Cela dit après seulement dix huit minutes prestées sur la pelouse de la Luminus Arena vendredi passé, le Slovaque, qui avait déjà signé à Genk au début du mois de juillet, s'est offert le scalp d'Anderlecht comme cadeau de bienvenue.

Malgré une malheureuse et incroyable élimination contre l'Antwerp en Europa League, le milieu de terrain offensif international (21 sélections) de 27 ans avait crevé l'écran lors du match retour au Viktoria Plzen (2-1 a.p.).

"Patrik a de l'expérience et c'est un leader", commente De Condé. "C'est pourquoi on a eu la patience d'attendre la fin de la campagne européenne de Plzen. Il n'a certes pas le même profil que Malinovskyi, mais c'est son successeur. Une technique au-dessus de la moyenne, et une intelligence de jeu également très élevée, sont ses principaux atouts. Il peut en outre évoluer à au moins trois places sur l'échiquier. Et il est dès à présent prêt à jouer..."

Paul Onuachu, 25 ans, un attaquant international (6 sélections) nigérian de 2m01 a, comme Hrosovsky, signé à Genk jusqu'en 2024. Il a été transféré du club danois Midtjylland, qui a toujours de bonnes affaires à proposer.

"C'est vrai", admet De Condé, "et il savait d'ailleurs depuis longtemps que ce joueur nous intéressait. Le dossier n'a pas pour autant été facile à boucler. Parce que le profil particulier d'Onuachu est très recherché. On attend beaucoup de lui, et en particulier des goals. Mais pas seulement..."

Felice Mazzu a été gâté et ne s'en cache pas, tout en espérant que le noyau mis à sa disposition est définitif.

"Patrik a de l'expérience et était un pion essentiel dans son ancienne équipe", a-t-il expliqué. "Maintenant que tout le monde est là, on va pouvoir travailler à la mise sur pied d'une équipe type qui ne jouera peut-être pas exactement de la même façon que celle de la saison dernière..."

On sent cependant que l'ex-coach de Charleroi craint d'autres départs, en particulier delui de Mbwana Ally Samatta, avant la fin du mercato qu'il attend donc avec impatience.

"J'espère en effet disposer toujours du même noyau lundi", avoue-t-il. "Même s'il y a encore l'un ou l'autre cas à résoudre..."

De Condé n'a pas garanti que Samatta allait rester. Il a cependant insisté sur la difficulté de trouver un remplaçant aussi tard, si nécéssaire.

"C'est une affaire complexe et Ally sait bien qu'au plus elle va traîner, au plus ses chances de partir vont s'amenuiser. Il n'en fera d'ailleurs pas une maladie si elle capote, et est même excité à l'idée de disputer la Ligue des Champions. Notre équipe aura toujours de l'allure s'il s'en va, mais on espère sincèrement qu'il restera", conclut De Condé.