Cette fonction de Wouter Vandenhaute, qu'il doit occuper à partir du mois d'avril, fait tiquer la Pro League qui a planché ces derniers mois sur un règlement visant à établir une nette séparation entre dirigeant de club et agent. Anderlecht réplique que Vandenhaute n'aura qu'un rôle de consultant externe à Anderlecht, et qu'il ne sera pas lié directement au club contournant un point de règlement de l'Union belge qui précise qu'aucune licence professionnelle ne sera accordée à un club si "l'un des entités juridiquement liées" exerce une fonction d'agent (article P407.23). Let's Play a dans son portefeuille des sportifs, parmi lesquels des joueurs de football, dont certains sont à Anderlecht. La Pro League a approuvé en décembre 2019 un règlement plus sévère, approuvé par Anderlecht, qui stipule dans son article 5.2 que "les administrateurs, actionnaires et associés" de sociétés d'agent "ne peuvent être directement ou indirectement impliqués dans le contrôle, la gestion ou les activités sportives d'un club de football". Ce règlement n'est certes pas encore d'application, il pourrait l'être au 30 juin, mais la Pro League ne veut pas se laisser déborder rappelant qu'alors les clubs en infraction risque une amende jusqu'à 50.000 euros, une interdiction de transferts ou même des points de retrait en compétition. (Belga)

Cette fonction de Wouter Vandenhaute, qu'il doit occuper à partir du mois d'avril, fait tiquer la Pro League qui a planché ces derniers mois sur un règlement visant à établir une nette séparation entre dirigeant de club et agent. Anderlecht réplique que Vandenhaute n'aura qu'un rôle de consultant externe à Anderlecht, et qu'il ne sera pas lié directement au club contournant un point de règlement de l'Union belge qui précise qu'aucune licence professionnelle ne sera accordée à un club si "l'un des entités juridiquement liées" exerce une fonction d'agent (article P407.23). Let's Play a dans son portefeuille des sportifs, parmi lesquels des joueurs de football, dont certains sont à Anderlecht. La Pro League a approuvé en décembre 2019 un règlement plus sévère, approuvé par Anderlecht, qui stipule dans son article 5.2 que "les administrateurs, actionnaires et associés" de sociétés d'agent "ne peuvent être directement ou indirectement impliqués dans le contrôle, la gestion ou les activités sportives d'un club de football". Ce règlement n'est certes pas encore d'application, il pourrait l'être au 30 juin, mais la Pro League ne veut pas se laisser déborder rappelant qu'alors les clubs en infraction risque une amende jusqu'à 50.000 euros, une interdiction de transferts ou même des points de retrait en compétition. (Belga)