"Notre équipe ne va pas assister" à la cérémonie en raison de ses propres "règles et directives sur le Covid-19, destinées à assurer la sécurité" de ses membres "autant que possible", a annoncé la délégation dans un communiqué sur Facebook. La Nouvelle-Zélande a mis en place depuis le début de la pandémie une stratégie "zéro Covid", avec un strict contrôle aux frontières et des confinements ciblés, et n'a recensé que 26 morts pour une population de cinq millions d'habitants. Mais le pays, qui n'avait recensé aucune contamination depuis six mois, a finalement remis en place depuis la semaine dernière un confinement national face à la progression de l'épidémie sur son sol, reconnaissant que sa stratégie était menacée par la propagation du variant Delta, plus contagieux. Les organisateurs des Jeux paralympiques de Tokyo, qui durent jusqu'au 5 septembre, ont fait état de 161 cas de Covid-19 liés à l'événement pour l'instant, principalement parmi du personnel résidant au Japon, mais qui incluent aussi six sportifs. La Nouvelle-Zélande est la seule sur les 162 délégations aux Paralympiques à avoir confirmé renoncer à la cérémonie d'ouverture, a déclaré mardi à la presse le porte-parole du Comité international paralympique, Craig Spence. "Nous devons respecter cette décision", a-t-il dit, précisant que l'équipe, comptant 32 paralympiens, lui avait fait part de son souhait de prendre toutes les précautions possibles malgré les strictes mesures sanitaires déjà en place. D'autres pays ont réduit leur participation à la cérémonie pour diverses raisons incluant le Covid-19 ou des inquiétudes quant à la chaleur. "C'est dommage, mais nous respectons (leur) décision et d'ailleurs, cela va probablement raccourcir la cérémonie", a ajouté M. Spence. Le Japon connaît depuis juin une cinquième vague de Covid-19, qui s'est aggravée ces dernières semaines, avec un nouveau record d'infections observé au niveau national vendredi. (Belga)

"Notre équipe ne va pas assister" à la cérémonie en raison de ses propres "règles et directives sur le Covid-19, destinées à assurer la sécurité" de ses membres "autant que possible", a annoncé la délégation dans un communiqué sur Facebook. La Nouvelle-Zélande a mis en place depuis le début de la pandémie une stratégie "zéro Covid", avec un strict contrôle aux frontières et des confinements ciblés, et n'a recensé que 26 morts pour une population de cinq millions d'habitants. Mais le pays, qui n'avait recensé aucune contamination depuis six mois, a finalement remis en place depuis la semaine dernière un confinement national face à la progression de l'épidémie sur son sol, reconnaissant que sa stratégie était menacée par la propagation du variant Delta, plus contagieux. Les organisateurs des Jeux paralympiques de Tokyo, qui durent jusqu'au 5 septembre, ont fait état de 161 cas de Covid-19 liés à l'événement pour l'instant, principalement parmi du personnel résidant au Japon, mais qui incluent aussi six sportifs. La Nouvelle-Zélande est la seule sur les 162 délégations aux Paralympiques à avoir confirmé renoncer à la cérémonie d'ouverture, a déclaré mardi à la presse le porte-parole du Comité international paralympique, Craig Spence. "Nous devons respecter cette décision", a-t-il dit, précisant que l'équipe, comptant 32 paralympiens, lui avait fait part de son souhait de prendre toutes les précautions possibles malgré les strictes mesures sanitaires déjà en place. D'autres pays ont réduit leur participation à la cérémonie pour diverses raisons incluant le Covid-19 ou des inquiétudes quant à la chaleur. "C'est dommage, mais nous respectons (leur) décision et d'ailleurs, cela va probablement raccourcir la cérémonie", a ajouté M. Spence. Le Japon connaît depuis juin une cinquième vague de Covid-19, qui s'est aggravée ces dernières semaines, avec un nouveau record d'infections observé au niveau national vendredi. (Belga)