Avec un nombre record de 14 courses dans 12 pays, 24 voitures contre 22 précédemment et désormais 10 constructeurs (avec aussi Audi, Nissan, BMW, DS ou encore Jaguar), la Formule E ne cesse de se développer et sa sixième saison s'annonce très relevée. "C'est la première année que l'on va avoir un niveau si compétitif, donc ça va être intéressant", estime d'ailleurs Jean-Eric Vergne, double champion en titre. Le Français de 29 ans court dans la catégorie depuis son lancement en 2014-2015 et a été le premier champion à conserver son bien. Il pilotera à nouveau une DS Techeetah. Après ses deux saisons chez McLaren en Formule 1, Vandoorne a débuté l'an passé en Formule E au sein de HWA Racelab, une structure soutenue par Mercedes. Le pilote de 27 ans a terminé sa première saison à la 16e place du championnat, avec un podium en 13 courses. Le Courtraisien est impatient de débuter cette nouvelle aventure. "C'est très bien de tester, mais c'est bon de revenir en mode course et de voir où nous en sommes par rapport aux autres équipes", a-t-il déclaré sur le site de son équipe. "Ce ne sera pas évident et il est difficile de faire des prévisions. Nous devons rester concentrés et essayer de ne pas faire d'erreurs. Si nous y parvenons, nous devrions avoir une chance d'obtenir un résultat décent." Vandoorne aura comme équipier le Néerlandais Nyck de Vries, champion en titre de Formule 2. Jérôme D'Ambrosio, 33 ans, fait office de précurseur dans la discipline: le pilote belge est en effet présent depuis la première édition, en 2014, et n'a pas encore manqué la moindre course. D'Ambrosio compte trois victoires et neuf podiums en 58 ePrix. Après avoir disputé les quatre premières saisons au sein de Dragon Racing, avec qui il a terminé quatrième du premier championnat, D'Ambrosio a rejoint l'an passé Mahindra Racing. La saison avait bien débuté, avec un podium à Dariya et une victoire à Marrakech, avant une suite plus compliquée et une dixième place au championnat. Chez Mahindra Racing, D'Ambrosio sera associé à un autre ancien pilote de Formule 1, l'Allemand Pascal Wherlein. Avec aussi les Brésiliens Felipe Massa et Lucas di Grassi, le Suisse Sébastien Buemi, le Néo-Zélandais Brendon Hartley ou même Vergne, le plateau comprend plusieurs autres vieilles connaissances des amateurs de F1. D'ici au double ePrix de Londres qui conclura la saison les 25 et 26 juillet 2020, deux destinations font leur entrée au calendrier: Séoul (Corée du Sud) le 3 mai et Jakarta (Indonésie) le 6 juin. Changement règlementaire qui pourrait avoir son importance à l'heure de faire les comptes: le nombre maximal de points qu'un pilote peut inscrire lors d'une course s'élève désormais à 30. Les plus rapides de chacun des quatre groupes de qualifications vont en effet recevoir une unité bonus, en plus des trois offertes au poleman et de celle revenant à l'auteur du meilleur tour en course, s'il termine dans le top 10. (Belga)