Le quotidien britannique The Guardian avait révélé fin février que plus de 6.500 travailleurs migrants étaient morts au Qatar depuis l'attribution en 2010 du Mondial à l'émirat. En réaction, des voix se sont élevées en faveur d'un boycott de la compétition. Disant "ne pas ignorer la problématique", la fédération belge estime que "le football peut jouer un rôle de levier du changement". "Le Qatar va attirer de plus en plus l'attention dans le cadre de la Coupe du Monde jusqu'à la fin de l?année 2022. L'URBSFA souhaite mettre à profit cette attention pour ouvrir la voie à d?autres réformes" précise l'Union belge, qui écarte l'hypothèse du boycott. "Les organisations de défense des droits de l'homme estiment que ce n'est pas une bonne idée : les ouvriers en seraient les principales victimes. Ils perdraient leurs revenus et devraient retourner dans leur pays d'origine". Selon l'URBSFA, la pression internationale a déjà porté ses fruits. "Bien que la situation des ouvriers immigrés soit loin d?être idéale, les organisations de défense des droits de l'homme reconnaissent que le Qatar est le seul pays de la région du Golf à avoir introduit de réelles réformes dans sa législation". L'Union belge attend de la FIFA (Fédération internationale de football) qu'elle continue à suivre le dossier de près et à exercer une certaine pression sur le Qatar pour qu'il y ait de réels contrôles quant au respect des nouvelles modifications législatives. "Il ne faut pas que celles-ci restent lettre morte", selon l'URBSFA qui va demander à la FIFA de rédiger et de publier des rapports à intervalles réguliers sur la situation. L'Union belge compte exploiter au maximum la participation des Diables Rouges à la Coupe du monde pour contraindre des réformes. "Bien que le football ne puisse pas résoudre seul les problèmes d'ordre sociétal, il a le pouvoir de faire bouger les choses", conclut la fédération belge dans son communiqué. Les Diables Rouges vont entamer leur campagne qualificative pour le Mondial 2022 à la fin du mois. Ils défieront le Pays de Galles (24 mars) et la Biélorussie (30 mars) à Louvain ainsi que la République tchèque à Prague (27 mars) lors de cette première trêve internationale en 2021. (Belga)

Le quotidien britannique The Guardian avait révélé fin février que plus de 6.500 travailleurs migrants étaient morts au Qatar depuis l'attribution en 2010 du Mondial à l'émirat. En réaction, des voix se sont élevées en faveur d'un boycott de la compétition. Disant "ne pas ignorer la problématique", la fédération belge estime que "le football peut jouer un rôle de levier du changement". "Le Qatar va attirer de plus en plus l'attention dans le cadre de la Coupe du Monde jusqu'à la fin de l?année 2022. L'URBSFA souhaite mettre à profit cette attention pour ouvrir la voie à d?autres réformes" précise l'Union belge, qui écarte l'hypothèse du boycott. "Les organisations de défense des droits de l'homme estiment que ce n'est pas une bonne idée : les ouvriers en seraient les principales victimes. Ils perdraient leurs revenus et devraient retourner dans leur pays d'origine". Selon l'URBSFA, la pression internationale a déjà porté ses fruits. "Bien que la situation des ouvriers immigrés soit loin d?être idéale, les organisations de défense des droits de l'homme reconnaissent que le Qatar est le seul pays de la région du Golf à avoir introduit de réelles réformes dans sa législation". L'Union belge attend de la FIFA (Fédération internationale de football) qu'elle continue à suivre le dossier de près et à exercer une certaine pression sur le Qatar pour qu'il y ait de réels contrôles quant au respect des nouvelles modifications législatives. "Il ne faut pas que celles-ci restent lettre morte", selon l'URBSFA qui va demander à la FIFA de rédiger et de publier des rapports à intervalles réguliers sur la situation. L'Union belge compte exploiter au maximum la participation des Diables Rouges à la Coupe du monde pour contraindre des réformes. "Bien que le football ne puisse pas résoudre seul les problèmes d'ordre sociétal, il a le pouvoir de faire bouger les choses", conclut la fédération belge dans son communiqué. Les Diables Rouges vont entamer leur campagne qualificative pour le Mondial 2022 à la fin du mois. Ils défieront le Pays de Galles (24 mars) et la Biélorussie (30 mars) à Louvain ainsi que la République tchèque à Prague (27 mars) lors de cette première trêve internationale en 2021. (Belga)