"La Belgique a produit une brillante performance pour éliminer le Brésil, quintuple vainqueur du tournoi", ouvre la BBC. "La génération dorée est enfin adulte. Cette équipe belge composée de vainqueurs de la Premier League a de l'énergie et de la confiance, et beaucoup se demandent si l'équipe peut enfin en récolter les fruits. Le Brésil a commencé le tournoi avec beaucoup d'optimisme, mais doit le quitter insatisfait, avec le cinéma de Neymar comme l'un des sujets de conversation du tournoi. La Seleçao était une équipe différente de celle qui a été éliminée en demi-finale il y a quatre ans, après une défaite 7-1 humiliante contre l'Allemagne. Mais ce fut une autre sortie douloureuse." Pour le consultant de la BBC et ancien international Rio Ferdinand, les Diables Rouges "sont l'équipe à battre maintenant." Les médias espagnols soulignent les mérites de Roberto Martinez, un Espagnol et architecte du succès de la Belgique. Martinez met le monde du football à l'envers, écrit Marca. "La victoire contre le Brésil augmente la figure de l'entraîneur et fait de lui la révélation des entraîneurs de Russie 2018. La Belgique a réalisé à la perfection le master plan de "Bob" (Martinez, ndlr), se hissant en demi-finale pour la deuxième fois de son histoire." Martinez a également reçu des éloges de AS. "La Belgique a mis fin au rêve brésilien dans une rencontre mémorable. C'est l'une de ces parties qui va rester en nous pendant des années. Après une première mi-temps de la Belgique où Martinez s'est montré souverain sur Tite, le Brésil a répondu avec la fierté d'un champion dans une deuxième mi-temps où il n'y avait pas le temps de respirer. Le plan tactique de Martinez mérite d'être loué." "A la fin d'une rencontre excitante, tendue et surprenante, la Belgique a battu le Brésil 2-1 après l'avoir frappé mortellement en première mi-temps et avoir survécu héroïquement en deuxième période", écrit la Gazzetta dello Sport italienne. "De Bruyne le top, Neymar le flop. O 'Ney male' ('mauvais Neymar'), vous ne vous êtes distingués que par une très mauvaise simulation." Les Belges ont également marqué nos voisins frontaliers du Nord. "La Belgique élimine le Brésil dans une flamboyante bataille de football", titre Voetbal International (VI). "Les Diables Rouges étaient sur le point de s'effondrer dans la phase finale, mais ils ont remporté la victoire 1-2. Roberto Martinez était considéré comme insignifiant tactiquement chez nous et à l'étranger. Le sélectionneur national a pris une revanche sportive contre le Brésil. Ses trouvailles tactiques - Romelu Lukaku à droite, Marouane Fellaini au milieu de terrain, Jan Vertonghen à l'arrière gauche en perte de balle et Kevin De Bruyne dans un rôle offensif et libre - ont fait la différence." "La 'génération dorée' a battu le Brésil 2-1 lors d'un match passionnant à Kazan vendredi soir. Les Diables Rouges ont réussi un coup de maître tactique dont le milieu de terrain Kevin De Bruyne, en particulier, a pu profiter. Une impressionnante lettre de candidature pour le gant d'or a également été remise par le gardien de but Thibaut Courtois", écrit le magazine allemand Kicker. Le quotidien argentin La Nation soulignait "les points forts de la Belgique : une équipe élastique et polyvalente prête pour les changements tactiques. C'est une équipe qui a passé une vitesse de plus à chaque tour et qui a encore de la place pour grandir. La Belgique a été la première équipe européenne à se qualifier pour la Coupe du Monde en Russie et est maintenant la dernière à partir. Emblème d'une Europe multiculturelle, comme la France, la Belgique, emmenée par l'Espagnol Roberto Martinez, a atteint les rencontres décisives, confirmant qu'elle est l'équipe qui joue le mieux. Après avoir été menée 0-2 par le Japon en huitièmes de finale pour s'imposer 3-2 à la dernière minute, elle a appliqué une tactique différente contre le Brésil, d'une confiance écrasante dès le départ. (Belga)

