Outre l'annulation de la montée et le retrait de 12 points, Malines, vainqueur de la Coupe de Belgique, ne pourra pas concourir pour la défense de son trophée, ni participer à la phase de poules de l'Europa League. Les coupables dans cette affaire sont Johan Timmermans, membre du conseil d'administration et ancien président du FC Malines, l'actionnaire principal Olivier Somers et le directeur financier Thierry Steemans. Ils ont écopé de dix ans de suspension pour toutes les activités au sein de l'URBSFA, tandis que le directeur sportif Stefaan Vanroy a été suspendu sept ans. Waasland-Beveren, le corrompu présumé, a été blanchi, au même titre que ses dirigeants Jozef Van Remoortel et Walther Clippeleyr. Cela n'a pas été le cas du directeur financier Olivier Swolfs, et du président Dirk Huyck, respectivement condamnés à un an de suspension ferme, et à un an de suspension avec sursis. Ni l'un ni l'autre n'a interjeté appel devant la CBAS. Le FC Malinois et ses quatre administrateurs condamnés ont saisi la Cour vendredi passé, avec le soutien des associations de supporters du club, que la Cour d'appel de la Commission des litiges n'avait pas voulu entendre. Swolfs et Huyck, même s'ils ne sont pas plaignants, seront à nouveau entendus. Tout comme le joueur Olivier Myny (acquitté), les agents de joueurs Dejan Veljkovic (suspendu dix ans), Walter Mortelmans (suspendu un an, plus deux avec sursis), Thomas Troch (suspendu trois ans, dont deux effectifs) et Evert Maesschalck (acquitté). Seul Mortelmans a fait appel. Le procureur fédéral Kris Wagner n'est pas partie prenante non plus, mais devra quand même comparaître. Le Sporting Lokeren, le Beerschot et l'AGC Tubize pourront défendre leur point de vue. Lokeren se présentera même avec deux flèches à son arc puisque selon les conclusions de ses avocats, ce n'est pas le Beerschot mais Lokeren, qui devait bénéficier de la condamnation de Malines, et que la tentative de fraude ayant été démontrée, Waasland-Beveren devait également être relégué à l'étage inférieur. Le Beerschot plaidera forcément qu'il doit bénéficier, comme l'a acté la juridiction de l'union Belge, de la dégradation de Malines. Enfin pour Tubize, le Kavé devait et doit être renvoyé en D1 Amateurs, auquel cas il se maintiendrait en D1B malgré sa huitième et dernière place. La CBAS entendra toutes les parties pendant deux jours, à huis clos. Les trois juges auront ensuite quatre jours pour rendre leur verdict. Vu l'urgence, celui-ci ne devra pas être motivé avant dix jours. La décision que prendra la CBAS sera définitive, et permettra d'établir enfin les calendriers de la saison 2019-2020 de la Pro League. Restera toutefois bien sûr aux clubs et aux personnes, la possibilité d'un recours devant la justice civile, quitte à transgresser ainsi les règlements de l'Union belge et de la Pro League... (Belga)