La Fédération néerlandaise de football, en collaboration avec le secteur événementiel, a lancé un projet pilote scientifique pour permettre aux spectateurs - 1 500 supporters maximum - d'assister à un nombre limité de matchs. Le gouvernement des Pays-Bas a approuvé la phase de test, mais en raison de la prolongation du confinement aux Pays-Bas, elle a été reportée. Les projets pilotes sont soumis à des conditions strictes que les supporters doivent accepter s'ils veulent y participer. Par exemple, toute personne qui veut obtenir une place dans les tribunes doit pouvoir présenter un test Covid négatif. Sa température sera prise avant de pouvoir entrer dans le stade. L'accès lui sera refusé en cas de fièvre. Après le match également, les supporters présents devront être testés au Covid-19. Les supporters seront divisés en groupes, ils recevront un siège fixe et devront déclarer qu'ils ne se mêleront pas à d'autres bulles. Pour le vérifier, les supporters sont tenus de porter un dispositif de suivi. Le projet pilote oblige certains supporters à porter un masque buccal pendant le match de football, alors que d'autres n'auront pas cette obligation. Le supporter sera à nouveau testé cinq jours après avoir assisté au match. Les données stockées via une application sont utilisées à des fins d'analyse scientifique. Lors d'une première réunion entre la Pro League et la ministre Verlinden, au cours de laquelle la sécurité dans et autour des stades de football a été abordée, le commissaire-Covid, Stijn Van Bever, et le CEO de la Pro League, Pierre François, ont présenté le projet pilote néerlandais. Le football professionnel belge aimerait participer à cette recherche scientifique, avec un ou deux stades concernés par journée de championnat. La Pro League est bien consciente qu'un retour des supporters n'est pas à l'ordre du jour pour le moment étant donné la situation sanitaire. Verlinden n'a pas pu donner son approbation au projet, mais n'a pas rejeté l'idée d'emblée. (Belga)

La Fédération néerlandaise de football, en collaboration avec le secteur événementiel, a lancé un projet pilote scientifique pour permettre aux spectateurs - 1 500 supporters maximum - d'assister à un nombre limité de matchs. Le gouvernement des Pays-Bas a approuvé la phase de test, mais en raison de la prolongation du confinement aux Pays-Bas, elle a été reportée. Les projets pilotes sont soumis à des conditions strictes que les supporters doivent accepter s'ils veulent y participer. Par exemple, toute personne qui veut obtenir une place dans les tribunes doit pouvoir présenter un test Covid négatif. Sa température sera prise avant de pouvoir entrer dans le stade. L'accès lui sera refusé en cas de fièvre. Après le match également, les supporters présents devront être testés au Covid-19. Les supporters seront divisés en groupes, ils recevront un siège fixe et devront déclarer qu'ils ne se mêleront pas à d'autres bulles. Pour le vérifier, les supporters sont tenus de porter un dispositif de suivi. Le projet pilote oblige certains supporters à porter un masque buccal pendant le match de football, alors que d'autres n'auront pas cette obligation. Le supporter sera à nouveau testé cinq jours après avoir assisté au match. Les données stockées via une application sont utilisées à des fins d'analyse scientifique. Lors d'une première réunion entre la Pro League et la ministre Verlinden, au cours de laquelle la sécurité dans et autour des stades de football a été abordée, le commissaire-Covid, Stijn Van Bever, et le CEO de la Pro League, Pierre François, ont présenté le projet pilote néerlandais. Le football professionnel belge aimerait participer à cette recherche scientifique, avec un ou deux stades concernés par journée de championnat. La Pro League est bien consciente qu'un retour des supporters n'est pas à l'ordre du jour pour le moment étant donné la situation sanitaire. Verlinden n'a pas pu donner son approbation au projet, mais n'a pas rejeté l'idée d'emblée. (Belga)