Qu'ont en commun un dynamique milieu de terrain maltais, un redoutable attaquant allemand, un virevoltant ailier japonais et un redoutable défenseur danois? C'est en trouvant une issue favorable à cette question aux airs d'énigme que l'Union Saint-Gilloise, tout juste promue au sein de l'élite belge, s'est transformée en sensation du début de saison. Le tout sous les ordres d'un Felice Mazzù qui, comme tous les membres de son noyau, n'a pas été choisi au hasard. Homme de projet, l'ancien entraîneur au long cours des Zèbres carolos s'est parfaitement retrouvé dans l'histoire écrite par les pensionnaires du Parc Duden, pilotée depuis le printemps 2019 par Chris O'Loughlin, ex-coach de Saint-Trond devenu directeur sportif à Saint-Gilles.
...

Qu'ont en commun un dynamique milieu de terrain maltais, un redoutable attaquant allemand, un virevoltant ailier japonais et un redoutable défenseur danois? C'est en trouvant une issue favorable à cette question aux airs d'énigme que l'Union Saint-Gilloise, tout juste promue au sein de l'élite belge, s'est transformée en sensation du début de saison. Le tout sous les ordres d'un Felice Mazzù qui, comme tous les membres de son noyau, n'a pas été choisi au hasard. Homme de projet, l'ancien entraîneur au long cours des Zèbres carolos s'est parfaitement retrouvé dans l'histoire écrite par les pensionnaires du Parc Duden, pilotée depuis le printemps 2019 par Chris O'Loughlin, ex-coach de Saint-Trond devenu directeur sportif à Saint-Gilles. Au bout de treize journées de championnat, 18 joueurs différents ont déjà endossé le maillot unioniste en championnat. Treize nationalités pour des profils piochés aux quatre coins du Vieux Continent, de la D1B au troisième échelon du football français en passant par la League One, la RegionalLiga allemande ou l'élite danoise. Des paris qui ressemblent trop souvent à des coups de maître pour n'être que le fruit d'un heureux concours de circonstances, et qui invitent forcément à se pencher sur les contours de chaque pièce de l'audacieux puzzle saint-gillois. Promenade en 18 étapes sur l'itinéraire du succès des Jaune et Bleu. Arrivé de Virton en 2020 Affronté à quatre reprises lors de l'interminable championnat à huit équipes de D1B, le dernier rempart des Gaumais attire l'attention des Unionistes par son parcours atypique. Un mort de faim qui a enfin l'opportunité de prouver sa valeur après être redescendu jusqu'en D3. Croisé par Chris O'Loughlin lors de leur passage commun au Stayen, le portier est l'homme choisi par la direction sportive saint-gilloise en quête d'un dernier rempart capable de les emmener vers l'élite. Un sentiment encore un peu plus conforté par l'avis de Laurent Deraedt, tout juste arrivé de Virton pour endosser le costume d'entraîneur des gardiens. Anthony Moris s'éclate désormais au pied de la Butte. Arrivé du FC Eindhoven (Ned) en 2019 Défenseur central, belge et gaucher: sur le papier, le profil est le plus recherché des pelouses nationales. En remontant le fil de la carrière d'un joueur audacieux, installé au sein de la défense du FC Eindhoven où il brille autant par sa qualité avec le ballon que par son audace qui lui permet de relancer sans crainte et de défendre avec personnalité, les Unionistes découvrent une formation chez les Mauves, souvent avec le brassard de capitaine, et des apparitions en Youth League. Le CV a de l'allure. Arrivé du Randers FC (Den) en 2019 À partir de ses bases de données propres, l'Union cherche à mettre la main sur des profils qui passent sous les radars dans la plupart des autres clubs. C'est ainsi que les Saint-Gillois tombent sur Jonas Bager, défenseur du milieu de tableau danois qui se met en évidence avec ses datas impressionnantes en termes de duels aériens gagnés. Observé de plus près, son amour des actions défensives et sa concentration sans ballon finissent de convaincre son nouveau club. Arrivé libre en 2020 Sans contrat au bout d'une saison passée à jouer le haut de tableau en League One sous les couleurs