Le titre de sympathie. Ce serait le cas si l'Union ne parvenait pas à inverser la tendance du championnat après sa défaite 1-0 sur la pelouse du Club de Bruges. Tout amateur de football neutre aimerait voir les Bruxellois remporter le titre de champion de Belgique.

Même au Jan Breydel, les gens reconnaissaient ce mercredi soir que l'Union avait été la meilleure équipe sur le terrain. Et ce jeudi matin, dans les bus ou dans les trains, les gens parlaient encore de l'occasion manquée par l'Union. Cette défaite a semblé toucher le pays.

Il y aura eu quatre duels contre le FC Bruges, quatre fois, l'Union aura été la meilleure équipe sur la pelouse. Mais le bilan comptable est sans appel avec seulement un point en douze. Mercredi soir, l'Union a eu jusqu'à 63% de possession de balle (avec la bénédiction des Brugeois dont c'était le plan) et s'est procuré les meilleures occasions. Mais dans le football, surtout lors de rencontres avec un tel enjeu, il faut exploiter au maximum la moindre de ces opportunités. Illustration de cette efficacité en berne du côté unioniste, les prestations moyennes de la paire royale composée de Deniz Undav et Dante Vanzeir . La meilleure attaque a été réduite au silence. Au grand désespoir d'un Felice Mazzu, inhabituellement nerveux sur la ligne ce mercredi.

La paire la plus prolifique de la compétition a été réduite au silence lors de ces deux duels contre le Club de Bruges., iStock
La paire la plus prolifique de la compétition a été réduite au silence lors de ces deux duels contre le Club de Bruges. © iStock

La RUSG devra désormais aussi digérer cette défaite, vivre avec la conscience d'avoir manqué un rendez-vous unique avec l'histoire. Les joueurs, qui ne se sont pas noyés dans une mer de chagrin ce mercredi soir, devront se remettre en selle en vue du déplacement à Anderlecht ce dimanche à 18h30

Dante Vanzeir par exemple, après sa longue suspension, a éprouvé du mal à retrouver son ancien niveau à l'exception d'un seul match. Il a manqué la conversion d'un penalty qui aurait pu changer la physionomie du match (et du championnat) lors de la réception de Bruges au Parc Duden. Il restait pourtant déjà sur un échec aux onze mètres contre Saint-Trond quelques semaines plus tôt. Comment affronte-t-il cette situation ? Tout le club se rend aussi compte que tout le noyau ne restera pas la saison prochaine. D'autres partiront après Deniz Undav. D'autres lignes devront être tracées pour écrire une autre histoire.

Sur la base de cette compétition, l'Union Saint-Gilloise mériterait le titre, mais ce constat est une bien maigre consolation. Il ne faut donc pas minimiser un éventuel sacre du Club Brugeois. Les Blauw en Zwart ont pu s'appuyer à plusieurs moments de la saison sur certains cadres. Mais le fait que Simon Mignolet soit le meilleur homme dans cette phase finale de la compétition, est révélateur.

Tout comme l'Union, le Club risque aussi de bientôt recommencer d'une page presque blanche. Charles De Ketelaere devrait s'en aller et Alfred Schreuder ira normalement sur le banc de l'Ajax. Il est d'ailleurs étrange que le technicien néerlandais n'ait jamais acquis un statut d'intouchable au cours de son mandat, malgré les bons résultats obtenus. Schreuder n'a jamais fait de déclarations tapageuses et a été un peu incolore au cours de cette courte période brugeoise. Il devra sans doute changer cette attitude s'il prend les rênes d'un champion des Pays-Bas qui évolue encore à un niveau supérieur de celui du FC Bruges.

Le titre de sympathie. Ce serait le cas si l'Union ne parvenait pas à inverser la tendance du championnat après sa défaite 1-0 sur la pelouse du Club de Bruges. Tout amateur de football neutre aimerait voir les Bruxellois remporter le titre de champion de Belgique.Même au Jan Breydel, les gens reconnaissaient ce mercredi soir que l'Union avait été la meilleure équipe sur le terrain. Et ce jeudi matin, dans les bus ou dans les trains, les gens parlaient encore de l'occasion manquée par l'Union. Cette défaite a semblé toucher le pays.Il y aura eu quatre duels contre le FC Bruges, quatre fois, l'Union aura été la meilleure équipe sur la pelouse. Mais le bilan comptable est sans appel avec seulement un point en douze. Mercredi soir, l'Union a eu jusqu'à 63% de possession de balle (avec la bénédiction des Brugeois dont c'était le plan) et s'est procuré les meilleures occasions. Mais dans le football, surtout lors de rencontres avec un tel enjeu, il faut exploiter au maximum la moindre de ces opportunités. Illustration de cette efficacité en berne du côté unioniste, les prestations moyennes de la paire royale composée de Deniz Undav et Dante Vanzeir . La meilleure attaque a été réduite au silence. Au grand désespoir d'un Felice Mazzu, inhabituellement nerveux sur la ligne ce mercredi.La RUSG devra désormais aussi digérer cette défaite, vivre avec la conscience d'avoir manqué un rendez-vous unique avec l'histoire. Les joueurs, qui ne se sont pas noyés dans une mer de chagrin ce mercredi soir, devront se remettre en selle en vue du déplacement à Anderlecht ce dimanche à 18h30Dante Vanzeir par exemple, après sa longue suspension, a éprouvé du mal à retrouver son ancien niveau à l'exception d'un seul match. Il a manqué la conversion d'un penalty qui aurait pu changer la physionomie du match (et du championnat) lors de la réception de Bruges au Parc Duden. Il restait pourtant déjà sur un échec aux onze mètres contre Saint-Trond quelques semaines plus tôt. Comment affronte-t-il cette situation ? Tout le club se rend aussi compte que tout le noyau ne restera pas la saison prochaine. D'autres partiront après Deniz Undav. D'autres lignes devront être tracées pour écrire une autre histoire.Sur la base de cette compétition, l'Union Saint-Gilloise mériterait le titre, mais ce constat est une bien maigre consolation. Il ne faut donc pas minimiser un éventuel sacre du Club Brugeois. Les Blauw en Zwart ont pu s'appuyer à plusieurs moments de la saison sur certains cadres. Mais le fait que Simon Mignolet soit le meilleur homme dans cette phase finale de la compétition, est révélateur.Tout comme l'Union, le Club risque aussi de bientôt recommencer d'une page presque blanche. Charles De Ketelaere devrait s'en aller et Alfred Schreuder ira normalement sur le banc de l'Ajax. Il est d'ailleurs étrange que le technicien néerlandais n'ait jamais acquis un statut d'intouchable au cours de son mandat, malgré les bons résultats obtenus. Schreuder n'a jamais fait de déclarations tapageuses et a été un peu incolore au cours de cette courte période brugeoise. Il devra sans doute changer cette attitude s'il prend les rênes d'un champion des Pays-Bas qui évolue encore à un niveau supérieur de celui du FC Bruges.