Cette sanction est la conséquence de sa carte rouge directe reçue pour un tacle deux pieds en avant sur Amallah lors du match à domicile le 17 août contre Mouscron (2-0). La décision de la commission des Litiges d'appel a été reportée en raison d'un manque de clarté quant à la validité juridique du nouveau tableau indicatif des sanctions. Samedi, Wesley Moraes (Club Bruges), Mehdi Carcela (Standard), Eric Ocansey (Eupen) et Loris Brogno (Beerschot Wilrijk) ont été acquittés en appel parce qu'il n'était pas suffisamment prouvé que le tableau indicatif avait été approuvé par la Pro League. On s'attendait à ce que Vranjes reste impuni, mais il n'en a rien été. La commission a pris sa décision sur base d'un mail de Pierre François, le CEO de la Pro League, au procureur Marc Rubens montrant l'approbation du tableau indicatif par la Pro League. "Le courrier du 13 août a montré que les membres du conseil d'administration avaient adopté à l'unanimité le tableau indicatif", a déclaré le président du comité, Rik Ascrawat. "L'approbation finale et la formalité nécessaire ne doivent pas garantir que toutes les infractions restent impunies. En outre, les documents soumis montrent qu'aucun membre du conseil d'administration n'a commenté le rapport du groupe de travail "Disciplinary" de la ligue professionnelle. En ce qui concerne la commission des Litiges d'appel, le tableau indicatif est donc valable à partir du 13 août et est donc applicable dans ce cas." RSC Anderlecht, qui n'a pas contesté la validité du tableau indicatif dans ses plaidoiries de la semaine dernière, n'a plus le droit d'interjeter appel. Cependant, le dossier pénal peut être rouvert par l'intermédiaire de la commission d'évocation de l'URBSFA. Cette commission examine les éventuelles erreurs de procédure et non le fond de l'affaire. Les Anderlechtois peuvent encore éventuellement porter le dossier Vranjes devant la Cour belge d'arbitrage pour le sport (CBAS). (Belga)

Cette sanction est la conséquence de sa carte rouge directe reçue pour un tacle deux pieds en avant sur Amallah lors du match à domicile le 17 août contre Mouscron (2-0). La décision de la commission des Litiges d'appel a été reportée en raison d'un manque de clarté quant à la validité juridique du nouveau tableau indicatif des sanctions. Samedi, Wesley Moraes (Club Bruges), Mehdi Carcela (Standard), Eric Ocansey (Eupen) et Loris Brogno (Beerschot Wilrijk) ont été acquittés en appel parce qu'il n'était pas suffisamment prouvé que le tableau indicatif avait été approuvé par la Pro League. On s'attendait à ce que Vranjes reste impuni, mais il n'en a rien été. La commission a pris sa décision sur base d'un mail de Pierre François, le CEO de la Pro League, au procureur Marc Rubens montrant l'approbation du tableau indicatif par la Pro League. "Le courrier du 13 août a montré que les membres du conseil d'administration avaient adopté à l'unanimité le tableau indicatif", a déclaré le président du comité, Rik Ascrawat. "L'approbation finale et la formalité nécessaire ne doivent pas garantir que toutes les infractions restent impunies. En outre, les documents soumis montrent qu'aucun membre du conseil d'administration n'a commenté le rapport du groupe de travail "Disciplinary" de la ligue professionnelle. En ce qui concerne la commission des Litiges d'appel, le tableau indicatif est donc valable à partir du 13 août et est donc applicable dans ce cas." RSC Anderlecht, qui n'a pas contesté la validité du tableau indicatif dans ses plaidoiries de la semaine dernière, n'a plus le droit d'interjeter appel. Cependant, le dossier pénal peut être rouvert par l'intermédiaire de la commission d'évocation de l'URBSFA. Cette commission examine les éventuelles erreurs de procédure et non le fond de l'affaire. Les Anderlechtois peuvent encore éventuellement porter le dossier Vranjes devant la Cour belge d'arbitrage pour le sport (CBAS). (Belga)