La décision de la CBAS a eu l'effet d'une bombe auprès de nombreuses personnes, notamment à l'Union belge qui avait annoncé être "en désaccord sur le principe avec cette décision". La CBAS avait également été critiquée dans les médias néerlandophones.

"La CBAS n'a pas pour habitude de réagir aux informations de la presse et des réseaux sociaux", a réagi Cyriel Coomans dans un communiqué. "L'intérêt des médias de ces derniers jours autour de la récente décision dans le dossier Mouscron est toutefois tel que nous souhaitons réagir. Outre les commentaires dans la presse, diverses personnes ont également effectué un certain nombre de déclarations. La teneur de ces déclarations nous surprend étant donné que, jusqu'à présent, personne en dehors des arbitres n'a connaissance de la motivation de la sentence arbitrale."

"Contrairement à certaines affirmations, les trois arbitres désignés par les parties dans ce dossier ont régulièrement été désignés comme arbitres et possèdent une large expérience, tant dans leurs activités professionnelles qu'en tant qu'arbitres", a ajouté Coomans. "La CBAS a été constituée pour apporter une solution à la demande, provenant du monde du sport, de pouvoir statuer de façon définitive concernant des litiges en matière sportive. Ceci de façon parfaite sur le plan juridique et en peu de temps, afin entre autres de ne pas hypothéquer le déroulement des compétitions."

"Les jugements prononcés dans le cadre de litiges entre parties peuvent parfois susciter une certaine incompréhension. C'est également le cas au niveau de la jurisprudence normale. La CBAS a traité de très nombreux dossiers et fait preuve d'une grande compétence et indépendance. Les collèges arbitraux de la CBAS ont par ailleurs toujours été grandement appréciés par le monde du sport. La CBAS maintient dès lors son entière confiance dans les arbitres nommés par la commission de nomination indépendante", a conclu Cyriel Coomans.

La décision de la CBAS a eu l'effet d'une bombe auprès de nombreuses personnes, notamment à l'Union belge qui avait annoncé être "en désaccord sur le principe avec cette décision". La CBAS avait également été critiquée dans les médias néerlandophones. "La CBAS n'a pas pour habitude de réagir aux informations de la presse et des réseaux sociaux", a réagi Cyriel Coomans dans un communiqué. "L'intérêt des médias de ces derniers jours autour de la récente décision dans le dossier Mouscron est toutefois tel que nous souhaitons réagir. Outre les commentaires dans la presse, diverses personnes ont également effectué un certain nombre de déclarations. La teneur de ces déclarations nous surprend étant donné que, jusqu'à présent, personne en dehors des arbitres n'a connaissance de la motivation de la sentence arbitrale." "Contrairement à certaines affirmations, les trois arbitres désignés par les parties dans ce dossier ont régulièrement été désignés comme arbitres et possèdent une large expérience, tant dans leurs activités professionnelles qu'en tant qu'arbitres", a ajouté Coomans. "La CBAS a été constituée pour apporter une solution à la demande, provenant du monde du sport, de pouvoir statuer de façon définitive concernant des litiges en matière sportive. Ceci de façon parfaite sur le plan juridique et en peu de temps, afin entre autres de ne pas hypothéquer le déroulement des compétitions." "Les jugements prononcés dans le cadre de litiges entre parties peuvent parfois susciter une certaine incompréhension. C'est également le cas au niveau de la jurisprudence normale. La CBAS a traité de très nombreux dossiers et fait preuve d'une grande compétence et indépendance. Les collèges arbitraux de la CBAS ont par ailleurs toujours été grandement appréciés par le monde du sport. La CBAS maintient dès lors son entière confiance dans les arbitres nommés par la commission de nomination indépendante", a conclu Cyriel Coomans.