2007 : La fureur de vivre de François Sterchele

Ses débuts à Loncin, ses passages réussis au FC Liège, à La Calamine et OHL, son éclosion définitive à Charleroi, son association avec Izzet Akgül et Orlando, son transfert pour un million d'euros vers le Germinal Beerschot, ses 21 buts en 32 apparitions avec les Rats, sa première sélection avec les Diables de René Vandereycken, son transfert pour 3 millions d'euros vers le Club Bruges, le soutien indéfectible de Jacky Mathijssen qui en avait fait son transfert vedette pour son arrivée en Venise du Nord et cette fin tragique à seulement 26 ans dans la nuit du 7 au 8 mai 2008 au volant de sa Porsche Cayman sur la route entre Knokke et Anvers. Le drame de la carrière de François Sterchele, c'est qu'une phrase trop longue suffit à résumer une trajectoire de vie beaucoup trop courte. Près de 9 ans après sa disparition, beaucoup se demandent d'ailleurs encore ce qu'il serait advenu de la deuxième moitié de carrière de François Sterchele. Une question qui restera à jamais sans réponse.

2006 : Le faux départ de Tosin Dosunmu

Tosin Dosunmu, 18 buts en 2005-2006 pour le Germinal Beerschot.

Si les patronymes de Gil Bala, Victor Simoes, Prince Asubonteng ou Pius N'Diefi n'ont pas franchement marqué la saison 2005-2006 du Germinal Beerschot, c'est en grande partie la faute à Tosin Dosunmu. Tour à tour et au même titre que Jurgen Cavens, aligné au côté du Nigérian en pointe de l'attaque anversoise sous les ordres de Marc Brys puis Jos Daerden, la pléthore d'éléments offensifs présents au GBA cette année-là ne pèsera que peu en comparaison des 18 réalisations de cet attaquant ultra-rapide révélé à Westerlo deux ans plus tôt. Sacré meilleur buteur du championnat à 26 ans devant Mémé Tchité et Aristide Bancé, Tosin Dosunmu n'aura pourtant pas la carrière dont il rêvait. Sa première erreur étant de privilégier l'intérêt de l'AS Nancy Lorraine à celui du LOSC de Claude Puel, déjà en pleine ascension. Son départ vers la Ligue 1 est un flop monumental. Un cauchemar qui ne durera que six mois. Le temps pour André Denul, son agent de l'époque, de convaincre Francky Dury de relancer son poulain à Zulte Waregem. Une expérience qui tourne court. C'est qu'entre-temps, François Sterchele, l'héritier de Dosunmu au GBA, a tapé dans l'oeil du Club Bruges. Douze mois seulement après avoir quitté le Beerschot, le Nigérian est donc de retour au Kiel pour faire oublier son successeur ( ! ? ). Si le Beerschot se réjouit de ce maître coup financier, les dividendes sportifs, eux, se font toujours attendre. En 2011, quatre ans après son retour, Dosunmu quitte définitivement le GBA pour... l'Antwerp avant de mettre un terme à sa carrière à 33 ans après une dernière pige sous les ordres d'Alex Czerniatynski à Saint-Nicolas.

Par Martin Grimberghs

Rettrouvez l'intégralité de l'article concernant les meilleurs buteurs de Pro League dans votre Sport/Foot Magazine

Ses débuts à Loncin, ses passages réussis au FC Liège, à La Calamine et OHL, son éclosion définitive à Charleroi, son association avec Izzet Akgül et Orlando, son transfert pour un million d'euros vers le Germinal Beerschot, ses 21 buts en 32 apparitions avec les Rats, sa première sélection avec les Diables de René Vandereycken, son transfert pour 3 millions d'euros vers le Club Bruges, le soutien indéfectible de Jacky Mathijssen qui en avait fait son transfert vedette pour son arrivée en Venise du Nord et cette fin tragique à seulement 26 ans dans la nuit du 7 au 8 mai 2008 au volant de sa Porsche Cayman sur la route entre Knokke et Anvers. Le drame de la carrière de François Sterchele, c'est qu'une phrase trop longue suffit à résumer une trajectoire de vie beaucoup trop courte. Près de 9 ans après sa disparition, beaucoup se demandent d'ailleurs encore ce qu'il serait advenu de la deuxième moitié de carrière de François Sterchele. Une question qui restera à jamais sans réponse. Si les patronymes de Gil Bala, Victor Simoes, Prince Asubonteng ou Pius N'Diefi n'ont pas franchement marqué la saison 2005-2006 du Germinal Beerschot, c'est en grande partie la faute à Tosin Dosunmu. Tour à tour et au même titre que Jurgen Cavens, aligné au côté du Nigérian en pointe de l'attaque anversoise sous les ordres de Marc Brys puis Jos Daerden, la pléthore d'éléments offensifs présents au GBA cette année-là ne pèsera que peu en comparaison des 18 réalisations de cet attaquant ultra-rapide révélé à Westerlo deux ans plus tôt. Sacré meilleur buteur du championnat à 26 ans devant Mémé Tchité et Aristide Bancé, Tosin Dosunmu n'aura pourtant pas la carrière dont il rêvait. Sa première erreur étant de privilégier l'intérêt de l'AS Nancy Lorraine à celui du LOSC de Claude Puel, déjà en pleine ascension. Son départ vers la Ligue 1 est un flop monumental. Un cauchemar qui ne durera que six mois. Le temps pour André Denul, son agent de l'époque, de convaincre Francky Dury de relancer son poulain à Zulte Waregem. Une expérience qui tourne court. C'est qu'entre-temps, François Sterchele, l'héritier de Dosunmu au GBA, a tapé dans l'oeil du Club Bruges. Douze mois seulement après avoir quitté le Beerschot, le Nigérian est donc de retour au Kiel pour faire oublier son successeur ( ! ? ). Si le Beerschot se réjouit de ce maître coup financier, les dividendes sportifs, eux, se font toujours attendre. En 2011, quatre ans après son retour, Dosunmu quitte définitivement le GBA pour... l'Antwerp avant de mettre un terme à sa carrière à 33 ans après une dernière pige sous les ordres d'Alex Czerniatynski à Saint-Nicolas. Par Martin GrimberghsRettrouvez l'intégralité de l'article concernant les meilleurs buteurs de Pro League dans votre Sport/Foot Magazine