Les dernières nouvelles ont l'allure de coups de massue pour les footballeurs du dimanche, qui ont rechaussé les crampons depuis quelques jours, voire semaines, en vue de préparer du mieux possible la saison 2020-2021, dont le coup d'envoi a été fixé au premier week-end de septembre par les instances. Une échéance qui semble déjà remise en question.

Dans certains clubs, les récentes mesures imposées par le Conseil National de Sécurité de ce lundi 27 juillet ont ainsi déjà occasionné des réunions de vestiaire, habituellement réservées aux séries de défaites qui font grimper les rancoeurs et impliquent de crever l'abcès. Plusieurs joueurs hésitent à l'heure de venir à l'entraînement ou de disputer un match amical, moments où l'éloignement social devient une chimère.

Ne pas sanctionner une absence à l'entraînement, obliger les joueurs revenant d'un séjour à l'étranger à passer un test avant de revenir dans les installations ou se déplacer masqué jusqu'à la montée sur la pelouse, ce sont autant de mesures que plusieurs clubs ont choisi d'appliquer. Des contraintes qui pourraient ne pas suffire pour maintenir la reprise du championnat aux 5 et 6 septembre.

LA COUPE ET LA FLANDRE

Le report des cinq premiers tours de Coupe de Belgique, prévus au mois d'août, effraie déjà les plus pessimistes. Pourtant, si cette décision a été prise, c'est avant tout parce que les clubs basés dans la province d'Anvers et engagés dans la compétition ne peuvent pas disputer de rencontre sur leur sol lors des quatre prochaines semaines, suite à la décision de la gouverneure Cathy Berx d'interdire tous les sports collectifs pour les personnes âgées de plus de 18 ans. L'ampleur nationale n'est qu'une conséquence de la volonté d'équité de la compétition, et d'organisation pratique de son calendrier.

En Flandre, la réunion de Voetbal Vlaanderen de ce mardi 28 a acté l'interdiction des matches, officiels comme amicaux, jusqu'au mardi 25 août. Une décision qui amène déjà de nombreux clubs du nord du pays à réclamer un report du coup d'envoi des championnats, une semaine et demie étant considérée comme un délai trop court pour se préparer en suffisance, chose pour laquelle des rencontres amicales sont indispensables.

LA WALLONIE TEMPORISE

La décision sera-t-elle pour autant semblable en Wallonie, où le basket a déjà renvoyé le coup d'envoi de ses compétitions au mois d'octobre ? Interrogé par la Dernière Heure, le président de l'ACFF (Association des clubs francophones de football) a fait savoir qu'aucune décision de report ne serait prise à la hâte, et que les premiers effets des restrictions imposées par le CNS seront sans doute l'indicateur décisif pour un éventuel coup d'envoi plus tardif. Il faudra donc probablement attendre le milieu du mois d'août pour être fixé. Un moment où l'ACFF espère également publier les calendriers des séries nationales et provinciales, toutes suspendues au sort judiciaire de Virton et du Golden Black FC (ex Wallonia Walhain), toujours pas définitivement acté.

Si la D1 amateurs, de par son caractère national, pourrait bel et bien être retardée vu la décision flamande, les autres séries du football francophone sont toujours en mesure de respecter le coup d'envoi du premier week-end de septembre, jusqu'à nouvel ordre. Bien qu'une difficulté supplémentaire pourrait venir des autorités locales, désormais aptes à annuler toute manifestation sportive sur leur sol. Ainsi, le club d'Andenne (Namur) a été contraint de supprimer sa rencontre prévue contre la RAAL suite à une concertation avec le bourgmestre. Un précédent qui pourrait inspirer certains autres maïeurs, et mettre en péril l'homogénéité des décisions potentielles des instances du football francophone.

Les dernières nouvelles ont l'allure de coups de massue pour les footballeurs du dimanche, qui ont rechaussé les crampons depuis quelques jours, voire semaines, en vue de préparer du mieux possible la saison 2020-2021, dont le coup d'envoi a été fixé au premier week-end de septembre par les instances. Une échéance qui semble déjà remise en question.Dans certains clubs, les récentes mesures imposées par le Conseil National de Sécurité de ce lundi 27 juillet ont ainsi déjà occasionné des réunions de vestiaire, habituellement réservées aux séries de défaites qui font grimper les rancoeurs et impliquent de crever l'abcès. Plusieurs joueurs hésitent à l'heure de venir à l'entraînement ou de disputer un match amical, moments où l'éloignement social devient une chimère.Ne pas sanctionner une absence à l'entraînement, obliger les joueurs revenant d'un séjour à l'étranger à passer un test avant de revenir dans les installations ou se déplacer masqué jusqu'à la montée sur la pelouse, ce sont autant de mesures que plusieurs clubs ont choisi d'appliquer. Des contraintes qui pourraient ne pas suffire pour maintenir la reprise du championnat aux 5 et 6 septembre.Le report des cinq premiers tours de Coupe de Belgique, prévus au mois d'août, effraie déjà les plus pessimistes. Pourtant, si cette décision a été prise, c'est avant tout parce que les clubs basés dans la province d'Anvers et engagés dans la compétition ne peuvent pas disputer de rencontre sur leur sol lors des quatre prochaines semaines, suite à la décision de la gouverneure Cathy Berx d'interdire tous les sports collectifs pour les personnes âgées de plus de 18 ans. L'ampleur nationale n'est qu'une conséquence de la volonté d'équité de la compétition, et d'organisation pratique de son calendrier.En Flandre, la réunion de Voetbal Vlaanderen de ce mardi 28 a acté l'interdiction des matches, officiels comme amicaux, jusqu'au mardi 25 août. Une décision qui amène déjà de nombreux clubs du nord du pays à réclamer un report du coup d'envoi des championnats, une semaine et demie étant considérée comme un délai trop court pour se préparer en suffisance, chose pour laquelle des rencontres amicales sont indispensables.La décision sera-t-elle pour autant semblable en Wallonie, où le basket a déjà renvoyé le coup d'envoi de ses compétitions au mois d'octobre ? Interrogé par la Dernière Heure, le président de l'ACFF (Association des clubs francophones de football) a fait savoir qu'aucune décision de report ne serait prise à la hâte, et que les premiers effets des restrictions imposées par le CNS seront sans doute l'indicateur décisif pour un éventuel coup d'envoi plus tardif. Il faudra donc probablement attendre le milieu du mois d'août pour être fixé. Un moment où l'ACFF espère également publier les calendriers des séries nationales et provinciales, toutes suspendues au sort judiciaire de Virton et du Golden Black FC (ex Wallonia Walhain), toujours pas définitivement acté.Si la D1 amateurs, de par son caractère national, pourrait bel et bien être retardée vu la décision flamande, les autres séries du football francophone sont toujours en mesure de respecter le coup d'envoi du premier week-end de septembre, jusqu'à nouvel ordre. Bien qu'une difficulté supplémentaire pourrait venir des autorités locales, désormais aptes à annuler toute manifestation sportive sur leur sol. Ainsi, le club d'Andenne (Namur) a été contraint de supprimer sa rencontre prévue contre la RAAL suite à une concertation avec le bourgmestre. Un précédent qui pourrait inspirer certains autres maïeurs, et mettre en péril l'homogénéité des décisions potentielles des instances du football francophone.