La traversée du piémont pyrénéen en début d'étape conduit à Luchon, au pied de Peyresourde (13,2 km à 7 %), l'un des grands "classiques" pyrénéens. L'enchaînement se fait ensuite avec un autre col classé en 1re catégorie, la Hourquette d'Ancizan, une découverte récente du Tour (en 2011) sur une route serpentant à travers la forêt. Au sommet, situé à 30,5 kilomètres de l'arrivée, il ne reste plus qu'à descendre vers Bagnères-de-Bigorre, ville-étape pour la 12e fois. En 2013, l'Irlandais Dan Martin s'était imposé dans un sprint à deux, devant le Danois Jakob Fuglsang. Avec toujours le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) en jaune, le départ sera donné devant le Stadium, à proximité de la cité de Bagatelle, d'où viennent les "Médias Pitchouns", l'association qui envoie sur le Tour des enfants journalistes en herbe depuis une dizaine d'années. "On voulait partir de Bagatelle mais on n'a pas pu le faire pour des contraintes techniques et logistiques", a précisé le directeur-adjoint du Tour Pierre-Yves Thouault, à propos de ce départ d'étape inédit dans la "ville rose" où l'Australien Caleb Ewan (Lotto Soudal), le plus rapide au sprint massif, a fêté mercredi sa première victoire dans le Tour. Départ de Toulouse à 11h30, lancé à 11h50, arrivée à Bagnères-de-Bigorre vers 17h09 (moyenne calculée à 39 km/h). (Belga)