de Portsmouth, le défenseur central attire les Unionistes autant sur le terrain qu'en dehors. Balle au pied, sa capacité à casser les lignes par la passe pour alerter ses milieux tape dans l'oeil. Hors du terrain, cet universitaire impliqué dans les causes sociales qui passe ses vacances en Amérique du Sud avec un sac à dos plutôt que sur les plages d'Ibiza a tout du Saint-Gillois en puissance. Arrivé de Dunkerque (Fra) en janvier 2019 Débarqué sous les ordres de Luka Elsner en plein sprint vers le podium de D1B et au coeur de la grande épopée unioniste en Coupe, le défenseur franco-marocain ne coûte que 50.000 euros aux Saint-Gillois. Un an plus tard, le club refuse pourtant une somme quinze fois supérieure offerte par Courtrai pour lui ouvrir les portes de l'élite. La découverte attendra quelques mois de plus, pour celui qui n'avait jamais évolué chez les professionnels avant son arrivée au pied de la Butte. Arrivé libre en 2021 Du haut de ses 199 matches au sein de l'élite belge, Damien Marcq représente forcément une solide dose d'expérience dans un groupe saint-gillois peu familier des rencontres de D1A. Bras droit de Felice Mazzù dans le vestiaire carolo et libre de tout contrat après la fin de son bail à Zulte Waregem, le Français est chaudement recommandé par son ancien mentor qui souhaite retravailler avec lui au Joseph Marien. Le métier et la mentalité cadrent complètement avec le plan unioniste et la précieuse atmosphère du vestiaire. Arrivé du Red Star (Fra) en janvier 2019 S'il a précédé de quelques mois l'arrivée à Saint-Gilles de la nouvelle structure sportive, le dynamique milieu de terrain venu de Paris n'a jamais cessé de faire l'unanimité pour son énergie hors normes et sa mentalité de gagneur. C'est justement l'idée de jouer les premiers rôles avec l'Union qui avait séduit celui qui vivait mal la lutte désespérée contre la relégation vécue en Ligue 2, mais que son Red Star n'avait pas voulu lâcher à un concurrent de l'antichambre du football français. Arrivé d'Odense (Den) en 2019 Lors de la même fenêtre de mercato que Jonas Bager, Casper Nielsen débarque dans la capitale. Un signe que l'Union se concentre à l'époque sur un marché scandinave toujours intéressant pour les clubs belges. Le cliché du joueur danois très professionnel et concentré sur sa carrière se confirme avec Nielsen, qui brille autant par ses capacités à s'infiltrer entre les lignes adverses qu'il impressionne par sa personnalité. Le club décèle alors en lui l'un des futurs leaders par l'exemple de son vestiaire. Arrivé de Charleroi en 2021 Capable de percuter ballon au pied grâce à ses qualités de conduite de balle au-dessus de la moyenne, l'Ivoirien s'était révélé à Eupen lors de sa première saison dans les Cantons de l'Est. Chris O'Loughlin et Felice Mazzù s'en souviennent, et les derniers mois disputés par Lazare Amani au Portugal permettent d'envisager un retour au premier plan. L'Union prend le pari, et s'offre surtout un profil très différent de celui des milieux qui font habituellement la loi autour du rond central du Parc Duden. Arrivé de Telstar (Ned) en 2021 S'il a passé l'essentiel de sa formation à Bruges, c'est dans l'antichambre du football néerlandais que la cellule de scouting de l'Union croise la route de Senne Lynen. Dans un championnat bien moins rythmé que la Pro League, le milieu de terrain se retrouve à faire du dépannage à l'arrière droit, et s'en tire avec les honneurs grâce à une grande compréhension des consignes et du plan de son entraîneur. Une dévotion collective qui plaît aux décideurs saint-gillois à l'heure de se renforcer au coeur du jeu. Arrivé de Virton en 2020 Suivi depuis de longs mois par la direction sportive unioniste, mais alors inaccessible, le virevoltant joueur de couloir devient une opportunité à ne pas louper quand son club de Virton doit faire face à des ennuis de finances et de licence. Séduits par son côté imprévisible, les Saint-Gillois sont rassurés sur sa mentalité par des entretiens très précis avant