Nombreux sont les candidats à la victoire dans la seule course d'un jour espagnole du calendrier WorldTour, la première après le Tour de France et les JO. Elle devrait, au regard de la difficulté du parcours, sourire à un grimpeur ou un puncheur. En effet, le peloton devra parcourir 223,5 kilomètres et le parcours, qui n'offre presque aucun répit et propose six ascensions répertoriées, dont deux de première catégorie. Caractéristiques de la région, Erlatiz (3,8 km à 10,6%) et l'Alto de Murgil (2,1 km à 10,1%) s'annoncent aussi brutales que décisives. Le champion du monde français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) y trouvera un terrain de jeu propice à l'expression de ses qualités, comme il l'a déjà démontré il y a trois ans en l'emportant au sprint devant le Néerlandais Bauke Mollema. Mais la concurrence s'annonce rude car la plupart des cadors n'ayant pas fait le voyage à Tokyo seront présents, à l'instar du Colombien Egan Bernal (INEOS-Grenadiers), qui se prépare pour le Tour d'Espagne, ainsi que le Danois Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma), 2e du récent Tour de France. Il faudra également surveiller le Slovène Matej Mohoric (Bahrain-Victorious), double vainqueur d'étape sur la Grande Boucle, son équipier espagnol Mikel Landa ou encore les frères Izagirre, Jon et Gorka (Astana), qui évolueront sur leurs routes. Vingt-cinq formations, soit un total de 175 coureurs, se présenteront au départ du rendez-vous basque. Outre les dix-neuf équipes WorldTour, l'organisation a distribué six invitations. Elles sont revenues aux équipes espagnoles Caja Rural-Seguroas RGA, Euskaltel-Euskadi, Burgos-BH et Equipa Kern Pharma ainsi qu'aux formations françaises TotalEnergies et Arkéa-Samsic. En préambule de la course masculine, la 3e édition de la version dames, désormais inscrite au calendrier WorldTour, se tiendra sur 139,8 kilomètres. Le parcours a été quelque peu modifié, le peloton ne devant gravir qu'une seule fois l'Alto de Murgil, redoutable juge de paix. En 2019, l'Australienne Lucy Kennedy s'était imposée. La course a aussi été annulée en 2020. (Belga)

Nombreux sont les candidats à la victoire dans la seule course d'un jour espagnole du calendrier WorldTour, la première après le Tour de France et les JO. Elle devrait, au regard de la difficulté du parcours, sourire à un grimpeur ou un puncheur. En effet, le peloton devra parcourir 223,5 kilomètres et le parcours, qui n'offre presque aucun répit et propose six ascensions répertoriées, dont deux de première catégorie. Caractéristiques de la région, Erlatiz (3,8 km à 10,6%) et l'Alto de Murgil (2,1 km à 10,1%) s'annoncent aussi brutales que décisives. Le champion du monde français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) y trouvera un terrain de jeu propice à l'expression de ses qualités, comme il l'a déjà démontré il y a trois ans en l'emportant au sprint devant le Néerlandais Bauke Mollema. Mais la concurrence s'annonce rude car la plupart des cadors n'ayant pas fait le voyage à Tokyo seront présents, à l'instar du Colombien Egan Bernal (INEOS-Grenadiers), qui se prépare pour le Tour d'Espagne, ainsi que le Danois Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma), 2e du récent Tour de France. Il faudra également surveiller le Slovène Matej Mohoric (Bahrain-Victorious), double vainqueur d'étape sur la Grande Boucle, son équipier espagnol Mikel Landa ou encore les frères Izagirre, Jon et Gorka (Astana), qui évolueront sur leurs routes. Vingt-cinq formations, soit un total de 175 coureurs, se présenteront au départ du rendez-vous basque. Outre les dix-neuf équipes WorldTour, l'organisation a distribué six invitations. Elles sont revenues aux équipes espagnoles Caja Rural-Seguroas RGA, Euskaltel-Euskadi, Burgos-BH et Equipa Kern Pharma ainsi qu'aux formations françaises TotalEnergies et Arkéa-Samsic. En préambule de la course masculine, la 3e édition de la version dames, désormais inscrite au calendrier WorldTour, se tiendra sur 139,8 kilomètres. Le parcours a été quelque peu modifié, le peloton ne devant gravir qu'une seule fois l'Alto de Murgil, redoutable juge de paix. En 2019, l'Australienne Lucy Kennedy s'était imposée. La course a aussi été annulée en 2020. (Belga)