"C'était un bon match de ma part, pas si évident", a-t-elle déclaré à Belga après sa victoire. "J'avais déjà rencontré Pera l'an dernier et elle m'avait battue (NdlR : au Baltic Open à Jurmala). C'était, il est vrai, sur terre battue et j'ai bien progressé depuis, mais j'étais sur mes gardes. Avec mon nouveau coach, le Croate Stefano Vuko, nous travaillons beaucoup sur les montées au filet, car je suis quelqu'un d'assez agressif de nature. Mon service est mon point fort et nous avons aussi cherché à améliorer mon coup droit. Et pour l'instant, je ne peux pas me plaindre." C'est le moins qu'on puisse dire. Elena Rybakina était encore 171e sur les tablettes mondiales il y a un an à pareille époque et a connu une ascension fulgurante ces six derniers mois avec un premier titre à Bucarest, une finale à Nanchang et une demi-finale à Luxembourg. À Shenzhen, elle a encore battu Elise Mertens, mais ne sait pas grand-chose de Greet Minnen. "Je ne la connais pas vraiment. Nous ne nous sommes encore jamais rencontrées. Je sais simplement qu'elle s'est extirpée des qualifications ici. De toute façon, c'est le boulot de mon coach", a-t-elle souri. "En revanche, petite, mon idole était Justine Henin", a-t-elle révélé. "Je trouvais qu'elle avait un très beau tennis, très varié, avec ce revers à une main, qu'elle sliçait. J'essaie moi aussi de devenir une joueuse plus complète." (Belga)

"C'était un bon match de ma part, pas si évident", a-t-elle déclaré à Belga après sa victoire. "J'avais déjà rencontré Pera l'an dernier et elle m'avait battue (NdlR : au Baltic Open à Jurmala). C'était, il est vrai, sur terre battue et j'ai bien progressé depuis, mais j'étais sur mes gardes. Avec mon nouveau coach, le Croate Stefano Vuko, nous travaillons beaucoup sur les montées au filet, car je suis quelqu'un d'assez agressif de nature. Mon service est mon point fort et nous avons aussi cherché à améliorer mon coup droit. Et pour l'instant, je ne peux pas me plaindre." C'est le moins qu'on puisse dire. Elena Rybakina était encore 171e sur les tablettes mondiales il y a un an à pareille époque et a connu une ascension fulgurante ces six derniers mois avec un premier titre à Bucarest, une finale à Nanchang et une demi-finale à Luxembourg. À Shenzhen, elle a encore battu Elise Mertens, mais ne sait pas grand-chose de Greet Minnen. "Je ne la connais pas vraiment. Nous ne nous sommes encore jamais rencontrées. Je sais simplement qu'elle s'est extirpée des qualifications ici. De toute façon, c'est le boulot de mon coach", a-t-elle souri. "En revanche, petite, mon idole était Justine Henin", a-t-elle révélé. "Je trouvais qu'elle avait un très beau tennis, très varié, avec ce revers à une main, qu'elle sliçait. J'essaie moi aussi de devenir une joueuse plus complète." (Belga)