Roulers a écrit au manager des licences Nils Van Brantegem et aux CEO de l'URBSFA et de la Pro League le 31 juillet, le jour où la Pro League a décidé de passer à une D1A à 18 clubs et de faire jouer les U23 du Club de Bruges en D1B. Le club roularien n'avait pas reçu sa licence pour la D1B à cause de problème financier mais réclame la place des U23 brugeois. Dans sa lettre, le club explique que ce n'est pas possible pour une équipe espoirs d'avoir une licence car elle n'a pas rentré de dossier. "Nous avons adopté une attitude constructive pour être entendus, mais jusqu'à présent nous n'avons reçu aucune réponse, même après avoir envoyé un rappel il y a six jours. Ce qui est un manque de respect", a écrit le CEO Diederiek Degryse dans une lettre ouverte. Non seulement les jeunes brugeois n'ont pas leur licence pour la D1B mais ils joueront également leur match au Daknam à Lokeren. Ce qui est également une infraction au règlement pour Roulers. "Car ils ne peuvent pas jouer à plus de 30 kilomètres de leur propre stade", a ajouté Degryse. "De plus, nous avons appris via la presse ce week-end qu'aucun club du G5 ne soutient le fait que seul le Club de Bruges peut avoir une équipe U23 dans le football professionnel. Nous sommes stupéfaits." Après les batailles judiciaires de ces dernières semaines, Roulers ne veut pas lancer de nouvelles procédures. "Nous sommes convaincus que le football doit être au premier plan, mais nous voulons tendre à nouveau la main à MM. Van Brantegem, Bossaert et François pour débattre sur notre équipe. Nous nous rendons compte que nous n'avons pas obtenu de licence il y a quelques mois. En attendant, nous sommes en pleine transition et sommes actuellement en mesure de nous conformer aux règles d'octroi de licences. En outre, nous sommes également prêts à accepter une pénalité sportive, comme un retrait de trois points au début de la saison". "Le KSVR veut mener le débat de manière positive et sereine afin de mener la compétition en D1B de manière sportive et équitable, sans équipes qui ne peuvent ni monter ni descendre. Ainsi, nous tendons une nouvelle fois la main et espérons que les décideurs de la Pro League et de l'URBSFA n'hésiteront pas à engager une discussion constructive", a conclu Diederiek Degryse. (Belga)

Roulers a écrit au manager des licences Nils Van Brantegem et aux CEO de l'URBSFA et de la Pro League le 31 juillet, le jour où la Pro League a décidé de passer à une D1A à 18 clubs et de faire jouer les U23 du Club de Bruges en D1B. Le club roularien n'avait pas reçu sa licence pour la D1B à cause de problème financier mais réclame la place des U23 brugeois. Dans sa lettre, le club explique que ce n'est pas possible pour une équipe espoirs d'avoir une licence car elle n'a pas rentré de dossier. "Nous avons adopté une attitude constructive pour être entendus, mais jusqu'à présent nous n'avons reçu aucune réponse, même après avoir envoyé un rappel il y a six jours. Ce qui est un manque de respect", a écrit le CEO Diederiek Degryse dans une lettre ouverte. Non seulement les jeunes brugeois n'ont pas leur licence pour la D1B mais ils joueront également leur match au Daknam à Lokeren. Ce qui est également une infraction au règlement pour Roulers. "Car ils ne peuvent pas jouer à plus de 30 kilomètres de leur propre stade", a ajouté Degryse. "De plus, nous avons appris via la presse ce week-end qu'aucun club du G5 ne soutient le fait que seul le Club de Bruges peut avoir une équipe U23 dans le football professionnel. Nous sommes stupéfaits." Après les batailles judiciaires de ces dernières semaines, Roulers ne veut pas lancer de nouvelles procédures. "Nous sommes convaincus que le football doit être au premier plan, mais nous voulons tendre à nouveau la main à MM. Van Brantegem, Bossaert et François pour débattre sur notre équipe. Nous nous rendons compte que nous n'avons pas obtenu de licence il y a quelques mois. En attendant, nous sommes en pleine transition et sommes actuellement en mesure de nous conformer aux règles d'octroi de licences. En outre, nous sommes également prêts à accepter une pénalité sportive, comme un retrait de trois points au début de la saison". "Le KSVR veut mener le débat de manière positive et sereine afin de mener la compétition en D1B de manière sportive et équitable, sans équipes qui ne peuvent ni monter ni descendre. Ainsi, nous tendons une nouvelle fois la main et espérons que les décideurs de la Pro League et de l'URBSFA n'hésiteront pas à engager une discussion constructive", a conclu Diederiek Degryse. (Belga)