Le gouvernement fédéral a adopté dans ce sens un avant-projet de loi visant à modifier la loi football. Celui-ci prévoit tout d'abord des sanctions minimales plus élevées: une amende administrative de mille euros et une interdiction de stade de deux ans pour la manipulation de feux de Bengale, ainsi qu'une amende administrative de cinq cents euros et une interdiction de stade d'un an pour l'utilisation d'autres types de matériaux pyrotechniques. Selon la ministre de l'Intérieur, la facilitation de l'utilisation de la pyrotechnie, par exemple via l'introduction illicite d'objets ou la dissimulation des auteurs au moyen de banderoles, ne sera plus tolérée. L'utilisation d'objets pyrotechniques pourra également être sanctionnée jusque 48 heures avant et après le match ; leur usage sera par conséquent aussi interdit durant les entraînements, lors de célébrations et pendant les déplacements en bus des joueurs. Les clubs se sont engagés à prendre des mesures visant à décourager l'utilisation d'objets pyrotechniques par leurs propres supporters. La ministre Verlinden entend soutenir, outre les clubs, les autorités locales et les services de police dans leur démarche, avec une toolbox pouvant servir d'inspiration pour l'élaboration d'un plan d'action contre l'utilisation de moyens pyrotechniques. L'initiative de la ministre fait suite à un cri d'alarme lancé par les chauffeurs de bus eux-mêmes. Les bus des joueurs du RSC Anderlecht, du Club de Bruges, de La Gantoise, du Standard, d'Anvers et du FC Malinois sont tous descendus au Stade Roi Baudouin pour l'occasion. Ils expliquent qu'ils se retrouvent de plus en plus souvent dans des situations dangereuses lorsque les bus des joueurs quittent ou arrivent au stade. "Que se passe-t-il si on renverse quelqu'un? On conduit à l'aveugle, la visibilité est nulle. Nous devons clairement faire comprendre aux supporters qu'ils peuvent encourager leur équipe, mais qu'ils doivent garder leurs distances", a commenté Luc Heirweg, chauffeur du bus des joueurs du RSCA. En 2021, on a recensé pas moins de 146 infractions en lien avec l'usage d'engins pyrotechniques dans et autour des stades de football, où le public n'était pas autorisé à pénétrer en raison de la pandémie. Plusieurs autobus de joueurs ont été endommagés. (Belga)

Le gouvernement fédéral a adopté dans ce sens un avant-projet de loi visant à modifier la loi football. Celui-ci prévoit tout d'abord des sanctions minimales plus élevées: une amende administrative de mille euros et une interdiction de stade de deux ans pour la manipulation de feux de Bengale, ainsi qu'une amende administrative de cinq cents euros et une interdiction de stade d'un an pour l'utilisation d'autres types de matériaux pyrotechniques. Selon la ministre de l'Intérieur, la facilitation de l'utilisation de la pyrotechnie, par exemple via l'introduction illicite d'objets ou la dissimulation des auteurs au moyen de banderoles, ne sera plus tolérée. L'utilisation d'objets pyrotechniques pourra également être sanctionnée jusque 48 heures avant et après le match ; leur usage sera par conséquent aussi interdit durant les entraînements, lors de célébrations et pendant les déplacements en bus des joueurs. Les clubs se sont engagés à prendre des mesures visant à décourager l'utilisation d'objets pyrotechniques par leurs propres supporters. La ministre Verlinden entend soutenir, outre les clubs, les autorités locales et les services de police dans leur démarche, avec une toolbox pouvant servir d'inspiration pour l'élaboration d'un plan d'action contre l'utilisation de moyens pyrotechniques. L'initiative de la ministre fait suite à un cri d'alarme lancé par les chauffeurs de bus eux-mêmes. Les bus des joueurs du RSC Anderlecht, du Club de Bruges, de La Gantoise, du Standard, d'Anvers et du FC Malinois sont tous descendus au Stade Roi Baudouin pour l'occasion. Ils expliquent qu'ils se retrouvent de plus en plus souvent dans des situations dangereuses lorsque les bus des joueurs quittent ou arrivent au stade. "Que se passe-t-il si on renverse quelqu'un? On conduit à l'aveugle, la visibilité est nulle. Nous devons clairement faire comprendre aux supporters qu'ils peuvent encourager leur équipe, mais qu'ils doivent garder leurs distances", a commenté Luc Heirweg, chauffeur du bus des joueurs du RSCA. En 2021, on a recensé pas moins de 146 infractions en lien avec l'usage d'engins pyrotechniques dans et autour des stades de football, où le public n'était pas autorisé à pénétrer en raison de la pandémie. Plusieurs autobus de joueurs ont été endommagés. (Belga)