la signature du contrat, qui montrent que Loïc Lapoussin est plutôt du genre à lever la main pour s'excuser quand il rate un geste qu'à s'embrouiller avec ses coéquipiers. Arrivé de Virton en 2020 Vieille connaissance du nouveau coach Felice Mazzù, l'ancien Zèbre séduit l'Union par son expérience d'un football belge qu'il connaît comme sa poche. Les premiers entretiens font office de coup de foudre mutuel, entre un joueur qui aime les clubs chargés d'histoire et un matricule en quête de tauliers capables de transmettre les valeurs saint-gilloises et d'avoir une influence positive sur l'atmosphère du vestiaire. Les liens déjà tissés avec Mazzù confirment que l'union avec Guillaume François est idéale. Arrivé de Feyenoord (Ned) en 2021 À côté des datas, des vidéos et du scouting au stade pour ne laisser aucun aspect footballistique de côté, l'Union veille surtout à ne pas faire d'erreur de casting au niveau humain pour conserver l'harmonie de son cadre de travail. Pour être sûr de leur coup avec Bart Nieuwkoop, les Bruxellois vont jusqu'à YouTube pour avaler les 23 minutes passées avec Andy Van der Meyde dans son programme Bij Andy in de auto. Les rencontres confirment la première impression, celle d'un joueur humble en quête d'un projet où s'installer. Arrivé de Milton Keynes (Eng) en 2021 Avec un but, cinq passes décisives mais surtout plus de 2.000 minutes au compteur au terme de sa première saison chez les professionnels en League One, Matthew Sorinola tape dans l'oeil de l'Union grâce à son potentiel et son style dynamique. À tout juste vingt ans, le Londonien signe un contrat de trois ans au Parc Duden avec une vue clairement portée vers le long terme. Un choix permis par un goût de l'aventure et une audace qui l'amènent à découvrir un championnat belge particulièrement méconnu de l'autre côté de la Manche. Arrivé de Brighton (Eng) en 2021 Acheté par Brighton dans la foulée de Jeux Olympiques spectaculaires, le Japonais débarque dans la capitale belge grâce à la proximité entre la direction saint-gilloise et celle des Seagulls. Très populaire auprès des scouts pour ses datas impressionnantes, qui en font l'un des joueurs les plus convoités du Japon et amènent son nom sur les listes de nombreux clubs belges dont le Standard, Kaoru Mitoma épate par son intégration rapide au vestiaire unioniste, au sein duquel il s'épanouit vite malgré la barrière linguistique. Arrivé de Genk en 2020 L'un des dossiers les plus difficiles de la direction unioniste, qui doit se montrer particulièrement convaincante pour attirer à Saint-Gilles un joueur qui semble tout avoir pour exploser sur les pelouses de D1A. Toujours international chez les jeunes, mais bloqué par la fièvre acheteuse de Genk, Dante Vanzeir est d'abord prêté à Malines, puis rappelle de bons souvenirs à Felice Mazzù, qui avait pu admirer ses qualités lors de ses premières semaines à Genk. Le deal devient un coup dans le mille. Arrivé de Meppen (Ger) en 2020 Alors que l'Union joue le soir-même, O'Loughlin prend le volant dès l'aube de ce samedi de novembre pour se rendre à Meppen. L'équipe de Deniz Undav, dont les stats affolent déjà les compteurs, est au programme. Au quart d'heure, l'attaquant n'a touché qu'un ballon quasi impossible à négocier, et son équipe concède un corner. Undav sprinte alors depuis le rond central pour prendre sa position sur phase arrêtée défensive. Le genre de détail pour lequel le scouting live a encore une raison d'être. O'Loughlin revient d'Allemagne convaincu. Arrivé du Standard en 2021 Si l'exceptionnelle saison 2018-2019 sous les couleurs de Courtrai ressemble à un lointain souvenir, le grand Uruguayen intéresse très vite l'Union par son profil atypique, très différent de ceux des deux attaquants qui font chavirer la Butte depuis un peu plus d'un an. Reste à lui permettre de retrouver sa confiance passée, un atout qui lui faisait défaut pendant tout son passage à Sclessin. En interne, le club met tout en oeuvre pour que le grand Felipe redevienne décisif.