Jamais depuis l'arrivée de Karim Belhocine sur le banc de Charleroi, les Zèbres n'ont réussi à inverser une tendance. Un constat amer suite à une série qui était encore en cours, avant de recevoir Courtrai lundi, de 18 rencontres au cours desquelles Charleroi n'a jamais pu repartir avec les trois points après avoir été men...

Jamais depuis l'arrivée de Karim Belhocine sur le banc de Charleroi, les Zèbres n'ont réussi à inverser une tendance. Un constat amer suite à une série qui était encore en cours, avant de recevoir Courtrai lundi, de 18 rencontres au cours desquelles Charleroi n'a jamais pu repartir avec les trois points après avoir été mené au score. La dernière fois que les Hennuyers ont été devancés au marquoir avant de l'emporter, c'était encore du temps de Felice Mazzù, le 22 mai 2019, en finale des play-offs 2 sur la pelouse de Courtrai (1-2). Dans la foulée, Charleroi allait lancer cette improbable série de rencontres à la trame quasi cousue de fil blanc une fois ses joueurs dos au mur. À l'époque, personne ne se doutait que le revers concédé quatre jours plus tard sur la pelouse de l'Antwerp après avoir pourtant mené de deux buts (score final 3-2) allait lancer les Sambriens sur leur triste série. Comme si elle ne s'était jamais remise de la remontada des hommes de Lazslo Bölöni, la bande à Dorian Dessoleil cultive depuis près de 18 mois maintenant la mauvaise habitude d'être incapable de retourner une situation à son avantage. Si, dans l'intervalle, les Carolos ont bien décroché quatre nuls après avoir été menés, dont le dernier contre Malines le 6 novembre (3-3), la totalité de l'enjeu leur a toujours échappé. Mercredi dernier, à l'occasion de la réception de Waasland-Beveren, les Zèbres ont confirmé cette incapacité à renverser une situation en leur faveur, comme ce fut déjà le cas précédemment cette saison à Eupen, contre La Gantoise, à Genk, contre le Standard et face au Lech Poznan. Foutue série.