La consultation fait partie d'un accord entre la Pro League et la Commission des jeux de hasard, a expliqué Parys. "Nous avons pris des engagements que nous évaluons ensemble de temps en temps et nous voyons ensuite si des ajustements sont nécessaires. Nous voulons nous assurer que nous freinons les paris pour les jeunes, que les gens qui veulent parier le fassent sur un site qui possède une licence de la commission." Parys souligne que la commission a appris à la Pro League "que la meilleure façon de protéger les gens est de les diriger de manière très ciblée vers une offre légale, où des restrictions s'appliquent." Une interdiction totale de la publicité ne lui semble dès lors pas appropriée. "Il est important d'autoriser une certaine forme de publicité, afin que les personnes qui veulent parier ne se retrouvent pas sur des sites illégaux." "Nous sommes ouverts au débat et nous voulons prendre nos responsabilités", a poursuivi Parys. "Nous recherchons la meilleure manière de protéger les gens et les personnes avec un problème de dépendance. Il y a des voix différentes sur la façon la plus efficace de faire cela. L'expertise de la Commission des jeux de hasard est la bienvenue." "Chaque accord qu'un de nos clubs conclut avec un sponsor du secteur des jeux de hasard est soumis à la Commission des jeux de hasard", précise encore Parys. (Belga)

La consultation fait partie d'un accord entre la Pro League et la Commission des jeux de hasard, a expliqué Parys. "Nous avons pris des engagements que nous évaluons ensemble de temps en temps et nous voyons ensuite si des ajustements sont nécessaires. Nous voulons nous assurer que nous freinons les paris pour les jeunes, que les gens qui veulent parier le fassent sur un site qui possède une licence de la commission." Parys souligne que la commission a appris à la Pro League "que la meilleure façon de protéger les gens est de les diriger de manière très ciblée vers une offre légale, où des restrictions s'appliquent." Une interdiction totale de la publicité ne lui semble dès lors pas appropriée. "Il est important d'autoriser une certaine forme de publicité, afin que les personnes qui veulent parier ne se retrouvent pas sur des sites illégaux." "Nous sommes ouverts au débat et nous voulons prendre nos responsabilités", a poursuivi Parys. "Nous recherchons la meilleure manière de protéger les gens et les personnes avec un problème de dépendance. Il y a des voix différentes sur la façon la plus efficace de faire cela. L'expertise de la Commission des jeux de hasard est la bienvenue." "Chaque accord qu'un de nos clubs conclut avec un sponsor du secteur des jeux de hasard est soumis à la Commission des jeux de hasard", précise encore Parys. (Belga)