Les 115 premiers kilomètres de plat, après le départ de Muret, traversent le piémont pyrénéen jusqu'à Bagnères-de-Luchon. S'enchaînent alors deux cols de première catégorie, l'ancestral Peyresourde (13,2 km à 7%) puis le plus récent Val Louron-Azet (7,4 km à 8,3%), sans aucun répit dans la vallée, et la montée finale classée hors catégorie au-dessus de la petite cité de Saint-Lary-Soulan dans la vallée d'Aure (Hautes-Pyrénées). "Le Portet et ses 2.215 mètres d'altitude, c'est la montée la plus dure des Pyrénées", estime le directeur de course Thierry Gouvenou à propos de ce col découvert en 2018. D'ailleurs, le maillot jaune Tadej Pogacar, qui compte plus de 5 minutes d'avance sur ses rivaux, estime qu'il s'agira "du jour le plus dur". Outre la lutte pour le podium, où cinq coureurs (Rigoberto Uran, Jonas Vingegaard, Richard Carapaz, Ben O'Connor et Wilco Kelderman) se tiennent en une minute derrière Pogacar, solide leader de la course, celle pour le maillot à pois promet également d'être intense mercredi. Wout Poels (Bahrain-Victorious) est actuellement en tête avec 8 points d'avance sur Michael Woods et 10 sur Nairo Quintana et Wout van Aert. Les points seront doublés au sommet du Portet. Le peloton avait découvert les 16 kilomètres à 8,7 % de pente moyenne en 2018, année de la victoire en solitaire du Colombien Nairo Quintana devant l'Irlandais Dan Martin et le Gallois Geraint Thomas, tous trois présents dans le Tour 2021. Mais l'étape, hyper-concentrée, faisait seulement 65 kilomètres. L'idée d'une arrivée dans ce site de haute montagne remonte au siècle dernier. L'ancienne piste avait été goudronnée pour une arrivée en 1982 mais le projet avait été ensuite abandonné. (Belga)

Les 115 premiers kilomètres de plat, après le départ de Muret, traversent le piémont pyrénéen jusqu'à Bagnères-de-Luchon. S'enchaînent alors deux cols de première catégorie, l'ancestral Peyresourde (13,2 km à 7%) puis le plus récent Val Louron-Azet (7,4 km à 8,3%), sans aucun répit dans la vallée, et la montée finale classée hors catégorie au-dessus de la petite cité de Saint-Lary-Soulan dans la vallée d'Aure (Hautes-Pyrénées). "Le Portet et ses 2.215 mètres d'altitude, c'est la montée la plus dure des Pyrénées", estime le directeur de course Thierry Gouvenou à propos de ce col découvert en 2018. D'ailleurs, le maillot jaune Tadej Pogacar, qui compte plus de 5 minutes d'avance sur ses rivaux, estime qu'il s'agira "du jour le plus dur". Outre la lutte pour le podium, où cinq coureurs (Rigoberto Uran, Jonas Vingegaard, Richard Carapaz, Ben O'Connor et Wilco Kelderman) se tiennent en une minute derrière Pogacar, solide leader de la course, celle pour le maillot à pois promet également d'être intense mercredi. Wout Poels (Bahrain-Victorious) est actuellement en tête avec 8 points d'avance sur Michael Woods et 10 sur Nairo Quintana et Wout van Aert. Les points seront doublés au sommet du Portet. Le peloton avait découvert les 16 kilomètres à 8,7 % de pente moyenne en 2018, année de la victoire en solitaire du Colombien Nairo Quintana devant l'Irlandais Dan Martin et le Gallois Geraint Thomas, tous trois présents dans le Tour 2021. Mais l'étape, hyper-concentrée, faisait seulement 65 kilomètres. L'idée d'une arrivée dans ce site de haute montagne remonte au siècle dernier. L'ancienne piste avait été goudronnée pour une arrivée en 1982 mais le projet avait été ensuite abandonné. (Belga)