Car la 41e édition du Dakar, dont le parcours a été dévoilé mardi à l'ambassade du Pérou à Paris, aura lieu pour la première fois de son histoire dans un seul pays. Du fait, entre autres, des politiques d'austérité qui touchent l'Amérique du Sud. Exit donc la Bolivie et l'Argentine (2018), le Paraguay (2017) ou le Chili (2015)... seul le Pérou est resté fidèle au célèbre rallye-raid. "Ce ne sera pas un Dakar au rabais", promet néanmoins le directeur de la course Etienne Lavigne. "C'est une édition hors norme. (...) Il va falloir affronter des terrains difficiles qui exigent une très bonne préparation physique. La dune, le sable, ce sont des environnements très techniques", explique-t-il. Il y a 334 véhicules inscrits (167 motos et quads, 126 voitures dont 30 en catégorie SxS et 41 camions), 534 pilotes et copilotes de 61 nationalités, dont 18 Belges. 135 pilotes et copilotes répartis sur 97 véhicules participent pour la première fois. Le navigateur du camionneur néerlandais Martin Van Den Brink, son fils Mitchel, 16 ans, est le plus jeune. Il y a 19 dames, dont deux équipages complets. Une première depuis 2009. Au menu: 5000 kilomètres dont 3000 de spéciales pour un rallye 100% Pérou mais, surtout, 100% sable. "Avec le sable, on plonge au coeur de l'ADN du Dakar. A l'origine, la mythologie du Dakar, c'est le Sahara, ses dunes, ses grands cordons de sable... Là, on est au coeur du sujet", assure Lavigne. "La géographie péruvienne, c'est une grande plaine côtière coincée entre le Pacifique et la Cordillère. Ca promet dix jours extrêmement exigeants pour tous les concurrents car ce sera plus court, plus dur. Plus exigeant aussi puisqu'il y a moins de temps pour faire la différence." Pour s'imposer à Lima le 17 janvier, il faudra en effet "savoir passer les dunes" mais aussi repousser une concurrence serrée après un programme "très technique". La plupart des récents vainqueurs seront en effet de la partie: les Espagnols Carlos Sainz (2010, 2018) et Nani Roma (2014), le Qatari Nasser al-Attiyah (2015), le Sud-Africain Giniel de Villiers (2009) ainsi que les Français Stéphane Peterhansel (13 victoires entre 1991 et 2017, 6 en moto et 7 en auto) et Cyril Despres (2005, 2007, 2010, 2012, 2013 en moto) seront au départ. Tout comme Sébastien Loeb, nonuple champion du monde des rallyes mais jamais sacré au Dakar. En trois participations remarquées, le Français a comme meilleur résultat sa 2e place de 2017. Il aura à coeur de se racheter après son abandon dès la 5e étape l'an dernier, planté dans le désert péruvien. A la suite du retrait de Peugeot, il revient en tant que pilote privé et avec le rêve de devenir le premier indépendant à s'imposer depuis Jean-Louis Schlesser en 2000. "Les grands ténors de la discipline sont tous là, ceux qui ont fait l'histoire et la réputation du Dakar... Peterhansel, Despres, Sainz, al-Attiyah, de Villiers... ont tous gagné au moins une fois. Ils reviennent pour la victoire sur des véhicules différents. Ce Dakar-2019 sera donc une course de ténors, de spécialistes", conclut le patron du Dakar. (Belga)

Car la 41e édition du Dakar, dont le parcours a été dévoilé mardi à l'ambassade du Pérou à Paris, aura lieu pour la première fois de son histoire dans un seul pays. Du fait, entre autres, des politiques d'austérité qui touchent l'Amérique du Sud. Exit donc la Bolivie et l'Argentine (2018), le Paraguay (2017) ou le Chili (2015)... seul le Pérou est resté fidèle au célèbre rallye-raid. "Ce ne sera pas un Dakar au rabais", promet néanmoins le directeur de la course Etienne Lavigne. "C'est une édition hors norme. (...) Il va falloir affronter des terrains difficiles qui exigent une très bonne préparation physique. La dune, le sable, ce sont des environnements très techniques", explique-t-il. Il y a 334 véhicules inscrits (167 motos et quads, 126 voitures dont 30 en catégorie SxS et 41 camions), 534 pilotes et copilotes de 61 nationalités, dont 18 Belges. 135 pilotes et copilotes répartis sur 97 véhicules participent pour la première fois. Le navigateur du camionneur néerlandais Martin Van Den Brink, son fils Mitchel, 16 ans, est le plus jeune. Il y a 19 dames, dont deux équipages complets. Une première depuis 2009. Au menu: 5000 kilomètres dont 3000 de spéciales pour un rallye 100% Pérou mais, surtout, 100% sable. "Avec le sable, on plonge au coeur de l'ADN du Dakar. A l'origine, la mythologie du Dakar, c'est le Sahara, ses dunes, ses grands cordons de sable... Là, on est au coeur du sujet", assure Lavigne. "La géographie péruvienne, c'est une grande plaine côtière coincée entre le Pacifique et la Cordillère. Ca promet dix jours extrêmement exigeants pour tous les concurrents car ce sera plus court, plus dur. Plus exigeant aussi puisqu'il y a moins de temps pour faire la différence." Pour s'imposer à Lima le 17 janvier, il faudra en effet "savoir passer les dunes" mais aussi repousser une concurrence serrée après un programme "très technique". La plupart des récents vainqueurs seront en effet de la partie: les Espagnols Carlos Sainz (2010, 2018) et Nani Roma (2014), le Qatari Nasser al-Attiyah (2015), le Sud-Africain Giniel de Villiers (2009) ainsi que les Français Stéphane Peterhansel (13 victoires entre 1991 et 2017, 6 en moto et 7 en auto) et Cyril Despres (2005, 2007, 2010, 2012, 2013 en moto) seront au départ. Tout comme Sébastien Loeb, nonuple champion du monde des rallyes mais jamais sacré au Dakar. En trois participations remarquées, le Français a comme meilleur résultat sa 2e place de 2017. Il aura à coeur de se racheter après son abandon dès la 5e étape l'an dernier, planté dans le désert péruvien. A la suite du retrait de Peugeot, il revient en tant que pilote privé et avec le rêve de devenir le premier indépendant à s'imposer depuis Jean-Louis Schlesser en 2000. "Les grands ténors de la discipline sont tous là, ceux qui ont fait l'histoire et la réputation du Dakar... Peterhansel, Despres, Sainz, al-Attiyah, de Villiers... ont tous gagné au moins une fois. Ils reviennent pour la victoire sur des véhicules différents. Ce Dakar-2019 sera donc une course de ténors, de spécialistes", conclut le patron du Dakar. (Belga)