Sa garde à vue a pris fin dans la matinée, a précisé à l'AFP le commandant du groupement de gendarmerie du Finistère, le colonel Nicolas Duvinage. Interrogé, le procureur de la République de Brest Camille Miansoni a simplement fait savoir à l'AFP qu'il communiquerait "sur les suites judiciaires de l'affaire" via un communiqué. Samedi, lors de la première étape du Tour, une spectatrice qui agitait une pancarte en tournant le dos au sens de la course avait été percutée par le peloton, provoquant la chute de nombreux coureurs à 45 km de l'arrivée. Plusieurs cyclistes ont été blessés et ont dû abandonner l'épreuve à la suite de l'accident. Un appel à témoins avait été lancé dans la soirée pour la retrouver. La jeune femme, âgée de trente ans et résidant dans le Nord-Finistère, s'est rendue mercredi à la mi-journée à la gendarmerie de Landerneau, chargée de l'enquête. Cependant, les gendarmes l'avaient "formellement identifiée" le matin même et s'apprêtaient à aller l'interpeller au moment où elle s'est présentée. Le Tour de France, qui avait porté plainte à son encontre, avait finalement décidé jeudi de retirer sa plainte. "Cela a pris des proportions folles", avait déclaré à l'AFP le directeur du Tour Christian Prudhomme. "Nous voulons apaiser les choses et surtout que le message passe auprès du public. Il s'agit de rappeler les mesures de précaution sur la route du Tour." (Belga)

Sa garde à vue a pris fin dans la matinée, a précisé à l'AFP le commandant du groupement de gendarmerie du Finistère, le colonel Nicolas Duvinage. Interrogé, le procureur de la République de Brest Camille Miansoni a simplement fait savoir à l'AFP qu'il communiquerait "sur les suites judiciaires de l'affaire" via un communiqué. Samedi, lors de la première étape du Tour, une spectatrice qui agitait une pancarte en tournant le dos au sens de la course avait été percutée par le peloton, provoquant la chute de nombreux coureurs à 45 km de l'arrivée. Plusieurs cyclistes ont été blessés et ont dû abandonner l'épreuve à la suite de l'accident. Un appel à témoins avait été lancé dans la soirée pour la retrouver. La jeune femme, âgée de trente ans et résidant dans le Nord-Finistère, s'est rendue mercredi à la mi-journée à la gendarmerie de Landerneau, chargée de l'enquête. Cependant, les gendarmes l'avaient "formellement identifiée" le matin même et s'apprêtaient à aller l'interpeller au moment où elle s'est présentée. Le Tour de France, qui avait porté plainte à son encontre, avait finalement décidé jeudi de retirer sa plainte. "Cela a pris des proportions folles", avait déclaré à l'AFP le directeur du Tour Christian Prudhomme. "Nous voulons apaiser les choses et surtout que le message passe auprès du public. Il s'agit de rappeler les mesures de précaution sur la route du Tour." (Belga)