Initialement prévue au stade Roi Baudouin, la partie s'est jouée en terre lusitanienne en raison des attentats de Bruxelles du 22 mars dernier. Les Diables Rouges ont arboré un message sur leur maillot d'échauffement: "In memory of all victims - Brussels, 22.03.2016". Les Belges de Marc Wilmots portaient également un brassard noir.

Une minute de silence a été respectée au coup d'envoi, les deux équipes s'étaient mélangées au milieu du terrain pour les hymnes nationaux rendant hommage à toutes les victimes des évènements bruxellois.

Les Diables ont payé cher une première mi-temps de bien mauvaise facture. Nani (20e) et Cristiano Ronaldo (40e) ont marqué pour la Seleçao alors qu'un but de Romelu Lukaku, sur un assist de son frère cadet Jordan, a permis à la Belgique de sauver l'honneur (62e). Dans une rencontre teintée d'émotion, ce sont les Portugais qui ont pris le meilleur départ. En deux minutes, Thibaut Courtois a repoussé trois tentatives de la Seleçao par Joao Mario (10e), Adrien (10e) et Nani (12e) avant de dévier sur sa transversale une tête de Ronaldo sur corner (13e).

Pas dans le match, les Diables ont logiquement encaissé. Sur une belle passe d'André Gomes, Nani a trompé Courtois d'un tir de l'intérieur du pied droit (20e). Parti en contre, Joao Mario n'a pas pu tromper la vigilance de Courtois, bien sorti pour réduire l'angle. Le premier tir cadré de la Belgique est venu des pieds de Dries Mertens, profitant d'un bon relai avec Nacer Chadi (37e). Le Portugal a enfoncé le clou avant la mi-temps. Sur une ouverture de Ronaldo pour Joao Mario, ce dernier a retrouvé son capitaine au petit rectangle, qui ne s'est pas gêné pour tromper Thibaut Courtois d'une tête décroisée (40e). Une belle combinaison entre Mertens et Witsel s'est conclue par un volée du joueur du Zénith contrée par Pepe. Un mauvais contrôle de Gillet, dernier homme, a profité à Ronaldo.

Heureusement pour la bande à Marc Wilmots, l'attaquant madrilène a placé à côté de la cage belge (52e). Sur un faute de Pepe, la Belgique a obtenu un coup franc. Radja Nainggolan a décoché une frappe puissante, obligeant Rui Patricio à la repousser des poings (55e). Sur un des premiers mouvements dignes de ce nom, Jordan Lukaku, monté au jeu quatre minutes plus tôt, a adressé un centre parfait depuis son flanc gauche pour son frère Romelu. L'attaquant d'Everton, qui n'avait plus marqué avec les Diables depuis le 12 novembre 2014 contre l'Islande, a trompé le gardien d'une tête piquée (62e). Radja Nainggolan a encore envoyé, juste à côté du poteau adverse, une frappe lointaine (81e).

Après cinq succès de rang, la Belgique, sur courant alternatif, s'incline contre des Lusitaniens plus créatifs offensivement. Il faudra montrer un tout autre visage le 28 mai prochain contre la Suisse à Lausanne.

Initialement prévue au stade Roi Baudouin, la partie s'est jouée en terre lusitanienne en raison des attentats de Bruxelles du 22 mars dernier. Les Diables Rouges ont arboré un message sur leur maillot d'échauffement: "In memory of all victims - Brussels, 22.03.2016". Les Belges de Marc Wilmots portaient également un brassard noir. Une minute de silence a été respectée au coup d'envoi, les deux équipes s'étaient mélangées au milieu du terrain pour les hymnes nationaux rendant hommage à toutes les victimes des évènements bruxellois. Les Diables ont payé cher une première mi-temps de bien mauvaise facture. Nani (20e) et Cristiano Ronaldo (40e) ont marqué pour la Seleçao alors qu'un but de Romelu Lukaku, sur un assist de son frère cadet Jordan, a permis à la Belgique de sauver l'honneur (62e). Dans une rencontre teintée d'émotion, ce sont les Portugais qui ont pris le meilleur départ. En deux minutes, Thibaut Courtois a repoussé trois tentatives de la Seleçao par Joao Mario (10e), Adrien (10e) et Nani (12e) avant de dévier sur sa transversale une tête de Ronaldo sur corner (13e). Pas dans le match, les Diables ont logiquement encaissé. Sur une belle passe d'André Gomes, Nani a trompé Courtois d'un tir de l'intérieur du pied droit (20e). Parti en contre, Joao Mario n'a pas pu tromper la vigilance de Courtois, bien sorti pour réduire l'angle. Le premier tir cadré de la Belgique est venu des pieds de Dries Mertens, profitant d'un bon relai avec Nacer Chadi (37e). Le Portugal a enfoncé le clou avant la mi-temps. Sur une ouverture de Ronaldo pour Joao Mario, ce dernier a retrouvé son capitaine au petit rectangle, qui ne s'est pas gêné pour tromper Thibaut Courtois d'une tête décroisée (40e). Une belle combinaison entre Mertens et Witsel s'est conclue par un volée du joueur du Zénith contrée par Pepe. Un mauvais contrôle de Gillet, dernier homme, a profité à Ronaldo. Heureusement pour la bande à Marc Wilmots, l'attaquant madrilène a placé à côté de la cage belge (52e). Sur un faute de Pepe, la Belgique a obtenu un coup franc. Radja Nainggolan a décoché une frappe puissante, obligeant Rui Patricio à la repousser des poings (55e). Sur un des premiers mouvements dignes de ce nom, Jordan Lukaku, monté au jeu quatre minutes plus tôt, a adressé un centre parfait depuis son flanc gauche pour son frère Romelu. L'attaquant d'Everton, qui n'avait plus marqué avec les Diables depuis le 12 novembre 2014 contre l'Islande, a trompé le gardien d'une tête piquée (62e). Radja Nainggolan a encore envoyé, juste à côté du poteau adverse, une frappe lointaine (81e). Après cinq succès de rang, la Belgique, sur courant alternatif, s'incline contre des Lusitaniens plus créatifs offensivement. Il faudra montrer un tout autre visage le 28 mai prochain contre la Suisse à Lausanne.