Le coach unioniste, Felice Mazzù, a surpris en alignant en défense Koki Machida et Jonas Bager aux côtés de Christian Burgess. A Anderlecht, Vincent Kompany a remplacé Sergio Gómez blessé par Bogdan Mykhaylichenko et a titularisé Marco Kana au détriment de Kristoffer Olsson. Ce dispositif n'a pas empêché l'Union de marquer dès sa première attaque: lancé sur la droite sur un coup franc, Vanzeir a centré vers Deniz Undav dont le tir est renvoyé par Hendrik Van Crombrugge dans les parages de Nieuwkoop (2e, 1-0).

Il n'a pas fallu longtemps pour que le stade Marien explose une nouvelle fois. Sur une perte de balle Cullen, Undav a servi dans la profondeur Vanzeir, qui a doublé la marque d'une pichenette (12e, 2-0). Vainqueurs de tous leurs duels, les gars de la Butte auraient même pu ajouter un troisième but par Lazaré Amani, qui n'a pas cadré son tir (17e) et par Vanzeir dont le tir a frappé le poteau (21e).

Inexistant jusque-là, Anderlecht a réduit l'écart par Cullen (26e, 2-1). L'Irlandais a inscrit son premier but pour Anderlecht grâce à un superbe travail de Chrsitian Kouamé, qui a mis Anthony Moris dans le vent. Alors que le rythme avait un peu baissé, Kouamé a surgi au second poteau sur un corner de Mykhaylichenko, mais Moris a sorti la reprise de la tête de l'Ivoirien (38e).

S'il avait pris l'ascendant avant la pause, Anderlecht s'est encore fait surprendre en début de mi-temps. Alors que décalé sur la droite il semblait perdre le ballon, Undav a cédé le ballon à Mitoma (52e,3-1). Pas à l'aise défensivement, Anderlecht l'a encore échappé belle sur une frappe de Nieuwkoop sur le poteau (66e). Vu que son équipe ne s'était procuré aucune occasion, Kompany a remplacé Joshua Zirkzee et Lior Refaelov par Francis Amuzu et Benito Raman (69e).

Cette manoeuvre n'a pas déstabilisé l'Union. Anderlecht ne s'est pas montré plus menaçant et l'ex-Diable Rouge a effectué deux nouveaux changements, Yari Verschaeren et Kana cédant leur place à Anouar El Hadj (83e) et à Olsson (84e). Là non plus cela n'a pas eu de répercussion sur la qualité du jeu avec des Unionistes toujours bien en place et des Anderlechtois imprécis.

Le coach unioniste, Felice Mazzù, a surpris en alignant en défense Koki Machida et Jonas Bager aux côtés de Christian Burgess. A Anderlecht, Vincent Kompany a remplacé Sergio Gómez blessé par Bogdan Mykhaylichenko et a titularisé Marco Kana au détriment de Kristoffer Olsson. Ce dispositif n'a pas empêché l'Union de marquer dès sa première attaque: lancé sur la droite sur un coup franc, Vanzeir a centré vers Deniz Undav dont le tir est renvoyé par Hendrik Van Crombrugge dans les parages de Nieuwkoop (2e, 1-0). Il n'a pas fallu longtemps pour que le stade Marien explose une nouvelle fois. Sur une perte de balle Cullen, Undav a servi dans la profondeur Vanzeir, qui a doublé la marque d'une pichenette (12e, 2-0). Vainqueurs de tous leurs duels, les gars de la Butte auraient même pu ajouter un troisième but par Lazaré Amani, qui n'a pas cadré son tir (17e) et par Vanzeir dont le tir a frappé le poteau (21e). Inexistant jusque-là, Anderlecht a réduit l'écart par Cullen (26e, 2-1). L'Irlandais a inscrit son premier but pour Anderlecht grâce à un superbe travail de Chrsitian Kouamé, qui a mis Anthony Moris dans le vent. Alors que le rythme avait un peu baissé, Kouamé a surgi au second poteau sur un corner de Mykhaylichenko, mais Moris a sorti la reprise de la tête de l'Ivoirien (38e). S'il avait pris l'ascendant avant la pause, Anderlecht s'est encore fait surprendre en début de mi-temps. Alors que décalé sur la droite il semblait perdre le ballon, Undav a cédé le ballon à Mitoma (52e,3-1). Pas à l'aise défensivement, Anderlecht l'a encore échappé belle sur une frappe de Nieuwkoop sur le poteau (66e). Vu que son équipe ne s'était procuré aucune occasion, Kompany a remplacé Joshua Zirkzee et Lior Refaelov par Francis Amuzu et Benito Raman (69e). Cette manoeuvre n'a pas déstabilisé l'Union. Anderlecht ne s'est pas montré plus menaçant et l'ex-Diable Rouge a effectué deux nouveaux changements, Yari Verschaeren et Kana cédant leur place à Anouar El Hadj (83e) et à Olsson (84e). Là non plus cela n'a pas eu de répercussion sur la qualité du jeu avec des Unionistes toujours bien en place et des Anderlechtois imprécis.