Ils se sont rendus en peloton à petite allure, précédés par la voiture au toit ouvert du directeur de l'épreuve Christian Prudhomme où avait pris place Eddy Merckx qui a reçu une énorme ovation du nombreux public. Une halte sur la Grand Place a permis d'entendre le chant des hymnes nationaux français, la Marseillaise, et belge, la Brabançonne. Les principaux coureurs ont ensuite été présentés au roi Philippe et au premier ministre Charles Michel. Le peloton a ensuite rejoint le boulevard Mettewie à Molenbeek. Le départ réel y a été donné à 12h26, sous une météo ensoleillée et chaude (25°C). Cette édition du Tour coïncide avec le 100e anniversaire de la création du maillot jaune, qui désigne le leader de la course, et le 50e anniversaire de la première et de la plus glorieuse des cinq victoires d'Eddy Merckx, le champion cycliste de tous les records dans cette épreuve. La première étape est constituée par une boucle de longue de 194,5 km. Elle rejoindra Bruxelles en fin d'après-midi après avoir traversé le Brabant flamand, emprunté les routes de Flandre orientale, du Hainaut jusqu'à Courcelles avant de remonter par le Brabant Wallon et revenir dans la capitale via Tervuren. L'arrivée sera jugée au bout d'une ligne droite de 250 mètres en légère montée sur l'avenue du Parc Royal, devant le Château de Laeken. Elle est prévue entre 16h50 et 17h16, selon la moyenne horaire de la course. Le vainqueur revêtira le premier maillot jaune. Le parcours favorable aux sprinters comprend les deux premières côtes inscrites au classement du meilleur grimpeur, le célèbre Mur de Grammont (3e cat.) au km 43,5, dont le premier au sommet sera assuré de porter le premier maillot à pois, et le Bosberg (4e cat.) au km 47,5. Un premier sprint intermédiaire a été placé à Bonnes Villers au km 125. Bruxelles, qui accueille son second départ du Tour de France après celui de 1958, sera encore le théâtre de la 2e étape dimanche, un contre-la-montre par équipes de 27,6 km entre le Palais Royal et l'Atomium. (Belga)