Les Red Flames vont bientôt débuter leur année 2022 en participant à la Pinatar Cup, une compétition amicale à laquelle participent huit nations et prévue du 16 au 22 février.

Ives Serneels, sélectionneur de l'équipe nationale belge féminine de football, va prendre la direction de l'Espagne sans pression car il sait que les matches de qualification pour le Mondial, et surtout l'Euro en Angleterre cet été, sont les principaux objectifs de l'année calendaire. "Nous voulons signer un résultat mais le but premier de cette période est de voir les joueuses à l'oeuvre avant les matches qualificatifs pour le Mondial 2023 au Kosovo et en Albanie début avril. Les trois duels au programme dans cette compétition, ainsi que l'amical des U23 contre l'Espagne, seront très intéressants dans cette optique", a dit Serneels jeudi lors d'une visioconférence.

Les Red Flames (FIFA 20) débuteront contre la Slovaquie (FIFA 44) le 16 février (20h30) à San Pedro del Pinatar, dans la région de Murcie, et enchaîneront avec le pays de Galles (FIFA 33) ou l'Ecosse (FIFA 23) le 19 février. Le troisième match, de classement, se jouera le mardi 22 février contre une des équipes du groupe B.

"Le fait que les autres équipes soient moins bien classées ne compte pas trop pour moi. Nous devons simplement essayer de battre la Slovaquie, qui nous attendra dans son camp et postera de nombreuses joueuses derrière le ballon. C'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai préféré disputer cette compétition et pas l'Algarve Cup (où des pays de premier plan sont présents, ndlr)", a expliqué Serneels, faisant référence aux matches contre le Kosovo et l'Albanie.

Serneels a convoqué 28 joueuses pour la Pinatar Cup, dont six manqueront le premier match car elles disputeront d'abord un amical contre l'Espagne U23. Certaines pierres angulaires manquent à l'appel avec les blessées de longue date que sont Kassandra Missipo, Ella Van Kerkhoven et Elena Dhondt. "Elles sont sur la bonne voie", a assuré le sélectionneur, n'excluant pas les voir à l'Euro. La Belgique a repris la deuxième place de son groupe qualificatif pour le Mondial à la faveur d'un large succès contre la Pologne fin novembre (4-0) à Louvain. Elle va devoir se maintenir à cette position si elle veut disputer les barrages.

Justien Odeurs a décidé d'arrêter de jouer en sélection nationale le mois dernier., belga
Justien Odeurs a décidé d'arrêter de jouer en sélection nationale le mois dernier. © belga

Une Justien toujours en Odeurs de sainteté ?

Comme prévu aucune trace de Justien Odeurs dans la sélection. La gardienne de 24 ans a décidé d'arrêter la sélection le mois dernier parce qu'elle estimait être traitée de manière injuste. Après une surprenante non-sélection en octobre, la Trudonnaire a été appelée à nouveau un mois plus tard, mais a perdu sa place au profit de Nicky Evrard. Elle a ensuite décidé de quitter les Flames en janvier parce que, selon ses propres termes, "elle a fait ce choix pour sa santé mentale".

Le sélectionneur, Ives Serneels, estime que l'histoire d'Odeurs au sein de l'équipe nationale "n'est pas un chapitre clos".

"Je lui ai dit, ainsi qu'au monde extérieur, que je ne fermais la porte à personne. Mais la balle est dans le camp de Justien. L'accord est très simple. Elle nous a dit qu'il lui est mentalement très difficile de se rendre disponible en ce moment." Serneels cite l'exemple de Laura De Neve, qui, selon lui, est venue avec un message similaire il y a quelques années. "Je lui ai dit alors qu'elle pouvait m'appeler si les choses étaient à nouveau différentes. Je viens de donner le même message à Justien Odeurs." De Neve a cessé d'être internationale pendant deux ans au début de l'année 2014, mais elle est redevenue une habituée de l'équipe depuis des années. La défenseure voyagera également avec l'équipe lors de la Pinatar Cup.

Les Red Flames vont bientôt débuter leur année 2022 en participant à la Pinatar Cup, une compétition amicale à laquelle participent huit nations et prévue du 16 au 22 février.Ives Serneels, sélectionneur de l'équipe nationale belge féminine de football, va prendre la direction de l'Espagne sans pression car il sait que les matches de qualification pour le Mondial, et surtout l'Euro en Angleterre cet été, sont les principaux objectifs de l'année calendaire. "Nous voulons signer un résultat mais le but premier de cette période est de voir les joueuses à l'oeuvre avant les matches qualificatifs pour le Mondial 2023 au Kosovo et en Albanie début avril. Les trois duels au programme dans cette compétition, ainsi que l'amical des U23 contre l'Espagne, seront très intéressants dans cette optique", a dit Serneels jeudi lors d'une visioconférence. Les Red Flames (FIFA 20) débuteront contre la Slovaquie (FIFA 44) le 16 février (20h30) à San Pedro del Pinatar, dans la région de Murcie, et enchaîneront avec le pays de Galles (FIFA 33) ou l'Ecosse (FIFA 23) le 19 février. Le troisième match, de classement, se jouera le mardi 22 février contre une des équipes du groupe B."Le fait que les autres équipes soient moins bien classées ne compte pas trop pour moi. Nous devons simplement essayer de battre la Slovaquie, qui nous attendra dans son camp et postera de nombreuses joueuses derrière le ballon. C'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai préféré disputer cette compétition et pas l'Algarve Cup (où des pays de premier plan sont présents, ndlr)", a expliqué Serneels, faisant référence aux matches contre le Kosovo et l'Albanie. Serneels a convoqué 28 joueuses pour la Pinatar Cup, dont six manqueront le premier match car elles disputeront d'abord un amical contre l'Espagne U23. Certaines pierres angulaires manquent à l'appel avec les blessées de longue date que sont Kassandra Missipo, Ella Van Kerkhoven et Elena Dhondt. "Elles sont sur la bonne voie", a assuré le sélectionneur, n'excluant pas les voir à l'Euro. La Belgique a repris la deuxième place de son groupe qualificatif pour le Mondial à la faveur d'un large succès contre la Pologne fin novembre (4-0) à Louvain. Elle va devoir se maintenir à cette position si elle veut disputer les barrages. Comme prévu aucune trace de Justien Odeurs dans la sélection. La gardienne de 24 ans a décidé d'arrêter la sélection le mois dernier parce qu'elle estimait être traitée de manière injuste. Après une surprenante non-sélection en octobre, la Trudonnaire a été appelée à nouveau un mois plus tard, mais a perdu sa place au profit de Nicky Evrard. Elle a ensuite décidé de quitter les Flames en janvier parce que, selon ses propres termes, "elle a fait ce choix pour sa santé mentale". Le sélectionneur, Ives Serneels, estime que l'histoire d'Odeurs au sein de l'équipe nationale "n'est pas un chapitre clos". "Je lui ai dit, ainsi qu'au monde extérieur, que je ne fermais la porte à personne. Mais la balle est dans le camp de Justien. L'accord est très simple. Elle nous a dit qu'il lui est mentalement très difficile de se rendre disponible en ce moment." Serneels cite l'exemple de Laura De Neve, qui, selon lui, est venue avec un message similaire il y a quelques années. "Je lui ai dit alors qu'elle pouvait m'appeler si les choses étaient à nouveau différentes. Je viens de donner le même message à Justien Odeurs." De Neve a cessé d'être internationale pendant deux ans au début de l'année 2014, mais elle est redevenue une habituée de l'équipe depuis des années. La défenseure voyagera également avec l'équipe lors de la Pinatar Cup.