Les Diables retrouveront la France pour la première fois depuis la demi-finale perdue au Mondial 2018 (1-0). "Cela va être un match assez spécial par rapport au passé, par rapport à cette demi-finale", estime Witsel. "Mais nous, joueurs, n'avons pas ça en tête. Notre objectif, c'est de faire un bon match contre une grosse équipe et tout faire pour aller en finale." "Dans nos têtes, nous savons que c'est un match important, nous savons que c'est toujours spécial contre la France et encore plus depuis 2018, mais nous ne devons pas être concentrés là-dessus. Nous devons nous concentrer sur nous-mêmes, faire le job pour aller en finale et ne pas ajouter du stress par rapport à ça", a poursuivi Witsel. La Belgique est à deux matchs de remporter un premier trophée international. En cas de victoire contre la France, Witsel et ses équipiers affronteront ensuite l'Italie ou l'Espagne en finale. "Ce sont des demi-finales avec quatre grosses nations. Nous avons envie de bien faire, de gagner un trophée ensemble. Pour ça, nous devons passer par la France, ils ont une grosse équipe avec des super joueurs." Parmi eux, Witsel craint avant tout Karim Benzema. "Il a un niveau plus que top, il est vraiment costaud. Mais ils ont aussi Mbappé, Griezmann. Kanté ne sera pas là, c'est déjà bien car il a 6 poumons et 36 jambes, mais ils ont aussi Pogba... C'est un groupe assez costaud." Championne du monde en 2018, la France traverse depuis l'été une zone de turbulence, avec une élimination dès les huitièmes de finale de l'Euro des oeuvres de la Suisse (3-3, 5-4 aux tirs au but) suivie par deux partages en septembre, à domicile contre la Bosnie-Herzégovine (1-1) et en Ukraine (1-1) avant un succès contre la Finlande (2-0). "Je ne sais pas s'il y a un meilleur ou un moins bon moment pour les affronter, c'est vrai qu'il reste sur un dernier mois où ils n'étaient pas à leur niveau. Mais ça reste la France, ils ont des joueurs au top. Tu ne sais jamais, même s'ils ne sont pas bien, ils peuvent ressortir." En 2018, la France s'était imposée sur un but de Umtiti sur corner. Les phases arrêtées constitueront un point d'attention, confirme Witsel. "C'est quelque chose de super important, tu dois être concentré de la première à la dernière minute. Nous devons retenir cela de ce match. Après cela, nous devons jouer le jeu, se focaliser nous-mêmes. C'est clair que la France a de grandes qualités, qui peuvent faire la différence à tout moment, mais nous devons nous concentrer sur nous-mêmes." (Belga)

Les Diables retrouveront la France pour la première fois depuis la demi-finale perdue au Mondial 2018 (1-0). "Cela va être un match assez spécial par rapport au passé, par rapport à cette demi-finale", estime Witsel. "Mais nous, joueurs, n'avons pas ça en tête. Notre objectif, c'est de faire un bon match contre une grosse équipe et tout faire pour aller en finale." "Dans nos têtes, nous savons que c'est un match important, nous savons que c'est toujours spécial contre la France et encore plus depuis 2018, mais nous ne devons pas être concentrés là-dessus. Nous devons nous concentrer sur nous-mêmes, faire le job pour aller en finale et ne pas ajouter du stress par rapport à ça", a poursuivi Witsel. La Belgique est à deux matchs de remporter un premier trophée international. En cas de victoire contre la France, Witsel et ses équipiers affronteront ensuite l'Italie ou l'Espagne en finale. "Ce sont des demi-finales avec quatre grosses nations. Nous avons envie de bien faire, de gagner un trophée ensemble. Pour ça, nous devons passer par la France, ils ont une grosse équipe avec des super joueurs." Parmi eux, Witsel craint avant tout Karim Benzema. "Il a un niveau plus que top, il est vraiment costaud. Mais ils ont aussi Mbappé, Griezmann. Kanté ne sera pas là, c'est déjà bien car il a 6 poumons et 36 jambes, mais ils ont aussi Pogba... C'est un groupe assez costaud." Championne du monde en 2018, la France traverse depuis l'été une zone de turbulence, avec une élimination dès les huitièmes de finale de l'Euro des oeuvres de la Suisse (3-3, 5-4 aux tirs au but) suivie par deux partages en septembre, à domicile contre la Bosnie-Herzégovine (1-1) et en Ukraine (1-1) avant un succès contre la Finlande (2-0). "Je ne sais pas s'il y a un meilleur ou un moins bon moment pour les affronter, c'est vrai qu'il reste sur un dernier mois où ils n'étaient pas à leur niveau. Mais ça reste la France, ils ont des joueurs au top. Tu ne sais jamais, même s'ils ne sont pas bien, ils peuvent ressortir." En 2018, la France s'était imposée sur un but de Umtiti sur corner. Les phases arrêtées constitueront un point d'attention, confirme Witsel. "C'est quelque chose de super important, tu dois être concentré de la première à la dernière minute. Nous devons retenir cela de ce match. Après cela, nous devons jouer le jeu, se focaliser nous-mêmes. C'est clair que la France a de grandes qualités, qui peuvent faire la différence à tout moment, mais nous devons nous concentrer sur nous-mêmes." (Belga)