Outre Federer, la Suisse sera réprésentée par Henri Laaksonen (ATP 110) alors que le deuxième joueur britannique est Kyle Edmund (ATP 32). Le quatrième pays du groupe doit encore être désigné. Vingt-sept des trente premiers joueurs mondiaux ont accepté de participer à cette nouvelle compétition, appelée selon les organisateurs à devenir une Coupe du monde de tennis. Vingt-quatre pays seront représentés à l'ATP Cup qui se déroulera du 3 au 12 janvier à Sydney, Perth et Brisbane, et s'achèvera donc huit jours avant le début de l'Open d'Australie (20 janvier - 2 février), première levée du Grand Chelem de la saison. Dix-huit nations sont d'ores et déjà qualifiées, ainsi que l'Australie qualifiée d'office en tant que pays organisateur. Cinq autres nations seront déterminées le 13 novembre selon le classement ATP. La compétition débutera par une phase de groupes (six poules de quatre équipes) suivie de quarts de finale, demi-finales et finale. Deux simples et un double seront au programme de chaque rencontre. Les deux joueurs les mieux classés de chaque nation doivent y participer mais si des changements sont nécessaires, les sélections pourront piocher parmi trois joueurs supplémentaires. La compétition rapporte 750 points ATP en simple aux vainqueurs, moins que les Grand Chelems (2000 points), le Masters (1500 points) et les Masters 1000 mais davantage que les autres tournois, avec un prize money (gains) de 15 millions de dollars (environ 13,5 M EUR). L'ATP Cup a été relancée au moment où la légendaire Coupe Davis, organisée par la Fédération internationale de tennis (ITF), a fait l'objet d'un lifting. L'épreuve centenaire aura lieu dans une nouvelle formule sur une semaine fin novembre 2019 à Madrid, soit moins de deux mois seulement avant la compétition de l'ATP et ce, à la fin d'une saison exigeante, ce qui a déjà poussé plusieurs stars à renoncer à y participer. (Belga)