L'histoire aurait pu se terminer par un tirage au sort, mais la 3e et dernière journée du groupe E a figé les positions, le Brésil a éliminé la Serbie (2-0) et la Suisse a pu se contenter d'un point contre le Costa Rica (2-2) pour passer en 8es de finale. Ce sera mardi prochain (16h00) à Saint-Petersbourg. Vladimir Petkovic était très heureux de la qualification de son équipe malgré les cartons jaunes de Stephan Lichtsteiner et Fabian Schär, qui, suspendus pour un 2e avertissement, ne joueront pas contre les Suédois. "Nous avons pris l'habitude d'écrire l'histoire, mais notre prochain objectif, c'est notre prochain match. Nous restons concentrés sur la Suède", a commenté Petkovic, sous-entendu pas sur le fait que la Suisse pourrait rejoindre les quarts de finale d'une Coupe du monde pour la première fois depuis 1954. L'entraîneur de la Suisse ne regrettait pas la décision d'aligner ses deux joueurs contre le Costa Rica malgré le risque qu'ils encourraient. "Avant le match, nous n'étions sûrs de rien, même si nous pouvions nous qualifier avec un match nul ou même une courte défaite. C'est très dommage, mais il est trop tard pour y changer quoique ce soit". Auteur du but d'ouverture contre les Costaricains mercredi, Blerim Dzemaili soulignait lui que la Suisse pouvait "beaucoup mieux jouer. Je suis content de mon but, mais pas de notre prestation", a commenté le milieu de terrain de Bologne qui reste persuadé que son pays à les qualités pour passer. "Pourquoi ne pas être l'équipe surprise ? Si ce n'est pas maintenant, ce sera quand ?" (Belga)

L'histoire aurait pu se terminer par un tirage au sort, mais la 3e et dernière journée du groupe E a figé les positions, le Brésil a éliminé la Serbie (2-0) et la Suisse a pu se contenter d'un point contre le Costa Rica (2-2) pour passer en 8es de finale. Ce sera mardi prochain (16h00) à Saint-Petersbourg. Vladimir Petkovic était très heureux de la qualification de son équipe malgré les cartons jaunes de Stephan Lichtsteiner et Fabian Schär, qui, suspendus pour un 2e avertissement, ne joueront pas contre les Suédois. "Nous avons pris l'habitude d'écrire l'histoire, mais notre prochain objectif, c'est notre prochain match. Nous restons concentrés sur la Suède", a commenté Petkovic, sous-entendu pas sur le fait que la Suisse pourrait rejoindre les quarts de finale d'une Coupe du monde pour la première fois depuis 1954. L'entraîneur de la Suisse ne regrettait pas la décision d'aligner ses deux joueurs contre le Costa Rica malgré le risque qu'ils encourraient. "Avant le match, nous n'étions sûrs de rien, même si nous pouvions nous qualifier avec un match nul ou même une courte défaite. C'est très dommage, mais il est trop tard pour y changer quoique ce soit". Auteur du but d'ouverture contre les Costaricains mercredi, Blerim Dzemaili soulignait lui que la Suisse pouvait "beaucoup mieux jouer. Je suis content de mon but, mais pas de notre prestation", a commenté le milieu de terrain de Bologne qui reste persuadé que son pays à les qualités pour passer. "Pourquoi ne pas être l'équipe surprise ? Si ce n'est pas maintenant, ce sera quand ?" (Belga)