Roland Duchâtelet propose de réduire le nombre de clubs professionnels de 34 à 24, comme le suggérait il y a 18 mois le rapport d'Ernst&Young commandé par la Pro League, et de répartir ces 24 équipes en deux séries (A, B) de douze. Deux championnats se dérouleraient en parallèle pendant la première partie de la saison avant de se diviser en trois mini-championnats de huit équipes après la nouvelle année.

Les huit premiers de la série A se disputeraient le titre et les places européennes dans un "super play-off". Les quatre derniers de cette série ainsi que les quatre premiers de la Série B seraient opposés pour le maintien ou la promotion en Série A. Enfin, les équipes classées de 5 à 12 en Série B s'affronteraient pour rester en Série B mais aussi pour un montant de 4 millions d'euros de droits TV.

Roland Duchâtelet, qui incite ses confrères à reconnaître l'échec retentissant des plays-offs II et III, et à laisser de côté leur intérêt personnel au profit de l'intérêt collectif", insiste sur l'urgence. Il cite même le 15 mars comme date limite.

"Le système que je prône n'est sans doute pas parfait", admet-il, "mais meilleur que celui d'aujourd'hui. Il ne coûtera rien aux clubs de D1. Les 4 millions qui iraient aux huit équipes de D2 sont en effet déjà en caisse..."

Roland Duchâtelet propose de réduire le nombre de clubs professionnels de 34 à 24, comme le suggérait il y a 18 mois le rapport d'Ernst&Young commandé par la Pro League, et de répartir ces 24 équipes en deux séries (A, B) de douze. Deux championnats se dérouleraient en parallèle pendant la première partie de la saison avant de se diviser en trois mini-championnats de huit équipes après la nouvelle année.Les huit premiers de la série A se disputeraient le titre et les places européennes dans un "super play-off". Les quatre derniers de cette série ainsi que les quatre premiers de la Série B seraient opposés pour le maintien ou la promotion en Série A. Enfin, les équipes classées de 5 à 12 en Série B s'affronteraient pour rester en Série B mais aussi pour un montant de 4 millions d'euros de droits TV.Roland Duchâtelet, qui incite ses confrères à reconnaître l'échec retentissant des plays-offs II et III, et à laisser de côté leur intérêt personnel au profit de l'intérêt collectif", insiste sur l'urgence. Il cite même le 15 mars comme date limite."Le système que je prône n'est sans doute pas parfait", admet-il, "mais meilleur que celui d'aujourd'hui. Il ne coûtera rien aux clubs de D1. Les 4 millions qui iraient aux huit équipes de D2 sont en effet déjà en caisse..."