailler." En outre, la Pro League souhaite conclure des accords de conformité avec le secteur bancaire et élaborer, en collaboration avec la commission des jeux de hasard, une charte éthique sur les paris sportifs." Le régime de faveur fiscale et sociale dont bénéficient les clubs et les joueurs de football s'inscrit également dans le cadre du plan d'action que Croonen souhaite élaborer. Cela n'a pas été discuté mardi lors de l'assemblée générale des clubs professionnels, qui ont eux-mêmes préparé une proposition. "Le monde politique nous a fait savoir qu'il y avait une volonté de négocier. Ces discussions auront lieu en temps voulu." (Belga)

Il ne s'agit à ce stade que d'une note d'intention. "Le football professionnel belge est conscient de la nécessité de devenir plus transparent et d'adopter des règles qui mettent en ?uvre la bonne gouvernance", a affirmé Croonen. "Nous voulons organiser le monde du football de manière transparente et durable. L'objectif est de mettre en place un plan global d'action afin qu'une compétition équitable puisse être organisée, que la formation des jeunes au sein de nos clubs soit encouragée et que dans le même temps le football belge reste compétitif." Pour atteindre cet objectif, la Pro League a encore une fois fait appel à l'avis d'experts. L'avocat fiscaliste Michel Maus, le ministre d'état Johan Vande Lanotte et l'ancien joueur de basket Thomas Van den Spiegel (Flanders Classics) devaient en principe présenter leurs premières propositions ce mardi mais le trio n'a pas bouclé son rapport à temps. Les dernières recommandations doivent être ajoutées et devraient être dévoilées en février. En attendant, la Pro League va relever elle-même le défi. Croonen affirme, par exemple, que les clubs professionnels pourraient s'inscrire préventivement dans la législation sur le blanchiment d'argent. "De la sorte, nous aurons un rôle actif dans la lutte contre la fraude, avec par exemple l'obligation de déclaration. Le fait que nous assumons nous-mêmes cette responsabilité peut avoir un impact important sur la manière dont le club est organisé." Croonen évoque également la surveillance fiscale horizontale: de manière classique, le contrôle fiscal n'a lieu qu'après la déclaration fiscale, mais dans le cas du contrôle horizontal, l'administration fiscale travaille directement avec le comptable d'une entreprise. "C'est le maximum de la transparence. Si c'est possible pour les clubs de football, nous voulons y travailler." En outre, la Pro League souhaite conclure des accords de conformité avec le secteur bancaire et élaborer, en collaboration avec la commission des jeux de hasard, une charte éthique sur les paris sportifs." Le régime de faveur fiscale et sociale dont bénéficient les clubs et les joueurs de football s'inscrit également dans le cadre du plan d'action que Croonen souhaite élaborer. Cela n'a pas été discuté mardi lors de l'assemblée générale des clubs professionnels, qui ont eux-mêmes préparé une proposition. "Le monde politique nous a fait savoir qu'il y avait une volonté de négocier. Ces discussions auront lieu en temps voulu." (Belga)