Après le retrait de Kevin De Weert, la fédération a reçu de nombreuses candidatures de haut niveau, mais l'expérience de Rik Verbrugghe, en tant que coureur, directeur sportif et auprès des jeunes, a fait la différence, a expliqué le directeur technique Federik Brioché. Le Brabançon de 44 ans, encore actif comme directeur sportif chez Bahrain-Merida, a trouvé un accord avec son employeur. "Je ne ferai certainement pas le Tour de France, et après juin, je m'occuperai essentiellement du programme des coureurs." L'ancien champion de Belgique du contre-la-montre a été "charmé" par la proposition. "Il y a un plan de A à Z. C'est un travail qui a déjà commencé depuis quelque temps, je vais d'ailleurs pouvoir récolter les fruits de mon prédécesseur et essayer d'y apporter ma touche, en toute honnêteté." Le nouveau coach fédéral a aussi souligné à quel point il était attiré par le travail avec les jeunes, une tâche mise en exergue par la fédération. "Les pros c'est une vitrine, mais les espoirs, c'est l'avenir." Rik Verbrugghe a par ailleurs balayé toute question quant à un conflit d'intérêt au sujet de son beau-frère Greg Van Avermaet. "Ses sélections ont toujours été indiscutables." (Belga)

Après le retrait de Kevin De Weert, la fédération a reçu de nombreuses candidatures de haut niveau, mais l'expérience de Rik Verbrugghe, en tant que coureur, directeur sportif et auprès des jeunes, a fait la différence, a expliqué le directeur technique Federik Brioché. Le Brabançon de 44 ans, encore actif comme directeur sportif chez Bahrain-Merida, a trouvé un accord avec son employeur. "Je ne ferai certainement pas le Tour de France, et après juin, je m'occuperai essentiellement du programme des coureurs." L'ancien champion de Belgique du contre-la-montre a été "charmé" par la proposition. "Il y a un plan de A à Z. C'est un travail qui a déjà commencé depuis quelque temps, je vais d'ailleurs pouvoir récolter les fruits de mon prédécesseur et essayer d'y apporter ma touche, en toute honnêteté." Le nouveau coach fédéral a aussi souligné à quel point il était attiré par le travail avec les jeunes, une tâche mise en exergue par la fédération. "Les pros c'est une vitrine, mais les espoirs, c'est l'avenir." Rik Verbrugghe a par ailleurs balayé toute question quant à un conflit d'intérêt au sujet de son beau-frère Greg Van Avermaet. "Ses sélections ont toujours été indiscutables." (Belga)