"Il faut se concentrer car avec un tel plateau, il faut garder un ?il sur plusieurs coureurs", a prévenu le Belge, qui a passé trois semaines à Tenerife pour s'entraîner. "Je suis impatient de rouler à nouveau sur ces routes", a ajouté 'WVA' jeudi après avoir reconnu les 100 derniers kilomètres du parcours. Si l'édition 2020 était particulière avec des températures exceptionnellement élevées, un temps bien plus froid est prévu samedi dans la région de Sienne. Des légères pluies sont même attendues en début de journée alors que le mercure ne devrait pas dépasser les 11 degrés dans l'après-midi. Cela devrait assurément ajouter du piment à un parcours de 184 kilomètres qui n'en manque pas, avec 63 km disputés sur les fameuses 'Strade Bianche', des chemins de gravier blanc typiques de la campagne toscane. Si Philippe Gilbert et Tiesj Benoot, respectivement vainqueur en 2011 et 2018, ont décidé de s'aligner sur Paris-Nice, le contingent belge pourra compter sur Tim Wellens, 3e en 2017, et Greg Van Avermaet, qui a terminé la course à dix reprises et deux fois deuxième (2015, 2017). Peter Sagan, insuffisamment remis de son infection au coronavirus, n'est pas au départ car toujours à la recherche de sa meilleure forme. Les regards seront tournés vers Mathieu van der Poel et Julian Alaphilippe, qui ont déjà des jours de compétition dans les jambes. Le premier semble taillé pour cette course et le second, vainqueur en 2019, s'est déclaré "sur la bonne voie" mais pas encore à son niveau de 2019, année de son succès. Le Slovène Tadej Pogacar arrive en confiance après son succès au Tour des Émirats arabes unis, le Néerlandais Bauke Mollema a lui remporté le Trophée Laigueglia et Jakob Fuglsgang a déjà terminé 2e en 2019. (Belga)

"Il faut se concentrer car avec un tel plateau, il faut garder un ?il sur plusieurs coureurs", a prévenu le Belge, qui a passé trois semaines à Tenerife pour s'entraîner. "Je suis impatient de rouler à nouveau sur ces routes", a ajouté 'WVA' jeudi après avoir reconnu les 100 derniers kilomètres du parcours. Si l'édition 2020 était particulière avec des températures exceptionnellement élevées, un temps bien plus froid est prévu samedi dans la région de Sienne. Des légères pluies sont même attendues en début de journée alors que le mercure ne devrait pas dépasser les 11 degrés dans l'après-midi. Cela devrait assurément ajouter du piment à un parcours de 184 kilomètres qui n'en manque pas, avec 63 km disputés sur les fameuses 'Strade Bianche', des chemins de gravier blanc typiques de la campagne toscane. Si Philippe Gilbert et Tiesj Benoot, respectivement vainqueur en 2011 et 2018, ont décidé de s'aligner sur Paris-Nice, le contingent belge pourra compter sur Tim Wellens, 3e en 2017, et Greg Van Avermaet, qui a terminé la course à dix reprises et deux fois deuxième (2015, 2017). Peter Sagan, insuffisamment remis de son infection au coronavirus, n'est pas au départ car toujours à la recherche de sa meilleure forme. Les regards seront tournés vers Mathieu van der Poel et Julian Alaphilippe, qui ont déjà des jours de compétition dans les jambes. Le premier semble taillé pour cette course et le second, vainqueur en 2019, s'est déclaré "sur la bonne voie" mais pas encore à son niveau de 2019, année de son succès. Le Slovène Tadej Pogacar arrive en confiance après son succès au Tour des Émirats arabes unis, le Néerlandais Bauke Mollema a lui remporté le Trophée Laigueglia et Jakob Fuglsgang a déjà terminé 2e en 2019. (Belga)