"La Belgique a produit une brillante performance pour éliminer le Brésil, quintuple vainqueur du tournoi", ouvre la BBC. "La génération dorée est enfin adulte. Cette équipe belge composée de vainqueurs de la Premier League a de l'énergie et de la confiance, et beaucoup se demandent si l'équipe peut enfin en récolter les fruits. Le Brésil a commencé le tournoi avec beaucoup d'optimisme, mais doit le quitter insatisfait, avec le cinéma de Neymar comme l'un des sujets de conversation du tournoi. La Seleçao était une équipe différente de celle qui a été éliminée en demi-finale il y a quatre ans, après une défaite 7-1 humiliante contre l'Allemagne. Mais ce fut une autre sortie douloureuse." Pour le consultant de la BBC et ancien international Rio Ferdinand, les Diables Rouges "sont l'équipe à battre maintenant." Les médias espagnols soulignent les mérites de Roberto Martinez, un Espagnol et architecte du succès de la Belgique. Martinez met le monde du football à l'envers, écrit Marca. "La victoire contre le Brésil augmente la figure de l'entraîneur et fait de lui la révélation des entraîneurs de Russie 2018. La Belgique a réalisé à la perfection le master plan de "Bob" (Martinez, ndlr), se hissant en demi-finale pour la deuxième fois de son histoire." Martinez a également reçu des éloges de AS. "La Belgique a mis fin au rêve brésilien dans une rencontre mémorable. C'est l'une de ces parties qui va rester en nous pendant des années. Après une première mi-temps de la Belgique où Martinez s'est montré souverain sur Tite, le Brésil a répondu avec la fierté d'un champion dans une deuxième mi-temps où il n'y avait pas le temps de respirer. Le plan tactique de Martinez mérite d'être loué." "A la fin d'une rencontre excitante, tendue et surprenante, la Belgique a battu le Brésil 2-1 après l'avoir frappé mortellement en première mi-temps et avoir survécu héroïquement en deuxième période", écrit la Gazzetta dello Sport italienne. "De Bruyne le top, Neymar le flop. O 'Ney male' ('mauvais Neymar'), vous ne vous êtes distingués que par une très mauvaise simulation." Les Belges ont également marqué nos voisins frontaliers du Nord. "La Belgique élimine le Brésil dans une flamboyante bataille de football", titre Voetbal International (VI). "Les Diables Rouges étaient sur le point de s'effondrer dans la phase finale, mais ils ont remporté la victoire 1-2. Roberto Martinez était considéré comme insignifiant tactiquement chez nous et à l'étranger. Le sélectionneur national a pris une revanche sportive contre le Brésil. Ses trouvailles tactiques - Romelu Lukaku à droite, Marouane Fellaini au milieu de terrain, Jan Vertonghen à l'arrière gauche en perte de balle et Kevin De Bruyne dans un rôle offensif et libre - ont fait la différence." "La 'génération dorée' a battu le Brésil 2-1 lors d'un match passionnant à Kazan vendredi soir. Les Diables Rouges ont réussi un coup de maître tactique dont le milieu de terrain Kevin De Bruyne, en particulier, a pu profiter. Une impressionnante lettre de candidature pour le gant d'or a également été remise par le gardien de but Thibaut Courtois", écrit le magazine allemand Kicker. Le quotidien argentin La Nation soulignait "les points forts de la Belgique : une équipe élastique et polyvalente prête pour les changements tactiques. C'est une équipe qui a passé une vitesse de plus à chaque tour et qui a encore de la place pour grandir. La Belgique a été la première équipe européenne à se qualifier pour la Coupe du Monde en Russie et est maintenant la dernière à partir. Emblème d'une Europe multiculturelle, comme la France, la Belgique, emmenée par l'Espagnol Roberto Martinez, a atteint les rencontres décisives, confirmant qu'elle est l'équipe qui joue le mieux. Après avoir été menée 0-2 par le Japon en huitièmes de finale pour s'imposer 3-2 à la dernière minute, elle a appliqué une tactique différente contre le Brésil, d'une confiance écrasante dès le départ. (Belga)