"C'est le bon moment", a-t-elle expliqué. "J'ai eu beaucoup de discussions après les grands succès de l'année dernière. Cela m'a aussi facilité la décision. Cela ne s'est pas fait du jour au lendemain, c'est un processus. Je suis contente d'avoir encore pu participer au Tour de France. Je trouve que c'est bien de pouvoir quitter le sport avec cette énergie positive et d'avoir pu choisir moi-même le moment et de ne pas y avoir été forcée. J'aurais pu faire du sport encore longtemps. Tant mentalement que physiquement, je ne suis pas finie." L'année dernière, Brennauer a aussi remporté les titres européens et mondiaux de poursuite individuelle et par équipes. Et aux Mondiaux sur route, elle s'est imposée dans le relais mixte à Bruges. Elle a aussi décroché le titre mondial de contre-la-montre sur route à Ponferrada en 2014. (Belga)

"C'est le bon moment", a-t-elle expliqué. "J'ai eu beaucoup de discussions après les grands succès de l'année dernière. Cela m'a aussi facilité la décision. Cela ne s'est pas fait du jour au lendemain, c'est un processus. Je suis contente d'avoir encore pu participer au Tour de France. Je trouve que c'est bien de pouvoir quitter le sport avec cette énergie positive et d'avoir pu choisir moi-même le moment et de ne pas y avoir été forcée. J'aurais pu faire du sport encore longtemps. Tant mentalement que physiquement, je ne suis pas finie." L'année dernière, Brennauer a aussi remporté les titres européens et mondiaux de poursuite individuelle et par équipes. Et aux Mondiaux sur route, elle s'est imposée dans le relais mixte à Bruges. Elle a aussi décroché le titre mondial de contre-la-montre sur route à Ponferrada en 2014. (Belga)