Avec l'attaque la plus prolifique, la défense la moins perméable et un titre acquis sans suspense à cinq journées de la fin de la compétition, l'Union Saint-Gilloise a dominé de la tête et des épaules cette cuvée 2020-2021 de la D1B. Si un tel succès est forcément à mettre au crédit de l'ensemble du groupe bruxellois, certains d'entre eux se sont particulièrement illustrés.
...

Avec l'attaque la plus prolifique, la défense la moins perméable et un titre acquis sans suspense à cinq journées de la fin de la compétition, l'Union Saint-Gilloise a dominé de la tête et des épaules cette cuvée 2020-2021 de la D1B. Si un tel succès est forcément à mettre au crédit de l'ensemble du groupe bruxellois, certains d'entre eux se sont particulièrement illustrés. Tout comme Loïc Lapoussin, Guillaume François et, plus tard, Edisson Jordanov, Anthony Moris a rejoint l'Union en provenance de Virton, suite aux problèmes extra-sportifs des Gaumais. Déjà convaincant dans le sud du pays lors de ses deux dernières saisons en D1 Amateurs et en D1B, le portier n'a pas tardé à faire oublier Adrien Saussez, qui n'avait pourtant pas démérité. Brillant dans le jeu au pied, l'international luxembourgeois est souvent le premier relanceur de l'équipe de Felice Mazzù, qui insiste particulièrement sur la construction. Très présent dans son petit rectangle, Moris n'hésite pas non plus à donner de la voix et dirige sa défense d'une main de maître. Formé au Standard, le gardien, handicapé par deux blessures sérieuses, n'est pas parvenu à s'imposer comme titulaire chez les Rouches, pas plus qu'à Malines où il a passé quatre saisons. À trente ans, il s'offre donc une nouvelle chance de s'illustrer au plus haut niveau belge grâce à cette promotion. Du haut de son mètre 96, Christian Burgess ne craint personne quand il s'agit de remporter des duels aériens. Logique pour un joueur qui compte un total de 150 matches en League One et League Two anglaises, des divisions où les milieux de terrain doivent souvent se tordre le cou pour apercevoir le cuir. Habitué au rythme soutenu des rencontres en Angleterre, le Londonien n'a manqué qu'une seule partie, récemment face au Lierse, en raison d'un abus de cartes jaunes. À 29 ans, le joueur formé à Arsenal s'est rapidement érigé en leader de la défense à trois des Unionistes, aux côtés de Siebe Van Der Heyden et Jonas Bager. Débarqué au Parc Duden en juillet, celui qui est également passé par Middlesbrough vit sa première expérience à l'étranger. Indéboulonnable durant cinq saisons dans la défense de Portsmouth, Burgess était une véritable icône Fratton Park. Un statut qu'il espère désormais acquérir au Stade Joseph Marien, en D1A. Arrivé dans la capitale en provenance du Red Star en janvier 2019, Teddy Teuma fait déjà figure d'ancien dans le groupe unioniste et c'est d'ailleurs lui qui arbore le brassard de capitaine. Titulaire tant sous Luka Elsner que sous Thomas Christiansen la saison dernière, le milieu français, qui s'est découvert des origines maltaises et défend les couleurs de l'archipel au niveau international depuis septembre, n'a pas tardé à convaincre Mazzù également. Bien aidé par le travail de chaque instant de Mathias Fixelles, recyclé en milieu récupérateur, Teuma est le véritable chef d'orchestre des offensives saint-gilloises. Son pied gauche, hyper précis, fait le bonheur des avants jaune et bleu et il n'hésite pas à tenter sa chance de loin, ce qui donne fréquemment lieu à des buts spectaculaires. Auteur d'un superbe coup franc direct lors du match inaugural de la saison face à Deinze, Casper Nielsen n'a pas tardé à donner le ton. Joueur le plus offensif du trio de l'entrejeu qu'il forme avec Fixelles et Teuma, le Danois n'a pas son pareil pour s'infiltrer entre les lignes adverses et se montrer dangereux face au but par ses tentatives ou ses passes ajustées. Arrivé à l'Union à l'été 2019 fort de plus de 150 matches en D1 danoise, celui qui compte pas moins de vingt sélections avec les U21 de son pays, a rapidement montré de quoi il était capable au point de devenir l'un des chouchous des supporters saint-gillois. Souvent bien placé, jamais avare d'efforts tant offensivement que défensivement, et très juste au niveau technique, le numéro 6 des Saint-Gillois est également capable de se montrer collectif comme en témoignent ses onze assists distillés depuis son arrivée au Parc Duden. À quelques unités de son compère d'attaque Dante Vanzeir et du canonnier sérésien Georges Mikautadze, Deniz Undav pointe à la troisième place du classement des buteurs de D1B, grâce à ses quinze goals. Un total que peu à la Butte auraient imaginé le voir atteindre en début de saison. Débarqué durant l'été du SV Meppen, en D3 allemande, il restait pourtant sur une année à 17 buts et treize passes décisives chez nos voisins, mais son adaptation au football belge ne s'est pas faite sans heurts. Rejoint par son épouse après quelques mois chez nous, l'Allemand profité de son soutien pour ouvrir son compteur-buts fin octobre, via un doublé face au Club NXT. Mis en balance avec le Français Brighton Labeau, Undav a définitivement pris le dessus sur son concurrent à partir de décembre, mois durant lequel il a claqué trois nouveaux doublés, permettant à l'Union de mettre en route sa spectaculaire série de onze victoires consécutives. Costaud et doué techniquement, il excelle dans la conservation du ballon et forme un duo redoutable avec Vanzeir. À eux deux, ils ont inscrit 34 des 57 buts unionistes cette saison.