Une décision qui a été prise après l'examen approfondi de la motivation du jugement de la FIFA. Les avocats de la fédération iront défendre à une date encore indéterminée, le point de vue de l'Union belge concernant les quatre transferts de jeunes d'Anderlecht incriminés, devant l'instance d'appel de la FIFA. Il s'agit notamment du transfert de l'ancien défenseur des mauves Chancel Mbemba, arrivé en 2011 au Sporting, à l'âge de 17 ans, qui joue aujourd'hui au FC Porto, après un séjour de trois ans à Newcastle. Les transferts internationaux de joueurs de moins de 18 ans sont interdits. Mais trois exceptions sont prévues. Dont celle d'un déménagement des parents du mineur, pour des raisons étrangères au football. Une règle toutefois plus restrictive lorsqu'il s'agit de résidents dans l'Union européenne. Dans ce cas, des garanties sont en effet demandées, en ce qui concerne l'école, l'éducation et la surveillance. Un transfert est également autorisé pour les footballeurs résidant à moins de 50 km d'une frontière nationale, et à 100 km du club. Chaque transfert international doit être soumis à un contrôle de la FIFA avant son entrée en vigueur. Il doit en outre être validé par fédération nationale, et donc par l'Union belge, dans le cas précis du RSC Anderlecht. Cette procédure n'a pas été suivie pour Mbemba, découvert en 2011, mais qui a dû attendre 2013 avant de pouvoir jouer. Le Sporting aurait également tenté de transférer illégalement l'Américain Patrick Tshiani, alors qu'il avait 16 ans, en 2011, le Roumain Dragos Cojocaru, qui avait 15 ans, en 2012, et le Népalais Bimal Magar, âgé de 16 ans, en 2014. La commission de discipline de la FIFA avait également infligé une amende de 200.000 francs suisses (177.000 euros) au RSC Anderlecht, qui avait entièrement collaboré à son enquête, et n'avait pas fait appel. (Belga)